Détox #1 : C’est la faute aux toxines

Problèmes de foie durant le temps des Fêtes ? Dans le premier d’une série de trois textes, le docteur Alain Vadeboncœur explique pourquoi une cure «détox» ne vous aidera pas.

98106292
Photo : Getty Images

Le temps des Fêtes est dur pour votre foie ? Vous êtes fatigué, anxieux, stressé ? Vous vous sentez vieillir trop rapidement ? Vous avez des ballonnements, des lourdeurs, des maux de tête? Vous êtes soudain insupportable ?Sante_et_science

C’est à cause des toxines ! Il est donc temps de passer à la cure «détox» miraculeuse. Dans une semaine, vous aurez évacué toutes les toxines accumulées et tout ira mieux. Vous serez de nouveau fréquentable.

Satisfaction garantie ou argent remis. Parfois beaucoup d’argent, justement. Rien de plus facile, de plus rapide… et de plus délirant. Vraiment. C’est du grand n’importe quoi.

Purifier le corps, une idée ancienne

Au fait, comment en est-on venu à vouloir se détoxifier le foie ? D’où viennent ces thérapies miracles ?

Il y a d’abord plusieurs problèmes avec ces propositions nébuleuses. Le premier est à la base du raisonnement : l’accumulation de toxines, qui nous rendrait malades. Et vieux. Et insupportables. Mais les «toxines» s’accumulent-elles vraiment ?

L’idée de l’auto-intoxication par des toxines produites par le fonctionnement normal du corps a d’ailleurs été rejetée au XXe siècle, ce qui n’empêche pas une foule de gens de croire aussi dans les cures «détox».

Ce concept remonte sans doute aux origines de l’humanité : la vie nous rend impurs. Corolaire : nous accumulons les toxines. Conséquence : il faut se purifier de temps en temps, notamment pour éviter la décrépitude. Et surtout, nettoyer régulièrement son foie.

L’idée même que des «toxines» s’y accumulent et qu’une «détoxification» est requise participe à des croyances anciennes, qui se trouvent d’ailleurs au cœur de beaucoup de religions, où les rites de purification permettent de se laver des souillures accumulées, morales ou physiques.

Je ne sais pas pour la foi — je ne suis pas spécialiste —, mais un foie en santé, c’est un peu comme une cuisinière électrique Kenmore : autonettoyant, il se protège lui-même en tout temps.

Dans son acception moderne, «détoxification» est aussi dérivé d’un geste assez courant en médecine d’urgence, visant à traiter un empoisonnement au moment d’une intoxication volontaire ou de l’exposition à un toxique environnemental.

Toxine rime avec marketing

Le terme «détoxification» est un cas de détournement de sens, utilisé pour une stratégie — très efficace — de marketing, cette science moderne qui vise par exemple à vendre des frigos aux esquimaux, dit-on.

Son utilisation, dans le sens de «nettoyer» le foie et d’autres organes des personnes en bonne santé, est donc un abus de langage. À tout le moins, le concept ne repose sur à peu près aucune science.

Il est vrai que ces affirmations généralement rédigées dans un langage pseudoscientifique ne laissent place à aucun doute :

«Comme le moteur d’une voiture, l’organisme s’encrasse. Il accumule des déchets qui, à la longue, perturbent son fonctionnement et génèrent de la fatigue, un teint, des cheveux et des ongles ternes, de l’irritabilité, de la déprime, une moindre résistance aux infections…»

Dit comme ça, c’est convaincant. Tout en étant faux.

S’il est vrai nous mourrions rapidement si nous n’avions pas ces outils de décontamination remarquables que sont le foie, les reins et l’intestin, cela ne veut pas dire que nous pouvons améliorer si facilement leur travail complexe.

Votre foie fait déjà le travail

L’avantage des vendeurs de cures «détox», c’est que plusieurs des toxines du corps humain portent des noms à faire peur, envahissant les blogues, les sites Internet et les livres prônant la détoxification. S’imaginer plein de radicaux libres ou d’acides organiques n’est en effet guère rassurant.

Ce qu’on dit moins, c’est que le foie est déjà très bien équipé pour transformer ces menaces en molécules inoffensives, et que l’ajout de radis noir n’y change pas grand-chose.

Le constat général reste simple : le foie marche bien, plus ou moins bien, ou pas du tout — et, dans ce dernier cas, une mort rapide est inévitable, à moins de greffe du foie. Si son fonctionnement est suffisamment altéré, les patients sont en effet affectés par les conséquences graves de l’insuffisance hépatique. Mais c’est tout de même rare, et il est facile savoir si le foie est fonctionnel ou non, notamment en examinant les patients et en procédant à de simples prises de sang.

