Des postdoc contents du budget fédéral

Le gouvernement Harper a réussi un bon coup en inscrivant à son dernier budget un nouveau système de bourses postdoctorales pour attirer – ou retenir – de brillants jeunes chercheurs au Canada : les organismes subventionnaires fédéraux (CRSH, CRSNG et IRSC) recevront 45 millions de dollars sur cinq ans pour offrir chaque année 140 bourses de recherche postdoctorale de 70 000 dollars par an pendant deux ans.

Actuellement, le montant de la bourse postdoctorale « ordinaire » est de 40 000 dollars au CRSNG et 38 0000 dollars au CRSH.

Les nouvelles bourses, qui seront offertes aux Canadiens et aux étrangers, sont nettement plus compétitives à l’échelle internationale, là où se joue justement la bataille entre équipes de recherche pour attirer les nouveaux talents.

Les détails dans cet article du magazine Affaires universitaires.

Laisser un commentaire

Les étudiants au doctorat aussi. Certains (dont moi héhé) ont vu leur bourse de recherche majorée assez substantiellement. Belle surprise!

Bonjour,

Ce qui n’est cependant pas précisé ici c’est que ce budget rend les bourses pour stages postdoctoraux explicitement imposable… ce qui n’était pas le cas auparavant. Donc, 38 000$ non imposable, ça va bien, mais 38 000$ imposable, ça va un peu moins bien… surtout connaissant les qualifications élevées de ces chercheurs.

Source: http://www.etudesup.uottawa.ca/default.aspx?tabid=1434
ou encore
http://www.ledevoir.com/societe/education/285554/ottawa-fiscalisera-les-bourses-des-post-doctorants

Merci beaucoup

Stéphane Tremblay
Candidat au Doctorat en sciences de l’environnement
Université du Québec à Montréal

Mme Borde,
Malheureusement, votre blogue ne mentionne pas qu’à partir de maintenant toutes les bourses postdoctorales seront imposables, une autre mesure du budget. Cette mesure détériorera le salaire pour la très large majorité des postdocs, probablement pour financer les nouvelles bourses pour une minorité qui recevra 70K. Un autre exemple d’une mesure pas bien réfléchi du gouvernement pour la recherche.
C. Baron, Professeur à l’Université de Montréal

@Mathieu Gagné :
À considérer pour Monsieur Gagné, il est certainement positif que les organismes subventionnaires augmentent les salaires pour les étudiants aux cycles supérieurs qui ne sont pas du tout surpayés. Toutefois, le gouvernement oublie habituellement de majorer en même temps les subventions de recherche des professeurs qui financent les salaires. Par conséquent, on partage le gâteau différemment, moins de postes pour étudiants ou pour acheter des fournitures de laboratoire.
C. Baron, Professeur à l’Université de Montréal

Je suis outré du libellé de cet article. Les post-docs sont en colère suite à ce budget. 140 bourses, pour l’ensemble du Canada et des programmes de recherches, c’est environs deux boursiers par université canadienne, une quantité insignifiante tant du point de vue de la formation de la relève que du pouvoir d’attraction des centres de recherches canadiens. Par contre, aller piger quelques milliers de dollars dans les poches des 6000 autres post-doctorant, c’est très dissuasif.

Si le Canada décide de considérer ses post-docs comme des employés plutôt que comme des étudiants (tel que l’Australie le fait), ils doivent le faire intégralement, avec impôts, avantage sociaux, chômage, droit au cotisation dans un REER et tous les autres frais que cela implique. Présentement, c’est le pire des deux mondes.

Nicolas Robitaille
Stagiaire post-doctoral
Laboratoire International de recherche sur le cerveau, la musique et le son.

Est-ce que c’est rentable?
1) Est-ce que les chercheurs trouvent quelque chose de rentable pour l’économie canadienne?
2) Est-ce qu’ils restent au pays après leur bourse?

Des statistiques svp?

Bonsoir.
Madame Borde petite question.

Les chercheurs quand ils trouvent des choses lors des recherches avec l’accord de certaine bourses, les résultats de cette recherche (le brevet) va profiter à qui ?

@ Simon

La rentabilité d’un doc et un post-doc ne se résume pas à l’économie (Lire $$)

@Gilbert Duquette

A bon? Pourquoi alors devrions-nous financer des milliers de post-docs étrangers? Pour l’ego des profs d’ici?

Bonjour,
la plupart des intervenants ont bien résumé ma pensée, mais je tiens à préciser une statistique. Seulement 11% des post-doctorants en santé arrivent à obtenir une bourse des IRSC. C’est donc les 89% autres post-doctorant qui, en payant des impôts, vont financer cette mesure. Ces derniers vont gagner la moitié des boursiers, ça va créer des inégalités incroyables dans les labos de recherche. C’est donc de la poudre aux yeux cette mesure et elle ne va avantager qu’une minorité de personnes au détriment des autres. Je vous invite d’ailleurs à signer une pétition en ligne sur le sujet:
http://www.ipetitions.com/petition/canadapostdoc/

y’ a t-il une différence entre un stagiaire postdoc et un chercheur postdoc? Si oui c’est quoi la différence?

Les plus populaires