Donnez-moi de l’oxygène !

Dangereux, les masques ? On voit beaucoup d’affirmations circuler à ce sujet sur les réseaux sociaux. Alain Vadeboncoeur n’y croit pas, mais a voulu tester la chose. Voici les résultats de sa petite expérience, qui va vous surprendre.

Crédit : L'actualité

Je porte un masque à longueur de journée. Comme tout le personnel de l’hôpital, ces jours-ci. C’est d’ailleurs ainsi dans tous les hôpitaux, ceux que je connais en tout cas. Et c’est comme ça depuis 100 ans dans toutes les salles d’opération du monde entier.

Pour ma part, j’ai même fini par l’oublier, le masque. Si bien que je dois me rappeler à l’ordre de temps en temps, pour éviter de le toucher ou pour prendre une gorgée de café à travers, ce qui est ardu avec le masque en place, à moins que vous ne le portiez sous le menton.

Il y a pourtant des journées où le doute me saisit à la thyroïde. Et « s’ils » avaient raison ? Et si mon cerveau subissait une baisse d’oxygène quand je travaille ? Et si je devenais moins empathique ou même franchement désagréable à cause de cela ? Et si certaines altérations de mon bon caractère au travail s’expliquaient ainsi ?

Et si, et si, et si… Ça devient long longtemps, alors pour en avoir le cœur — plutôt le poumon — net, j’ai décidé d’affronter le danger et de vérifier par moi-même. Avec le risque de découvrir que j’avais peut-être eu tort et que, pire, j’allais dorénavant devoir vivre en sachons que je ruinais ma santé.

Durant une soirée tranquille, après avoir donné des instructions détaillées au personnel en cas de pépin, je me suis branché sur un saturomètre, celui qu’on utilise tous les jours avec les patients pour mesurer la saturation — le nom le dit — de l’hémoglobine en oxygène. Et j’ai décidé de constater de visu si le masque pouvait entraîner une baisse de mon oxygène du dedans.

Attention, je vous le dis tout de suite, les résultats vont vous étonner. J’avoue que ça m’a secoué moi-même.

Mais bon, il faut accepter les faits, même s’ils sont étonnants, voire détonants. Sinon, ça ne valait pas vraiment la peine de se poser des questions.

La saturation en oxygène

Pour résumer, l’hémoglobine, que l’on retrouve dans nos globules rouges, est une bibitte à oxygène, qu’elle agrippe fortement lors de son passage à travers les poumons, pour le relâcher ensuite dans les cellules, où il constitue, comme chacun le sait, une molécule vitale sans laquelle la vie ne pourrait durer au-delà de quelques minutes.

La saturation des gens se situe habituellement au-dessus de 97 %. En bas de 95 %, ça commence à soulever des questions. En bas de 90 %, c’est le niveau où l’on administre habituellement de l’oxygène. En bas de 85 %, c’est sévère et en bas de 80 %, ça peut vraiment être très dangereux. Pour vous donner une idée.

La baisse d’oxygène dans le sang peut être dangereuse pour les tissus les plus fragiles, ceux du cerveau, mais aussi ceux du cœur, de même que pour tous les organes de notre corps qui carburent à l’oxygène à longueur de journée et protestent si la baisse est soutenue.

Pour ce qui est du cerveau, les dommages, souvent irréversibles, apparaissent après quelques minutes d’hypoxie, ce qui veut dire littéralement « quantité insuffisante d’oxygène que le sang distribue aux tissus », ce que vous aviez probablement deviné en le lisant.

Le bidule que je tiens dans ma main sur les photographies s’appelle un saturomètre. Il analyse le degré de saturation de l’oxygène en mesurant les variations dans le spectre rouge de l’hémoglobine. Notez que je le tiens sur le majeur, mais ne supposez aucune intention, c’est un pur hasard.

Le moniteur est un outil médical calibré et très précis dans les conditions d’usage normal. C’est avec ce genre d’appareil que l’on surveille les grands malades des urgences. Et les moins malades aussi, faut-il le préciser.

L’expérience a duré environ 25 minutes. Ça aurait pu être plus long, mais bon, j’étais quand même de garde et il faut aussi soigner les gens. Il n’y a évidemment aucun trucage ni Photoshop.

Du chapeau à la couverture

J’ai d’abord commencé — je sais que c’est un pléonasme — avec prudence, en portant un chapeau. Vous vous dites sans doute que le risque est minime, on respire très peu par la peau, mais attention, vous n’avez pas ma superficie de crâne.

Il faut dire que j’ai un peu triché, c’est un chapeau magique, qui rend de bonne humeur (sans blague, j’en ai même acheté un à chacun de mes urgentologues, et « ça marche ! »), ça pourrait donc biaiser l’étude. Mais bon.

Le chapeau a un lien direct avec le masque, parce qu’il sert notamment à attacher les petites cordes du masque, qui, je le reconnais, peuvent irriter l’arrière des oreilles et même les décoller temporairement dudit crâne.

Ah oui, je ne portais pas de masque sur la première photo, pourtant je suis à l’urgence ! Mais bon, aucun patient autour, pour une courte période, et à plus de deux mètres de tout le monde incluant la photographe Chantal Saint-Jean (qui est une excellente infirmière, mais se débrouille très bien en photo aussi).

Pas de surprise, le chapeau n’abaisse pas mon taux d’oxygène (le gros chiffre du bas), ici à 98 %, et mon pouls (le gros chiffre du haut) est à 79. Je me suis dit par la suite : tiens, pourquoi ne pas essayer juste avec une visière ? On ne sait jamais. J’ai donc mis la visière, attendu un peu et…

… non. Pas de changement du niveau d’oxygène, à 99 % cette fois, tandis que mon pouls est à 82. Alors j’ai pris mon courage à deux mains, et j’ai enfilé un masque chirurgical. Et c’est là, après seulement deux minutes, que j’ai constaté avec étonnement…

… qu’il ne s’était rien passé du tout ! Mais bon, un masque chirurgical, ce n’est rien du tout, ce n’est pas vraiment étanche. Je suis donc passé au niveau supérieur, ce qui a jeté l’urgence dans un grand silence, non mais, allait-il oser ?