Le rein peut être imparfaitement remplacé par la dialyse, mais aucune thérapie ne peut reproduire l’immense complexité et la variété de cette usine de la vie qu’est le foie. Son triple rôle d’épuration (on peut aussi dire détoxification), de synthèse et de stockage en fait d’ailleurs l’organe le plus complexe du corps humain, après le cerveau.

Quelques toxines que vous connaissez déjà

Parlons d’épuration, puisqu’on parle ici de toxines. Par exemple, l’ammoniac, effectivement toxique, est transformé en continu en urée, puis éliminé — à défaut de quoi la personne tomberait rapidement dans un coma profond, comme en cas de cirrhose terminale.

Autre exemple : la destruction régulière de nos globules rouges produit de l’hémoglobine, dégradée en bilirubine et en fer, des produits devant ensuite être captés pour éviter une accumulation tissulaire qui serait toxique. Si la bilirubine ne peut pas être «conjuguée» par le foie puis éliminée dans la bile, elle s’accumule alors dans le sang — d’où l’apparition d’une jaunisse. De même, le fer en circulation peut affecter plusieurs organes.

Le foie a aussi un rôle majeur dans le métabolisme des médicaments, qu’on peut considérer dans bien des cas comme des toxines, et dont l’accumulation pourrait causer des problèmes de santé graves.

Et la principale toxine du foie, vous la connaissez aussi bien que moi. C’est un composé utilisé depuis la nuit des temps comme euphorisant, anxiolytique et désinhibant, soit l’alcool, une toxine externe dégradée par le foie, mais qui est toxique pour ses cellules.

À court terme, pris en grande quantité, l’alcool peut donc altérer le fonctionnement du foie. À long terme, son effet est si toxique (lorsqu’il est consommé en grande quantité) qu’il peut détruire ses cellules, menant à la cirrhose et à ses graves conséquences. Il cause d’ailleurs beaucoup plus de dommages que n’importe quelle toxine réelle ou imaginaire.

Peut-on améliorer l’efficacité du foie ?

Chez la majorité des gens qui sont en santé, le foie et le rein fonctionnent déjà très bien, et il n’y a aucune accumulation de «toxines». Il est d’ailleurs fort prétentieux de prétendre «améliorer» le foie par des manipulations diététiques douteuses.

Quelques études animales montrent tout de même qu’on peut moduler l’activité du foie par l’ajout de certains aliments parfois utilisés en médecine traditionnelle. Par exemple, le chardon-marie, ou Silibum marianum — utilisé depuis plus de 2 000 ans et vendu sous plusieurs noms —, peut modifier le métabolisme du foie de l’animal.

Mais passer de l’effet d’un aliment sur le métabolisme du foie d’un rat de laboratoire à un principe plus général d’amélioration de la santé des humains est un raccourci que certains n’ont, malgré tout, aucune peine à franchir. Combien de médicaments apparemment prometteurs dans les études animales se sont pourtant avérés sans effet, ou même dangereux pour les humains ?

Parce que changer le métabolisme cellulaire n’équivaut pas à améliorer la santé. C’est ce qu’on appelle un «marqueur secondaire» sans trop d’intérêt, pouvant uniquement servir à orienter les recherches. De plus, on ignore alors les risques de telles modulations.

La science (1) n’offre aucune réponse quand il s’agit de mesurer les effets positifs ou négatifs des thérapies de détoxification sur la santé humaine. C’est plate, mais c’est comme ça.

Tout récemment, une revue complète de la «science» de la détoxification constatait l’absence de données permettant d’appuyer le concept. Aucune étude humaine solide ne permet donc de tirer de conclusion sérieuse quant à son efficacité clinique. Si vous croyez en la science, il est donc bien difficile d’y croire.

C’est bien dommage, mais si les toxines sont bien réelles, les thérapies détoxifiantes, ça reste du grand n’importe quoi, qui ouvre la porte à des dérives surprenantes… comme j’en parlerai dans ma prochaine chronique.

.     .     .

(1) Il faut ici entendre «science» dans le sens d’«évaluation objective», à l’aide d’une méthode permettant d’éliminer l’effet des a priori, des croyances, de l’effet placebo, etc., et non comme un complot contre les médecines douces. C’est surtout une manière de bien réfléchir à ces questions pour arriver à des conclusions sensées.

