Dépression : une pilule ou un psy ?

Les hommes ne sont pas aussi réfractaires qu’on le croit à l’idée de suivre une psychothérapie, ont appris des chercheurs de l’UQAM et de l’Université de Montréal.

psy-anxiete
Photo : iStockphoto

Les hommes ne sont pas aussi réfractaires qu’on le croit à l’idée de suivre une psychothérapie, ont appris des chercheurs de l’UQAM et de l’Université de Montréal, après avoir interrogé 88 personnes aux prises avec un premier épisode de dépression.

Comme on s’y attendait, les trois quarts des femmes préféraient la psychothérapie aux antidépresseurs. Les hommes ont toutefois étonné : près de la moitié privilégiaient les services d’un psychothérapeute.

« C’est important que les médecins soient au courant de ces résultats, affirme Janie Houle, professeure au Département de psychologie de l’UQAM. Ils ne doivent pas tenir pour acquis que les hommes ne veulent pas entendre parler de psychothérapie. »

La professeure planche actuellement sur un guide en ligne qui doit aider le grand public à saisir les avantages et les inconvénients des différentes options thérapeutiques.

Laisser un commentaire