J’ai enfilé un N95 bien « fitté », celui que j’avais utilisé pour mon « fit test », qui assure une étanchéité totale des bords, et oblige tout l’air à passer par un système complexe de fibres à même de filtrer la plupart des virus. Et j’ai attendu. Et c’est là que…

… rien du tout ne s’est passé. Le N95 ne changeait absolument pas mon taux d’oxygène. 99 %. Ah bon ! Tout le monde me regardait autour avec émotion.

Mais vous me connaissez, quand je commence quelque chose, je n’y vais pas avec le dos de la main morte. J’ai donc pris un masque chirurgical, et je l’ai placé sur mon N95. Double épaisseur. Je ne vous dis pas l’émotion sur place quand, tout à coup, après un peu d’attente…

… il ne s’est à nouveau rien passé. Pas de baisse d’oxygène. Toujours 99 %. Mais… Ah ! Mon pouls s’accélère à 89 ! Signe qu’il va sûrement se passer quelque chose !

Là, j’ai demandé, tenez-vous bien, à ce que l’on m’apporte un deuxième masque chirurgical. Et je l’ai placé par-dessus le premier. Pour garder ma concentration en ce moment extrême, je me visualisais dans Braveheart, face à l’ennemi, le regard bleu acier plongé dans le fond de l’horizon de la salle de réanimation.

J’ai donc placé le masque sur les deux autres, j’ai attendu, et ce qui devait arriver arriva, alea jacta est et tutti quanti, comme on dit, la saturométrie…

… n’a pas baissé d’un soupçon de rien, toujours 99 %. Et mon pouls qui redescend à 84.

Bon, je dois admettre que, rendu là, la tension extrême qui plombait l’urgence s’est relaxée un peu, l’expérience était terminée, et tout le monde allait… Non ! Pas pour moi. Pas pour la science. J’ai demandé que l’on m’apporte un troisième masque d’hygiène.

Surpris, Carlitos, le préposé, m’a regardé une seconde. Mon œil s’est fixé dans le sien, le gauche, et je lui ai fait un signal décidé de la tête. Il m’a gravement tendu le masque. Ginette, la commis, a posé son téléphone et s’est levée en tremblant. Nathalie, l’assistante, a laissé échapper une larme solidaire.

Et j’ai enfilé le troisième masque. Lentement. Et là, tout doucement, comme on a pu le voir sur le moniteur, avec effroi…

… ben, il ne s’est rien passé, niet, nada, pas un iota, bien que je réalise en ce moment que je ne sais absolument pas ce qu’est en réalité un iota. Cela dit, de 99 % à 98 %, peut-être était-ce une tendance ?

Alors quoi ? J’ai tendu la main vers la visière. On m’a retenu. Mais j’ai dit entre mes dents que je voulais aller jusqu’au bout, ce qui n’était pas évident pour personne, parce qu’avec quatre masques, il faut dire que mon articulation, déjà limite, n’était plus vargeuse. PA est alors rentré de dehors, s’est arrêté net en me voyant placer ma visière, a laissé filer ses mâchoires un net : « Intéressant. On va lui faire  “un” écho. »

Je lui ai lancé un regard d’aigle et j’ai répondu : « “une” écho ». Mais il était trop tard, j’avais enfilé la visière, par-dessus trois masques chirurgicaux et mon N95 « tight fit ». Et j’ai attendu. Et voilà que…

… vous l’aviez deviné si vous avez lu avec attention depuis le début, c’était la même chose, basta, pas la moindre hypoxie.

Ça commençait à devenir long, il fallait en finir. J’ai attrapé une jaquette d’hôpital au passage et je l’ai ajoutée par-dessus tout ça, drastiquement, comme on dit, ce qui…

… ne changea rien à rien de rien, encore une fois. Alors, j’ai pris l’outil extrême, la grosse couverture de coton épais, celle qui garde les patients au chaud durant les froides soirées climatisées, et je l’ai ajoutée par-dessus le reste, d’un geste péremptoire, et j’ai attendu une minute, et deux minutes, et trois minutes, et l’équipe de réanimation n’arrivait pas, et allais-je survivre, et je ne voyais même plus les chiffres, et mon cerveau était-il encore de ce monde, et je ne sais pas, et soudain…

… j’ai donc retiré le tout brusquement, mais il n’y avait plus personne autour, tout le monde était retourné vaquer à ses occupations en se désintéressant totalement de cette avancée scientifique hardie. Non mais, ils n’avaient pas que ça à faire, alors j’ai regardé le chiffre, et j’ai vu. Ce que vous voyez. De mes yeux vus.

98 %.

Ben, c’est ça. Puis 99 %. Enfin, ça fluctuait entre les deux.

Qu’est-ce vous voulez que je vous dise ? C’est juste ça, j’ai même pas triché, j’aurais pu.

Et alors, pour la première fois de la journée, non, disons de la soirée, disons depuis le début de l’expérience, j’ai souri largement. Je l’avais échappé belle.

C’était donc ça, une vie bien remplie d’oxygène.

En résumé (et je vous invite à partager cette image sur les réseaux sociaux) :

***

Ma prochaine expérience portera sur le taux de CO2 et le masque.

Laisser un commentaire

Les résultats sont étonnants et rassurants, toutefois il vous manque un élément…le mouvement. Je travaille en maintien à domicile et la récupération d’oxygène me semble quelque peu entravée. Ma conjointe en CHSLD m’a fait la même observation en me faisant remarquer qu’au final au bout de la journée elle se sentait un peu plus fatigué depuis la mise en place des nouvelles mesures de précautions. J’ai remarqué un peu la même chose et contrairement à elle, je travaille en milieu climatisé.

Répondre

Bonjour. Il peut y avoir bien des facteurs. Mais sûrement pas la baisse de l’oxygène. Bonne soirée.

Ha ha ha!!! J’adore! Les sciences rendues rigolotes, y a que ça!!
Merci pour tous vos billets, que je dévore toujours en premier…
Un médecin qui s’implique socialement (prises de position, théâtre!), bravo et merci, Docteur Vadeboncoeur.