* * *

2HEB

 

Pour entendre parler de toxines, de virus, d’hypocondrie, de palpitations, d’homéopathie, de colliers de noisetier et de plein d’autres sujets intéressants, amusants, rassurants ou déprimants, ne manquez pas notre conférence grand public, à moi et au Pharmachien : «Deux hommes en blanc». C’est le 21 janvier prochain, à 18 h 30, au Centre Saint-Pierre, à Montréal. Si vous voulez des informations ou acheter des billets, c’est en cliquant ici.

* * *

À propos d’Alain Vadeboncœur

Le docteur Alain Vadeboncœur est urgentologue et chef du service de médecine d’urgence de l’Institut de cardiologie de Montréal. Professeur agrégé de clinique à l’Université de Montréal, où il enseigne, il participe aussi à des recherches sur le système de santé. Auteur, il a publié Privé de soins en 2012 et Les acteurs ne savent pas mourir en 2014. On peut le suivre sur Facebook et sur Twitter :@Vadeboncoeur_Al.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

37 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Bonjour. Il est toujours intéressant de lire ou d’entendre parler le docteur Alain Vadeboncoeur. Je trouve ses propos très à point.
Il nous explique ça pour que le commun des mortels comprennent bien ce qu’il dit ou écrit.

Bravo docteur, et continuer votre bon travail.

Une petite farce en passant, votre nom de famille est-il précurseur de joie de vivre?

Malvin Baker

Merci à vous. Mon nom de famille est un surnom, apparemment donné aux soldats qui acceptaient volontairement de traverser de la France à la Nouvelle-France. Raison pourquoi on ne le retrouve d’ailleurs pas en France. Joyeuses fêtes à vous!

en fait ce serait un Rozon! Vous avez failli être humoriste….

http://www.genealogieoutaouais.com/?spage=17&chrono=91

Pierre Roson dit Vadeboncoeur, l’ancêtre des Rozon

Pierre Roson dit Vadeboncoeur serait arrivé au Canada vers la fin du régime français Une première mention de Roson est trouvée dans un contrat de vente du 29 octobre 1758. Il achète alors une terre de Léonard Labriance dans la seigneurie du Vaudreuil; Roson habite alors à Montréal. Quelques années plus tard, Roson vend cette terre à Ferréol Doutre. En 1762, Roson a acheté plusieurs terres dans la seigneurie des Milles-Iles à la Rivière du Chesne (Saint-Eustache). Les contrats de vente semblent toujours indiquer que Roson n’a peu ou pas ses terres. Nous n’avons pas trouvé de preuves concrètes que Roson ait été militaire mais tout nous porte à le croire: l’époque de son arrivée en Nouvelle-France, son surnom typiquement militaire, ses relations…Piot dit Larose, témoin à son mariage, Balthazar Belleville, son futur beau-frère, Ferréol Doutre, mentionné plus haut, ce sont tous des militaires.

Non, dans mon cas, c’est plutôt Mirabin dit Vadeboncoeur, un nom français aux origines plus obscures, peut-être espagnoles ou même juives-espagnoles, on ne sait pas trop.

Dr. Alain Vadeboncoeur, Félicitations pour votre travail. Nous avons quelque chose en commun mon père était un grand ami de votre père M.
Pierre Vadeboncoeur. Dans des livres écris par votre père je retrouve le nom de papa. Ils étaient à la CSN ensemble. (Philippe Girard).
Ca me fait plaisir de partager ceci avec vous. Bonne Année et Bonne Santé.

Merci de donner des nouvelles. Mon père m’a souvent parlé du votre, qu’il tenait en haute estime, il me semble. Joyeuses fêtes à vous!

Cher Docteur, vous m’avez rappelé des souvenirs aujourd’hui cocasses mais autrefois apeurant. À chaque changement de saison ma mère faisait sa cure de détox du foie. Rendue adolescente elle a
fait à peu près tout pour me convaincre d’en faire autant vantant ses petites pilules Carter pour le foie. Je la voyais courir aux toilettes pendant cette période car, naturellement qui doit détox dit élimination des déchets. Moi qui avais déjà peine à ne pas avoir à y courir aussi en temps normal, j’étais angoissée à l’idée que les choses s’enveniment. Heureusement, j’ai toujours été capable de résister à ses pressions pour la fameuse cure! Alors quand je vois toutes ces annonces, vraiment, je ne suis nullement intéressée! De plus je suis infirmière alors, je crois au recherches réelles et scientifiques.

