Dessau: catégoriquement, scrupuleusement, vigoureusement? Ah ben. 12H39.

Avant de tout avouer cette semaine à la CEIC, Dessau n’avait pas seulement nié en 2010, il l’avait fait avec beaucoup d’adverbes. Des longs, des vrais, à 14 ou 15 lettres et beaucoup de syllabes, terminés par un « ment » sonore qui frappe l’imagination, mieux que dans « financement ». Des adverbes qui, à 12h39, en mangeant un sandwich durant la pause du midi, vous font avaler de travers.

Alain Gravel nous rapportait donc hier sur son blogue un autre exemple appuyant ma théorie, récemment divulguée: pour mieux se défendre après avoir omis de livrer toute la vérité, ajoutez des adverbes pour mieux jouer le rôle de l’offensé.

Juste avant la diffusion d’une autre solide émission d’Enquête, dont on peut aujourd’hui, avec la CEIC, mesurer la rigueur, le journaliste-enquêteur avait reçu de Dessau une lettre de menaces juridiques, où l’entreprise avait « catégoriquement nié » les faits rapportés par Enquête, juré de « respecter scrupuleusement » la loi et  réitéré « de nouveau vigoureusement » son innocence.

J’aurais donc une suggestion pour la CEIC : se concentrer sur les documents comportant au moins trois adverbes de 14 ou 15 lettres. C’est un signe qui ne ment pas.

*

Note pour moi-même: « réitérer », « de nouveau », à la puissance 2, puis ajouter de la vigueur, c’est réitérer intensément.

***

VEUILLEZ NOTER QUE, POUR DES RAISONS TECHNIQUES, LES COMMENTAIRES QUI
ACCOMPAGNAIENT ORIGINALEMENT CE BILLET N’ONT PAS PU
ÊTRE IMPORTÉS LORS DU CHANGEMENT DE SITE.
MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION.

Laisser un commentaire
Les plus populaires