Répondre

Il me semble qu’il faudrait essayer avec des masques faits maison, en coton, en polyester, etc. C’est peut-être là que les gens sentent un inconfort, surtout avec le polyester.

Répondre

Super , j ai tant travaillé avecl un masque , la jaquette , les gants, alouette …. je trouve extra ton expérience . Voyons , je comprend vraiment pas l’entêtement de la part de certains. Bravo … belle expérience … 😷👌

Répondre

Petite expérience sans prétention, avec un résultat intéressant. Le contraire aurait été surprenant. Merci du commentaire.

Il faudrait faire le teste sur une plus longue période. Genre quand vous travaillez 8h sans enlever le masque prennez le tôt d’oxygène toute les 30 minutes. 1 journée avec un masque chirurgicale et 1 avec le N95
Car, selon ce que j’en sais, une personne qui utilise un compresseur, quand elle enlève sa canule nasal, son tôt d’oxygène ne redescendre pas avant 60 ou 90 mins ….
Ce qui me fait penser que votre essai et loin d’être assez long.

Puisque mon « essai » a commencé au début de mon quart de travail, il a commencé en fait 5 heures plus tôt. Par ailleurs, non, l’état d’équilibre se fait bien plus rapidement que 60 à 90 minutes. Quelques minutes, pas plus. Bonne journée.

Quelle était la température de la pièce où vous avez fait cette expérience. Pour ma part, dans un centre commercial où je porte le masque, ça va super bien ! À l’épicerie, à la pharmacie aussi. Tous des endroits avec air climatisé. Mais quand j’ai pris le métro hier, avec ce même masque, je me suis sentie de plus en plus mal. Dans les wagons , pas d’air climatisé comme dans la plupart des CHLSD et les chambres d’hôpital. Allez donc demander aux employés comment ils se sentent avec un masque.

Répondre

moi je pense aussi que sa affaiblie le siteme immunitaire sur tout comme la plus part du monde qui travaille fort et qui cours par tout et qui fait beaucoup humide bien pour moi le masque et la lisière ses pas bon et de respirer ton propre c02 bien bravo pour le corps .

Ça ne changera rien au niveau d’oxygène. Mais peut-être au niveau de confort. Merci du commentaire.

Votre inconfort était peut-être causé par le stress du à l’augmentation des risques de contagions dans un wagon de métro.

A Diane: NON, cela ne joue pas non plus sur le système immunitaire, et par ailleurs, le masque n’est pas un réservoir, on ne respire pas plus que ça son CO2. Bonne journée.

Vous devriez faire le test en mouvement, dans un endroit où il fait chaud et très humide Pendant 9heures Comme dans une serre, à 45’C

Répondre

Ça ne changerait rien au niveau d’oxygène, qui est le même partout, à 21%. Mais peut-être le confort. Notez que je travaille 10h par jour avec un masque et qu’il fait souvent chaud et que je suis souvent en action! Merci du commentaire.

J’ai travaillé 42 ans dans l’industrie minière, on y travaillait très dur, et pour se protéger de la silice qui cause la silicose maladie pulmonaire hautement mortelle, je portais au minimum un N95 et toutes sortes d’autres masques à cartouches, et même à canister. Je portais ces protections qui m’ont préservé du cancer des poumons et autres emphysème à au moins 75% du temps sur des shifts de 12h. Alors laissez-moi vous dire que ceux qui pensent qu’on respire du CO2 sont dans une totale erreur. Merci d’être logique à un moment donné. Un petit PS. Travailler sous terre c’est chaud et très humide alors être dans un bus une ou deux heures par jour….c’est de la rigolade.

Le résultat ne prouve rien, car il n’est pas actif et en stress.
C’est pas des conditions réelles, déjà que chacun va réagir différemment…
J’en connais plusieurs de divers milieux qui sont étourdis ou ont le nez plus sec depuis ses mesures.

Répondre

Inconfort, sans doute. Étourdi, peut-être. Je soupçonne que c’est parce que la personne peut au contraire hyperventiler. Mais ici, on parle de sécurité et d’oxygène. Pas d’effet. Cela dit, je travaille dans des conditions réelles avec un masque, durant 10h, actif, et souvent en situation de stress. Ça ne change rien à la sécurité et honnêtement, le masque, je n’y pense même plus. Merci du commentaire.

Le résultat n’est pas significatif car la Spo2 n’est pas pondérément calée sur la respiration , si vous réduisez le nombre des inspirations par minute, votre SpO2 ne va pas descendre rapidement il lui faudra plus d’une minute pour qu’elle descendre idem pour monter en augmentant le nombre inspirations/mn. de plus vous retirez le masque et pendant deux minutes ou plus vous respirez de l’air 21%d’oxygène ce qui régénère l’oxygène de vos poumons puis vous changez de masque et rien à nouveau se passe, dois je croire en votre test bien sûr que non, car à mon avis vous ne connaissez rien de la mécanique des gaz dans leur cheminement dans un masque où pas. Voila pour quoi le masque ne nous protège pas en inspiration parce que l’air pénètre, entre la peau et le masque et permet au virus d’avoir une grande surface de pénétration, même une mouche peut passer et par contre les expirations envoyent l’air pollué contre le fond du masque retenant ainsi nos postillons chargé de Covd 19 le masque chirurgical est perméable à l’air et imperméable à l’eau « postillons et autres

Bonjour docteur,
Vous portez le masque dans un endroit aseptisé et aéré, on vous a enseigné de ne pas le toucher ou le manipuler, dès que vous sortez d’une salle ou d’une chambre, vous le retirez, vous le changez. Vous ne le portiez pas à l’extérieur, ni durant votre repas. Les conditions dans lesquelles vous portez le masque ne sont en rien comparables avec le fait de porter un masque à l’extérieur à 35 degrés. Les gens le touchent, les baissent, les décrochent, les mettent dans leur sac, les remettent. Ceux en tissus ne deviennent-ils pas sales comme nos vêtements? Il y a une réalité dans le port des masques qui n’est pas considéré … la réalité ne reflète pas l’idéalisme du port du masque. Je rajouterais que depuis des dizaines d’années, les Chinois portent le masque … ce qui n’a pas empêché les virus les plus agressifs de se propager, selon un constant difficile à nier. Il y a lieu de regarder la réalité sur le port du masque et de ne pas comparer le port du masque en milieu hospitalier avec le port du masque au quotidien.