Très bon article. Merci
Pour Mme Lucia Duval : le coût de la conférence est de 25$ (visible si on clique sur « ajouter » au panier… ça ne nous engage pas…) soit le même prix que le livre du « pharmachien » qui est un petit bijoux. Courez l’acheter.

Le livre de mon ami Olivier Bernard est effectivement formidable, d’autant plus qu’il est rehaussé d’une préface très bien écrite et d’une profondeur incroyable. 🙂

Hi! Hi! quel peste ces charlatans de tout acabit qui s’évertuent à nous convaincre des bienfaits de leur machin truc. C’est toujours agréable de vous lire comme mes prédécesseurs le soulignent également. Il faut connaître son corps et ses limites et garder la foi pour le bien être de son foie. J’ai toujours passer pour la casseuse de party dans le temps des Fêtes, je n’aime pas l’alcool, le vin et mets trop riches encore moins les desserts trop copieux. On s’en fout, j’aime marcher au grand air et l’hiver encore plus. Sur cette réflexion des plus sensées, je vous souhaite à vos, votre famille, vos collègues de travail ainsi que vos patients qui ont la chance inouïe de vous avoir, une année 2015 avec une cuillère à thé de bonheur, une cuillère à soupe d’amour et un gros bol de santé et de prospérité, à prendre régulièrement et ne pas arrêter avant la fin de la prescription sinon l’effet sera nul.

Mistinguette, je ne peux que constater que vous êtes une authentique spécialiste de la détox, celle que nous fournit les bonnes habitudes de vie! Joyeuses fêtes à vous!

Bonjour,
Les informations de votre article sont claires, bien documentées et me paraissent très utiles pour replacer les choses dans leur contexte. La pub pour les cures de désintox (et pour bien d’autres cures) ressemble souvent à de la désinformation et s’appuie largement sur un effet de mode.
Mais il y manque cependant une petite nuance. Je comprends bien que les effets cliniques sur les humains (positifs ou négatifs) des produits de santé naturels sont peu documentés dans le cadre d’études scientifiques. Leur inutilité, pas plus que leur utilité ou leur innocuité, n’a donc pas souvent été prouvée. Et il semble qu’elles ne sont pas près de l’être, puisque les études nécessaires pour le faire sont coûteuses alors que le financement des recherches ne s’intéresse qu’à ce qui peut être breveté pour rapporter beaucoup. On ne peut évidemment breveter le chardon-marie ou le radis noir, à moins que Monsanto n’en invente de nouvelles versions…
C’est finalement le ton de votre article qui me dérange car il laisse entendre qu’il n’y a rien d’intéressant dans les produits de santé naturelle. Alors que rien n’est prouvé, mais… En attendant, on peut bien se faire dire n’importe quoi et son contraire!

Vous avez tout à fait raison: rien n’est prouvé. Alors vous avez le loisir d’y croire ou pas. Mais le ton de mon texte n’est vraiment à côté des prétentions incroyables de ceux qui prônent ces thérapies et affirment n’importe quoi sans aucune preuve. Disons que j’ai écrit cela dans un soucis d’équilibre. Joyeuses fêtes à vous quand même!

Le docteur Vadeboncoeur est un expert qu’il nous faut respecter, et il nous explique clairement… ce que d’autres ont intérêt à nous cachez.

En tout cas j’essaie. Et j’apprends moi-même beaucoup des commentaires et en le faisant. Joyeuses fêtes à vous!

Hi-Hi! Faute de frappe pour chardon-marie!
Merci de ne pas laisser les gens gaspiller leur argent pour des problèmes imaginaires mais il ne faut quand même pas négliger l’effet placebo relié à ces cures ponctuelles somme toute assez inoffensives puisque temporaires.
D’autre part, lorsqu’un problème de santé existe, certaines plantes sont très performantes et peuvent empêcher la situation de dégénérer (ça rejoint la nutrithérapie). Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es.
Suzanne Trottier

Je n’ai rien contre les »cures » pas dangeureuses et avec lesquelles les gens se sentent bien. Du reste, chacun est libre de croire à ce qu’il veut. Ceci dit, j’aimerais bien voir les études qui montrent quelles plantes sont »très performantes » pour quels problèmes de santé. Les médecins ont aussi pensé pendant 2000 ans que les saignées étaient très performantes et que les laxatifs permettaient de traiter le choléra. Joyeuses fêtes à vous! Et merci pour la faute de frappe, je corrige!

