Des « agents nettoyants » dans le sang

À l’Université de Zurich, une équipe travaille à mettre au point des nanoparti¬cules magnétiques capables de retirer certaines toxines du sang.

Ces nanoparticules sont recouvertes d’un film de carbone et d’anti­corps destinés à se lier à la molécule visée. Si le projet se concrétise, elles seraient injectées dans le système circulatoire, attireraient vers elles une toxine, puis seraient séparées du sang au cours d’un processus de dialyse.

Des essais préliminaires, menés sur un système mécanique, ont montré que l’invention permettait de retirer 75 % de la digoxine dans le sang. Celle-ci, vendue sous le nom de Lanoxin au Canada, est un médicament prescrit pour traiter l’insuf­fisance cardiaque. Lorsqu’elle est administrée en trop grande quantité, à cause de problèmes de dosage, elle peut s’avérer fatale. L’équipe réalise actuellement des expériences sur les rats pour tenter de retirer du sang certaines molé­cules dommageables produites par le système immunitaire en cas de septicémie, une infection grave et généralisée de l’organisme.

 

Laisser un commentaire