Répondre

Le simple but de cette modeste expérience, c’était de montrer aux gens que ce n’est pas dangereux. Plein d’information circule à cet effet. Voilà tout. Merci du commentaire.

Bien dit Johanne .Moi je travaille dans une usine et j’ai fait la livraison de meuble dans les domiciles pendant la canicule,je vous verrais bien, mon gentil docteur , a faire la livraison avec le masque pendant 1 hre a la grosse chaleur.Moi après 30 minutes ,javais un mal de tête atroce et je dois quand même finir ma journée comme cela .Pour moi le masque ,c’est zéro moins une barre .Oui le taux d’oxygène est peut-être la mais il y a quand même un coté négatif aux masques.Merci et bonne journée.

Dans l’environnement de l’urgence, ça dépend vraiment des endroits, mais certaines salles peuvent être fort chaude et on peut aussi y être dans l’action de manière soutenue et prolongée. Vous affirmez par ailleurs plusieurs éléments qui ne sont pas en rapport avec ce que je voulais montrer. Bonne journée.

D’après le prof. Denis Rancourt le masque ne protège pas contre le covid-19 car ce virus est en suspension en aérosol dans l’air et s’infiltre facilement à travers les masques existants……

Répondre

Le masque N95 protège. Le masque de procédure protège contre l’émission et la réception des gouttelettes. La question de l’aérosolisation est actuellement controversée, mais c’est possible que ce soit le cas. Merci du commentaire.

Je suis asthmatique. Et hier, j’entendais le Dr Amir Kadir, que pour les gens avec des difficultés respiratoires, dans tous les pays, ce serait évident qu’ils seraient exempté de masque. Je ne comprends pas. Mais d’un autre côté, ça ferait mon affaire.

Répondre

Il y a une nuance entre quelqu’un qui est à un moment donné en grande difficulté respiratoire et un asthmatique ou un MPOC stables. Pour ces derniers, je ne vois pas de problème. Merci du commentaire.

Très intéressant votre expérience !
Merci
Puis je vous poser une question:
Je travaille à l’hôpital aussi. Grimper 3 étages à pied sans masque ni visière ne me pose pas de problème.
Cependant, grimper les 3 étages à pied en portant un masque chirurgical + une visière, on dirait que je manque d’oxygène, mon cœur bat plus vite et j’ai la difficulté à reprendre mon souffle avant. d’engager une conversation décente sans respiration saccadée

Répondre

Peut-être que dans certaines situations, le travail respiratoire est un peu plus grand. Mais je fais la même chose que vous sans avoir de problème. Merci du commentaire.

Super cool! Mais quelqu’un a noter le rythme cardiaque; il y a un plus grand effort avec les « couches » additionnelles… 🤷🏼‍♂️

Répondre

Pourtant, il baissé ensuite. C’était plus l’excitation de l’expérience à mon avis. Merci du commentaire.

Si le masque est parfaitement étanche avec la peau du visage ce en tout point, et que à chaque inspiration qui crée une dépression à l’intérieur du masque pour faire entrer 1/2 litre d’air vers les poumons, il y aura une sensible désaturation croissante en Dioxygène car si la médecine n’est pas une science sûre, les mathématiques oui, Revenons à votre essai il n’y a pas de désaturation en Dioxygène c’est sûre, parce qu’il n’y a pas d’étanchéité entre la peau et le masque, à l’inspiration qui dure 3 secondes fait entrer 1/2 litre d’air, qui va surtout entrer par les cotés du nez, puis dans le prolongement des lèvres et aux passages en tous points du visage qui ne sont pas en contact avec le masque, et pour peu que la personne soit barbue, ainsi peu d’air entrera par la perméabilité à l’air dudit masque, car cette perméabilité est court-circuitée par les entrées plus faciles qui ne crées pas de perte de charge ou peu.

Merci de nous faire rire!
J’ai une petite question s.v.p: je travaille avec le public, je ne porte pas de masque mais je porte une visière faite maison qui couvre le menton et une partie du cou donc plus longue que celles utilisées dans les hôpitaux suis-je protégée?

Répondre

Vous, probablement assez bien contre les gouttelettes. Les autres, probablement pas très bien.

Vous êtes médecin ?… ce que j’ai remarqué c’est l’évolution de votre rythme cardiaque…. pour adapter, peut-être votre taux d’oxygène… faudrait pas prendre les enfants du… !

Répondre

Pas sûr de ce que vous voulez dire. Comme vous êtes fort observateur, vous noterez qu’il a accéléré… puis décéléré. Pas très concluant, n’est-ce pas? Bonne journée tout de même!

Ah super pour l’oxygène mais que faites vous de l’air vicié car un poumon est un émonctoir tout comme la peau, les reins, ect…
D’autant plus que les virus sont beaucoup plus fins et passent à travers le masque.
Les chinois le mettent pour la pollution et pas pour les microbes.

Répondre

J’imagine que vous parlez du CO2. Ou encore de l’humidité? Comme « émonctoire » (joli mot) l’air expiré ne contient pas grand-chose d’autre de significatif. Ça tombe bien, tout ça passe très bien à travers le masque. Le reste est un autre sujet. Bonne journée.

Je voulais savoir si nous parlons et/ou chantons en dessous du masque de base (chirurgien) j’imagine que les résultats se feront sentir à ce moment-là? J,aimerais bien avoir la réponse. Merci

Répondre

Ça ne change rien. Je parle de manière continue avec mon masque. Je chante assez mal par ailleurs, mais je siffle presque tout le temps. Bonne journée.

Très drôle et pertinent. Il serait intéressant de refaire le test mais en faisant un effort physique (ex: course sur tapis ou vélo) au lieu de se tenir uniquement debout.

Répondre

Ça ne changerait rien. Les échanges gazeux se font tout aussi bien. Peut-être un léger effort respiratoire de plus. Bonne journée.

