Dérogation pour Le Soleil

On n’installe pas des panneaux solaires de 5 m de hauteur sur son toit sans d’abord obtenir la permission des autorités municipales. Avant de lancer leur projet de triplex «zéro énergie», les concepteurs d’Abondance ont donc dû demander une dérogation au règlement d’urbanisme de Verdun.

Cet arrondissement du sud-ouest de Montréal limite à un mètre la hauteur des panneaux solaires installés sur le toit des maisons. Soit le cinquième de la hauteur de l’installation qui trônera au-dessus du triplex Le Soleil. En temps normal, les panneaux solaires que les Verdunois installent sur leur toit servent surtout de chauffe-eau pour la piscine. Des panneaux d’un mètre de hauteur suffisent alors. «Mais dans ce cas-ci, on veut alimenter tout un triplex en électricité, dit Benoît Mallette, chef du département d’urbanisme de Verdun. C’est bien différent!»

La dérogation a été accordée, mais à une condition… Pas question de voir les panneaux solaires de la rue. Les constructeurs ont obtempéré. Devant les panneaux, tout le long de la façade avant de l’édifice, sur le boulevard LaSalle, un bac à fleurs d’une largeur de quatre pieds (1,2 m) sera installé. Des plantes seront semées et grimperont sur un treillis. De la rue, on devrait à peine apercevoir les panneaux photovoltaïques derrière le mur végétal. Ouf, l’urbanisme de Verdun est sauf!

 

Laisser un commentaire