Va pour la saigné (bien qu’on enseignait toujours les principes de la saignée blanche il y a une quarantaine d’années) et les laxatifs sont très efficaces contre… la constipation.
Cependant, il y a belle lurette que la pharmacologie s’est emparée des principes actifs du colchique, du curare et autre grande digitale.
La science tient à en connaître la quantité exacte de mcg par comprimé qu’elle produit, ce qui n’enlève rien au fait que des molécules actives se retrouvent en proportion utile dans la nature même.
Concrètement, il n’y a rien comme une bonne tisane de Solidago canadensis (verge d’or) pour régler des allergies saisonnières sans somnolence. Et Urtica dioïca (ortie piquante) vous règle une anémie en moins de deux sans constipation.
Et ça ne marche pas que sur moi.
Ce ne sont que de petits exemples parmi tant d’autres négligés puisqu’il n’y a pas beaucoup d’argent à faire avec des mauvaises herbes à la portée de la main.
Expérimenter de nouvelles (anciennes) méthodes a parfois du bon, je vous encourage à vous y frotter (pas sur l’ortie, quand même!)

En vous souhaitant une heureuse année remplie de projets, de découvertes et de certitudes,
Suzanne Trottier

Bien entendu, la pharamacopée tire souvent ses ingrédients de la nature, et certains produits encore d’origine naturelle ont des vertus, je ne nie pas cela. Mais cela n’a pas grand chose à voir avec les principes de la détoxification. Merci et au plaisir!

Ca a tout a voir au contraire! Cest avec ca quon fait des cures. Sauf que effectivement, ce nest pas a cout de centaines de dollards quon doive se curer,.On apprend la physiologie, et apprend la chimie, la physique et on postule! Ainsi on va dans la nature, on cueille et on mange! Mais dites le aux gens, que votre opinion est en etudes!! Ne vous privez pas de la paix que procure une simple verite.,.qui a la base, vous donnera une meilleure sante aussi! Les gens veulent vous responsabiliser de leur sante et ce truc est LEUR resppnsabilite a eux! Normal que vous sentiez ce poids….Liberez vous de cela. Vous etes medecin, pas le responsable de la dependance des gens face aux formules toutes faites! Dailleur je crois que cest contre ca que vous en avez, les formules toutes faites prometteuses de sante qui en fait depende trop de lindividu lui meme! Mais a votre maniere, vous endossez inconsciemment ce role si vous ne dites pas la verite pure : vous ignorez et navez pas acces a une sources de données fiable vous permettant de vous prononcer en faveur. Voila. Et en medecine, tout ce qui nest pas prouvé nest pas assez fiable pour etre proposé, surtout compte tenu des enormes responsailites quon impose aux medecins. On leur demande l’infaillibilité. Cest outrageant ce quon exige d eux et cest une barriere immense qu’ils doivent franchir afin que la santé devienne un mode de vie et non une chasse aux symptomes. Le medecin doit simposer dans toute son humilité! Simposer….humblement! En voila un gros programme! Cest ainsi que la santé et la symptomologie seront fondues et concretes et que la detox ne sera plus pretexte a faire du marketing! Dur detre medecin dans cet époque. Svp puisque vous avez tribune publique,….

Excellente chronique. Qui confirme par ailleurs ce que je pense de toutes ces « cures » qu’on nous suggère, particulièrement durant des périodes de consommation souvent excessive.
Petite question : boire une tasse d’eau chaude (tiède) ajoutée du jus d’un demi citron, à jeun, le matin a-t-il un effet bénéfique quelconque sur le foie, le système digestif,les reins, etc.?
À tout le moins je croirais que c’est un bon apport en vitamins C, B, potassium, etc.
Pourrait-il y avoir des effets négatifs?

Je doute qu’il y ait le moindre effet négatif, et vous avez raison, c’est une bonne source de vitamines. Si vous aimez le goût, en plus, c’est une autre bonne raison de continuer. Je vais même l’essayer, pour voir. Bonne année à vous!

Bravo pour cet article fondé sur des faits. Les charlatans n’ont qu’à bien se tenir !

Vous savez, quelques faits ici et là dans une mer de croyances parfois saugrenues, je ne suis pas sûr que ça soit suffisant. Mais merci pour le commentaire et joyeuses fêtes à vous!