ON NE NOUS AS PAS TOUT DIT SUR L’#HYPOXIE QUI EST UNE CONSÉQUENCE POSSIBLE RELIÉ AU PORT PROLONGÉ DU MASQUE!
Quand on vous dit pas de danger regarde le résultat au saturomêtre!
#FRANCOISLEGAULT
Les saturomètres sont conçus pour mesurer le taux d’oxygène associé à l’hémoglobine normale (hémoglobine A). La carboxyhémoglobine19 et la méthémoglobine20 qui sont des hémoglobines pathologiques affectent de façon significative la lecture. Celle-ci sera considérée comme normale alors que les valeurs réelles de Sa02 sont basses et le patient en hypoxie. Le traitement de la méthémoglobine est le bleu de méthylène. On imagine donc assez bien la difficulté d’obtenir une lecture fiable. De sur-estimée, la valeur va passer à sous-estimée. Seule une mesure des gaz du sang par prélèvement direct sera fiable.

Répondre

Je ne sais pas si vous le réalisez, mais pour avoir ainsi une fausse valeur « normale » pour les raisons que vous mentionnez, il faudrait que je sois intoxiqué au monoxyde de carbone (et donc exposé à une source de monoxyde de carbone, puisque le corps n’en produit pas). Vous vous douterez que c’est fort improbable, n’est-ce pas? En fait, que c’est un très mauvais argument? C’est ce que je pensais aussi. Bonne journée à vous.

Effectivement, si on ne bouge pas…
Vous pourriez essayer en faisant un effort réel ?

Répondre

@Escure, Comme je suis curieux et que j’ai l’esprit scientifique, j’ai décidé de faire un test sur vélo stationnaire:
avec masque, 4 minutes à intensité suffisante pour monter mon rythme cardiaque à 130PBM ma saturation est descendu à 96%
Après 4 minutes j’ai enlevé le masque et continuer avec le même effort pour 4 minutes. Ma saturation est remontée à 97% (même rythme cardiaque). Il y a effectivement une faible obstruction causé par le masque en papier. A la fin de l’exercice alors que mon rythme cardiaque était redescendu à 104PBM ma saturation était remontée à 98%.
Notez cependant que je fais de l’exercice physique régulièrement et que je suis non fumeur.
Les résultats peuvent donc varié pour des personnes en moins bonne condition physique.

96% ou 97% est de l’ordre de l’erreur de lecture. Ce sont des valeurs normales. Ça ne permet pas de conclure comm vous le dites. Bonne journée.

Si le rythme cardiaque augmente c’est que le coeur doit travailler plus fort pour amener la même quantité d’oxygène dans le sang.

Répondre

Il n’augmente pas, justement. Il a augmenté un peu, puis revenu au même. Bonne journée.

J’ai décidé de faire l’expérience moi-même. Je possède un oxymètre de marque Oxywatch (disponible en pharmacie) et des masques d’hygiènes en papier (aussi vendu en pharmacie).
10 juillet 8:12 mesure sans masque: saturation 98%, rythme cardiaque 57
8:16 avec masque après 3 minutes saturation 98%, rythme cardiaque 57.

Je m’attendais à ce que mon rythme cardiaque augmente légèrement pour maintenir le même taux d’oxygénation mais ce n’est pas le cas. Je confirme donc les résultats du Dr Vadeboncoeur.

J’ai acheté cet Oxymètre au début de la pandémie au cas ou j’aurais des symptômes respiratoire.

Répondre

L’humour a toujours été le meilleur outil pédagogique pour mon mode d’apprentissage, encore plus si celui qui la pratique a le même style capillaire que moi……vive la pédagogie par l’humour et par les chauves :0)

Répondre

Un excellent article. J’ai un peu appris et surtout beaucoup rigolé. Un doigt d’honneur aux clowns du cyberespace. Merci.

Répondre

Ce sont des mythes tenaces, apparemment. Merci de votre appui. Nous en aurons besoin. Bonne journée.

Dr Vadeboncoeur, vous êtes super! Présenter ainsi cette information en la rendant utile et agréable est tout un chef-d’œuvre. Bravo! Message reçu. Je me calme le pompom maintenant en ce qui a trait aux masques et je prends une bonne bouffée d’oxygène.

Répondre

Merci pour votre chronique, j’ai bien ri! Comme l’on fait remarqué plusieurs avant moi, porter un masque peut être inconfortable dans certaines conditions, mais le corps est bien fait et va maintenir l’oxygénation en augmentant les rythmes respiratoire et cardiaque chez les personnes « en santé ». Mais j’avoue que je n’ai pas été capable de garder mon masque en place vers la fin d’un test à l’effort récemment…

Répondre

En effort maximal, possible que ça soit plus inconfortable. Surtout si on n’est pas habitué. Bonne journée.

Sa semble être un test fiable mais moi ce qui m inquiète c’est que , comme ma conjointe et des milliers d’autres ,ils le portent avec leurs travails sur EFFORT MOYEN A ÉLEVÉ sur une longue période Chaques fois qu’ils font ce test ,c’est tjr debout a côté d’une machine sans bouger et au moindre effort. Moi un test exacte serra avec la même personne en mode relax , mode effort sans masque et pour finir mode effort avec un masque . La on verra

Répondre

À l’urgence, on est rarement en « mode relax ». On peut être en situation intense et porter un masque de procédure des heures durant, ou même un N95 avec un visière en réanimation. D’une part, on s’habitue. D’autre part, ça peut être inconfortable, mais c’est sans danger. C’est ça le point.

Laissez moi savoir svp lorsque le test pour le CO2 aura été publié, un de mes amis m’a écrit que le CO2 qui retourne dans le corps était néfaste pour les cellules….bla bla bla….etc…

Répondre

C’est de la foutaise aussi: il y a déjà du CO2 à 4% qui « revient dans le corps »: tout le CO2 situé dans les bronches, la trachée, la bouche. Je parie que c’est un volume bien plus élevé que ce que peut « contenir » un masque (qui n’a pratiquement pas d’effet de réservoir. Bonne journée.

Faudrait faire un test semblable mais dans des conditions un peu différente.

Tout le monde ne travaille pas à l’air climatisé avec une infirmière qui vous essuie le front aux 10 minutes.

