Des énergies pour demain

L’essence bon marché, c’est fini ! Et même l’hydroélectricité à bas prix ne peut durer. Afin de répondre aux besoins en énergie des Québécois, il faudra faire preuve d’imagination et trouver de nouvelles sources, si possible renouvelables et non polluantes. Pour alimenter maisons, usines et voitures, on ne pourra pas se contenter du pétrole du Saint-Laurent ou des gaz de schiste, deux ressources fossiles au bilan environnemental discutable. Et il ne reste plus grand place pour construire des barrages !

Des énergies pour demain
Photo : iStock

L’essence bon marché, c’est fini ! Et même l’hydroélectricité à bas prix ne peut durer. Afin de répondre aux besoins en énergie des Québécois, il faudra faire preuve d’imagination et trouver de nouvelles sources, si possible renouvelables et non polluantes. Pour alimenter maisons, usines et voitures, on ne pourra pas se contenter du pétrole du Saint-Laurent ou des gaz de schiste, deux ressources fossiles au bilan environnemental discutable. Et il ne reste plus grand place pour construire des barrages ! Quant à l’énergie éolienne, même si elle a le vent en poupe, elle commence déjà à faire des mécontents.

Ce ne sont pas les idées qui manquent : biocarburants à base de déchets, fermes productrices d’électricité, hydroliennes… Mais avec son électricité peu chère et une timide politique d’innovation, le Québec n’aide guère ses pionniers de l’énergie verte, qui doivent souvent se tourner vers les États-Unis pour prendre leur envol.

Depuis l’élection de Barack Obama, en 2008, nos voisins du Sud ont pris conscience de la fragilité de leur système énergétique. Selon le scientifique Ernest Moniz, proche conseiller du président, ils sont prêts à prendre les grands moyens pour y remédier et préparer l’avenir. Leurs idées pourraient nous inspirer !

 

Lire le dossier «Vivre sans pétrole» >>

Et aussi : «Les champions québécois des nouvelles énergies» >>

 

Les plus populaires