Bonjour Dr Vadeboncœur,

Voici un excellent moyen pour éliminer les toxines et les métaux lourds, ainsi que pour réduire le mauvais cholestérol et les triglycérides, de surcroit. C’est l’utilisation de la ZÉOLITE, un minéral naturel, sans effet secondaire que je prends quotidiennement depuis plusieurs mois. Posologie: une cuillère à café de ZÉOLITE (5 mL) dans 100 mL d’eau prise avant le principal repas, le midi dans mon cas. La ZÉOLITE est disponible sur le site suivant:

http://www.trulyorganicfoods.com/zeoforce-zeolite-408g.php

BONNE et HEUREUSE ANNÉE en santé à vous et à tous les lecteurs dans une atmosphère de Paix et d’Amour.

Bonjour. Je ne connais pas le zéolyte et vais sûrement me renseigner. Je doute fort qu’il ait cependant les vertus que vous rapportez, sans quoi il serait connu sur la terre entière.

QUAND J’étais jeune, il était essentiel de se purger une fois par année en prenant une cuillère a thé de souffre pur avec de la mélasse.
ce n’était pas très bon au goût mais nous avons survécu,,même que tous mes grand-parens sont tous morts passés les 90 ans de
même que mes grandoncles et grandes tantes ma mère 93 ans. je ne crois pas à L’effet d’une telle purgation mais sait-on jamais?
ellie

Ouf! Va pour la mélasse, mais le souffre! Des Desbiens ont certainement une bonne constitution. 🙂

Merci Dr j’ai partagé sur Facebook, pour une fois qu’on attend »autre chose » sur le sujet cela m’apaise le cerveau. La vie est simple après tout mangeons bien et bougeons !! bonne année !

Mangeons bien, bougeons beaucoup, dormons, ne fumons pas, soyons heureux, travaillons gaiment, ayons au moins un peu d’argent, partageons, aimons-nous, et on vient de faire 95% du travail. Le reste, c’est le hasard et la génétique.

Personnellement, je dirais que je suis plutôt enclin à croire qu’il existe des « remèdes de grand-mère » qui sont efficaces et qui sont inconnus de la médecine traditionnelle. Le sont-ils tous ? Je ne crois pas. Certains sont-ils dommageables pour la santé ? Fort possiblement. En ce qui me concerne, j’ai fait à quelques reprises le jeûne recommandé par Edgar Cayce qui consiste à ne consommer que des pommes pendant trois jours. J’en ai ressenti des bienfaits indéniables et je ne suis pas le seul.

Je doute fort de l’utilité du jeun aux pommes, mais il est indéniable que vous devez vous sentir différent. Si cela vous fait du bien, tant mieux. Cela ne veut pas dire que c’est une approche efficace « objectivement », juste qu’elle vous fait du bien. C’est déjà cela. Merci pour le commentaire.

Je remarque des manquements a largumentaire. En fait vous parlez des pistes, des elements probants pouvant orienter des recherches, recherches qui nexistent pas encore selon la $ cience, recherches qui sont debutees chez les animaux avec succes, et pourtant vous concluez rapidement a une non efficacité. Un tel changement de direction ressemble a quelqun qui dit : ecoutez, ca a lair encourageant…..mais ca marche pas désolé! Lol…
Ca fait different dun article scientifique ou on voit dans le titre : « un medicament cher mais prometteur » ou ils indiquent le positif de leurs recherches, generalement pas plus avances que des essais ponctuels sur animaux, mais qui pourtant cherchent a valider leur subvention et sexclament sur les bonnes pjstes quils ont.!!
Seulement voila, lorsque on fait pas partie de ceux qui recherchent, on ne se permet pas dinfirmer automatiquement les postes prometteuses de ceux qui cherchent…..ca revient a manquer dhonnetete…..intellectuel il me semble.
Nous, cest la verite quon veut. Pas vos croyances! On veut entendre parler quelquun qui a reussi a soignez ainsi…..pas les gens qui ne reussisent deja pas! Medecin ils vous manquent des connaissances sur la biologie pour commenter des recherches biologiques avec ce niveau de precisons. Admettez le svp Quelle probleme auraient je de me rajouter quelques legumes et fruits crus a mon alimentation? Quelles problemes de dire : plus on en mange mieux cest! Et donc si on laissait parler ceux qui on reussi a guerir des gens la ou la médecine echou? Car desole mais les gens demandent des puissants a croire sans eux meme rechercher. Et vous, les grands de la médecine promu au rang de dieu inconstestable, oublies trop que entre le oui et le non, il y a une infinite de position mais vous savez quon ne vous ecoutera pas si vous etes partiaux ( mais honnete) . Donc un ptit coup dansles shnol de lorgueil et bonne journee! Non mais…..