Essayez ça à 35° au soleil en faisant des travaux manuels pendant plusieurs heures et de la sueur plein le visage… Là, ça sera un test valable et représentatif.

Répondre

Vous êtes rigolo vous, avec votre infirmière qui nous essuie le front aux 10 minutes Vous ne devez pas fréquenter beaucoup les urgences souvent (tant mieux pour vous) pour écrire des choses comme ça. Par ailleurs, deux heures de réanimation, dans une pièce parfois chaude, avec une visière, c’est quand même pas mal intense. C’est sans doute moins confortable ainsi. Mais le point n’est pas là. Le point c’est: ce n’est PAS dangereux.

Merci d’avoir publier ce texte. J’ai beaucoup ri! J’espère que tout le Québec (surtout Montréal) le lira… Bonne journée Dr. Vadeboncoeur.
Sylvie, infirmière retraitée

Répondre

J’espère surtout qu’il permettra de dissiper quelques minutes… ce dont je doute un peu, hélas, quand je lis certains commentaires. Bonne journée.

Merci beaucoup pour cette belle présentation et pour nous avoir fait beaucoup rire ma conjointe et moi. Je suis un éducateur physique à la retraite et je peux vous confirmer que dans une situation de stress, ou d’exercice, masque ou pas, notre rythme respiratoire peut changer et peut même nous amener jusqu’à un inconfort.

Je ne peux commenter la situation des personnes qui portent un masque pour une très longue période dans un hôpital ou un CHSLD et qui sont en contact avec la maladie à chaque minute. Mais nous devons réaliser qu’ils sont tout de même dans une situation de stress élevé et qu’ils sont très actifs.

Nous portons tous les deux un masque dans les endroits publics pour notre et votre bien. Votre présentation nous confirme que certaines personnes devraient se tourner la langue 7 fois avant de parler.

Répondre

Très intéressant, c’est justement après avoir visionné cette vidéo que j’ai eu le goût de contrecarrer de telles niaiseries. Savez-vous quelle est la concentration en oxygène de l’air expiré? 17%, justement. C’est un peu comme s’il prenait un échantillon dans la bouche sans trop respirer (pas clair qu’il inspire sur la vidéo, ça ne semble pas être le cas): il mesure l’O2 de l’air expiré. Ça ne veut pas dire évidemment qu’il inspire de l’air à 17%: le masque n’a pratiquement aucun effet de réservoir. S’il respire, l’air qui vient est l’air qui vient de l’entourage immédiat, évidemment à 21%. Par ailleurs, tout l’air entre ses poumons et les lèvres est à 17% et… vous savez quoi? On l’inspire aussi, avant que l’air externe s’ajoute. Ce qui n’a aucune conséquence. Merci d’avoir permis d’ajouter ces points et bonne journée.

Bonjour
D’autres Dr ont fait cette expérience mais en se faisant tester après 25 mn ou plus avec un masque. Cela change tout.
Parce que 25 mn pour tester 8 masques différents cela fait si peu de temps à chaque fois qu’en effet, votre taux d’oxygène n’a pas le temps de dimuner.
Donc pouvez vous refaire cette expérience après 30 mn et remontrez nous vos photos, cela vous prendra plus de 25 mn
IL y a plein d’études également scientifiques qui prouvent le contraire.
Bref vous ne m’avez pas convaincu.

Répondre

Mais non, ça ne change rien.

D’une part, il faut savoir que j’ai fait l’expérience assez tard, vers 21h, et j’ai commencé mon quart vers 16h, je l’ai donc porté essentiellement en continu jusqu’à « l’expérience ». Je ne l’ai enlevé brièvement que pour les deux premières photos. Notez qu’au tout début, après 5h de masque, ma saturation était bien à 98%.

D’autre part, on parle ici de 25 minutes en continu, donc environ 22 minutes avec au moins un masque (en jusqu’à 7 épaisseurs au total, bien plus que ce que n’import qui peut avoir sur le visage en situation « normale »). Le reste est successif. La saturation aurait eu amplement le temps de descendre (ce qui est absurde: c’est un état d’équilibre, l’O2 externe est à 21%, les échanges gazeux sont constants, il n’y a aucune raison que ça baisse graduellement). Et situation de respiration constante, l’état d’équilibre apparaît rapidement, en bien moins que 20 minutes.

Pour ce qui des « études scientifiques qui prouvent le contraire », trouvez-m’en une et citez là. Je n’en connais aucune.

Bonne journée.

Je ne voudrais pas passer pour un censeur marxiste de gauche, mais… les médias de masse dont fait partie L’Actualité n’ont-ils pas clairement établi que le signe de main « OK » était en réalité un signe raciste associé à des supposés groupes de suprématie blanche? Est-ce que L’Actualité est devenu un magazine raciste? À en croire le niveau actuel de ce qui passe pour un débat intellectuel, il faudrait croire que oui. Ce n’est pas le genre de conclusion à laquelle je serais naturellement arrivé moi-même, mais puisque les médias semblent en savoir plus que nous sur le sujet, comment alors expliquer une telle bourde, selon les standards que vous avez vous-même établis?

Bon, je vais aller lire l’article maintenant, j’ai le goût de rigoler comme les autres….

Répondre

Vous me l’apprenez, mais après avoir cherché quelques références, on dirait que vous avez un peu raison. Je vais vérifier auprès de la rédaction. Merci.

Je suis un plongeur certifié professionnel avec 7 spécialisations dont Plongeur Sauveteur. Ce signe pour nous veut dire »Tout va bien » ou »tout est OK ». Donc, à 100 pieds sous la surface de l’eau, je suis raciste quand je demande à un partenaire de plongée si »Tout est OK ». Je trouve qu’on commence à voir des problèmes partout…….On est tu en train de devenir fou…..

MERCI beaucoup de cette avancée scientifique hardie! Et quelle belle plume, comme j’aime. On croirait y être.

Eh bien, je suis fort surprise. Quels résultats étonnants, mais rassurants. Car le masque est là pour quelques moins encore…

Bien hâte de lire votre prochain reportage.

Répondre

Je comprends qu’on puisse être surpris, mais c’est simplement la juste information. Bonne journée!

C’est la même chose que quand je porte ma cagoule pour skier. Je ne manque pas d’oxygène rendu au milieu de la piste…

Répondre

Peut-être si vous partez de 6000 mètres d’altitude, mais sinon, effectivement, même principe: l’air passe, il est à 21% d’O2, le masque n’est pas une réservoir, donc il n’y a aucun problème. Bon ski! (Nautique).

Démonstrations ? Faites au moins un effort pour être crédible.

Voici ce qu’on peut lire ailleurs …

«Le Dr. Alain Vadeboncoeur a fait une erreur que BCP trop de professionnels font. Il a mesuré la totalité des gaz qui peuvent être en grande partie composé de dioxyde de Carbonne on est loin de ce qu’il avance être en train de prouver soit la saturation réelle du sang en oxygène soit Sa02 DONT la seule méthode de vérification fiable est une prise de sang qui sera analysé.

Sa=Saturation O2=Oxygène

Les saturomètres sont conçus pour mesurer le taux d’oxygène associé à l’hémoglobine normale (hémoglobine A). La carboxyhémoglobine19 et la méthémoglobine20 qui sont des hémoglobines pathologiques affectent de façon significative la lecture. Celle-ci sera considérée comme normale alors que les valeurs réelles de Sa02 sont basses et le patient en hypoxie.

Les principales complications avec les mesures prise avec des saturomètre ne sont pas dues aux appareils eux-mêmes, mais bien souvent aux utilisateurs. Le saturomètre peut en effet donner un faux sentiment de sécurité. D’une part, les causes d’erreurs de mesure peuvent être nombreuses, d’autre part, la méconnaissance des principes de fonctionnement en fait parfois un outil mal utilisé. Une étude a, par exemple, révélé que 30% des praticiens et 93% des infirmières pensaient que le saturomètre mesurait la Sa02

Ref. Stoneham MD, Saville GM, Wilson IH, Knowledge about pulse oxymetry among medical and nursing staff, Lancet 1994; 344: 1339-1342.

L’oxygène qui entre dans ton corps tu en as besoin sans limitation pour oxygéner non seulement ton cerveau mais aussi tous tes organes.

Quand tu ré-inspire ton expiration … l’oxygène entrante passe de 21% à 16 % et le dioxyde de carbone passe de 0.03 a 4.5… alors pourquoi affirmer qu’il n’y a pas de diminution d’oxygène entrante alors que c’est faux en plus du potentiel intoxifiant que constitue la ré-inspiration non naturelle de 4.5 % de dioxyde de Carbonne.

L’oxygène qui entre dans ton corps tu en as besoin sans limitation pour oxygéner non seulement ton cerveau mais aussi tous tes organes.

Oui c’est vrai que ton corps s’adapte il se met en mode économie alors il approvisionnera les organes les plus important en premier soit ton cerveau… mais le risque de causer des dommages aux organes relié à la diminution de l’oxygène entrant n’est pas du tout nul et l’autre problème est que les dommages ne se constateront pas instantanément.

Je n’apprécie pas me faire dire «regarde le test que j’ai fait avec le saturomètre prouve que le port prolongé du masque ne diminue pas le taux de sa02» c’est à dire l’entrée d’oxygène alors que ce n’est pas vrai le test qu’il a fait ne prouve pas cela du tout!

Je vous mets au défi de trouver une seule machine a pulse qui prétend mesurer le Sao2 avec EXACTITUDE…

Aucune ne le fait!

Le pulse estime avec des considéré. Ce qu »il a mesuré c’est l’entré de gaz tout confondu.
Oui les machine sont programmé avec des considérés de ce qui est normal en tenant compte de l’entrée normale en Sao2, 21% et de la sortie en dioxyde de 4.5% et les considérés ne tienne pas compte que la personne porte possiblement un MASQUE DEPUIS LONGTEMPS et doit inspirer son expiration!
Les considérés représentant l’entrée (JUGÉ NORMALE) et la sortie (JUGÉ NORMALE) doivent être programmé avant le test car lorsque l’on ré inspire notre propre respire l’oxygène entrant passe de 21% à 16% pour l’oxygène et de.03 à 4.5% pour le dioxyde de Carbonne.

Le pulse estime avec des considérés pré-programmés qui ne considère pas le masque.
AUCUN SATUROMÈTRE PULSE N’A LA CAPACITÉ DE MESURER LA QUANTITÉ D’OXYGÈNE ENTRANT AVEC EXACTITUDE!»

Répondre

Cher monsieur (ou madame) Binouche.

Je vais tâcher d’être crédible autant que vous l’êtes, et en répondant à chacun de vos points. Je vous cite entre « » et vous répond point par point.

«Le Dr. Alain Vadeboncoeur a fait une erreur que BCP trop de professionnels font. Il a mesuré la totalité des gaz qui peuvent être en grande partie composé de dioxyde de Carbonne on est loin de ce qu’il avance être en train de prouver soit la saturation réelle du sang en oxygène soit Sa02 DONT la seule méthode de vérification fiable est une prise de sang qui sera analysé. »

C’est évidemment faux. La mesure de la saturation en oxygène donne une valeur correspondant grosso modo à la quantité d’hémoglobine désaturée telle qu’évaluée par le capteur placé sur le doigt. Bien que cette mesure ne soit pas parfaite, elle possède en situation normale (hors d’un arrêt cardiaque, d’un choc profond, d’une anémie sévère, d’une intoxication au monoxyde de carbone (j’y reviens) une excellente corrélation avec le contenu en oxygène du sang. Le CO2 influence peu ou pas la mesure. Des hémoglobines anormales (intoxication CO par exemple) ou encore une anémie sévère peuvent donner des valeurs faussement normales… mais bien évidemment ce n’était pas mon cas! Ni celui de 99.9% des gens.

« Les saturomètres sont conçus pour mesurer le taux d’oxygène associé à l’hémoglobine normale (hémoglobine A). La carboxyhémoglobine19 et la méthémoglobine20 qui sont des hémoglobines pathologiques affectent de façon significative la lecture. Celle-ci sera considérée comme normale alors que les valeurs réelles de Sa02 sont basses et le patient en hypoxie. »

Pour cela, il faut être intoxiqué au CO (réchaud dans un chalet par exemple) ou une intoxication aiguë aux nitrites! Ce n’était évidemment pas mon cas, je ne faisais pas de camping comme vous l’avez sûrement remarqué.

« Les principales complications avec les mesures prises avec des saturomètres ne sont pas dues aux appareils eux-mêmes, mais bien souvent aux utilisateurs. Le saturomètre peut en effet donner un faux sentiment de sécurité. D’une part, les causes d’erreurs de mesure peuvent être nombreuses, d’autre part, la méconnaissance des principes de fonctionnement en fait parfois un outil mal utilisé. Une étude a, par exemple, révélé que 30% des praticiens et 93% des infirmières pensaient que le saturomètre mesurait la Sa02 »

Ce qui n’a évidemment aucun (mais aucun) rapport avec la question. On ne demande pas aux gens de se promener avec des saturomètres, il s’agissait de vérifier si la saturation, prise en condition contrôlée, était stable.

« L’oxygène qui entre dans ton corps tu en as besoin sans limitation pour oxygéner non seulement ton cerveau mais aussi tous tes organes. »

Là-dessus, on est d’accord, on a besoin d’oxygène, merci.

« Quand tu ré-inspire ton expiration … l’oxygène entrante passe de 21% à 16 % et le dioxyde de carbone passe de 0.03 a 4.5… alors pourquoi affirmer qu’il n’y a pas de diminution d’oxygène entrante alors que c’est faux en plus du potentiel intoxifiant que constitue la ré-inspiration non naturelle de 4.5 % de dioxyde de Carbonne. »

Saviez-vous que nous inspirons déjà de l’air (un peu) à 16% d’O2 et 4% de CO2? Tout le gaz entre les alvéoles et la sortie de la bouche est ainsi constitué. Et non le respirons! Tout le temps! La quantité « contenue » dans un simple masque (qui n’a aucun réservoir) n’ajoute pratiquement rien. C’est un faux argument, qui montre une mauvaise connaissance de la physiologie.

« Oui c’est vrai que ton corps s’adapte il se met en mode économie alors il approvisionnera les organes les plus important en premier soit ton cerveau… mais le risque de causer des dommages aux organes relié à la diminution de l’oxygène entrant n’est pas du tout nul et l’autre problème est que les dommages ne se constateront pas instantanément. »

En cas de déficit en oxygène. Le problème de ce raisonnement… c’est qu’il n’y aucun déficit en oxygène ici. Faux argument.

« Je n’apprécie pas me faire dire «regarde le test que j’ai fait avec le saturomètre prouve que le port prolongé du masque ne diminue pas le taux de sa02» c’est à dire l’entrée d’oxygène alors que ce n’est pas vrai le test qu’il a fait ne prouve pas cela du tout! »

Et pourtant oui. Bien que je suis d’accord, le terme « preuve » supposerait un contexte méthodologique plus rigoureux. Mais ce n’est pas de cela dont il est question: il n’y a pas de données sérieuses montrant que le masque cause une baisse de l’oxygénation, et c’est ce que je voulais simplement illustrer. Vous pouvez ne pas apprécier. Certains n’apprécient pas non plus le yogourt au bleuets ou les voitures japonaises.

« Je vous mets au défi de trouver une seule machine a pulse qui prétend mesurer le Sao2 avec EXACTITUDE… »

Tous ces appareils donnent une évaluation précise de la saturation dans des conditions normales. C’est ce dont il est question.

« Le pulse estime avec des considéré. Ce qu »il a mesuré c’est l’entré de gaz tout confondu.
Oui les machine sont programmé avec des considérés de ce qui est normal en tenant compte de l’entrée normale en Sao2, 21% et de la sortie en dioxyde de 4.5% et les considérés ne tienne pas compte que la personne porte possiblement un MASQUE DEPUIS LONGTEMPS et doit inspirer son expiration! »

Mais non, pour cela, il faudrait un réservoir. Il est où le réservoir du masque? Il est négligeable, sans doute moindre que l’air que vous avez déjà dans la bouche. Et le temps n’y change absolument rien. C’est un faux argument.

« Les considérés représentant l’entrée (JUGÉ NORMALE) et la sortie (JUGÉ NORMALE) doivent être programmé avant le test car lorsque l’on ré inspire notre propre respire l’oxygène entrant passe de 21% à 16% pour l’oxygène et de.03 à 4.5% pour le dioxyde de Carbonne. »

Ça ne veut rien dire, désolé. La saturation mesure mon hémoglobine saturée d’O2. Si elle est normale, le reste n’ajoute rien. Faux argument.

« Le pulse estime avec des considérés pré-programmés qui ne considère pas le masque.
AUCUN SATUROMÈTRE PULSE N’A LA CAPACITÉ DE MESURER LA QUANTITÉ D’OXYGÈNE ENTRANT AVEC EXACTITUDE!» »

Désolé, ça ne veut rien dire.

Beaucoup de mots pour rien.

Bonne journée pleine d’oxygène à vous aussi, vous devriez l’utiliser à autre chose qu’à ceci, cher Chose.

Intéressant…peut on en conclure que l’air passe tellement bien qu’elle laisse aussi passer les gouttelettes très très fines?

Répondre

Le masque laisse en effet passer les aérosols, soit les gouttelettes les plus fines, de sorte que dans une situation où on est exposé à de telles aérosols, c’est plutôt un masque N95 qui est utilisé. Bonne journée.

Bravo Dr. Vadeboncoeur, j’adore votre test. Moi, je le porte aussitôt que je sort de chez moi. Pour les sceptique, je voudrais juste vous raconter un expérience personnel. Il y a quelques semaines j’ai décapé du bois avec un décapant très fort. Quand je fais ce genre de boulot je porte un masque, 3M avec deux gros filtres anti-particule et anti-vapeur, qui est très étanche et lourd. Curieusement, après 10 heures de travail avec ce masque, je n’ai jamais eu de malaise. De ce fait même, je ne crois pas avoir manqué d’oxygène. Voilà, arrêtez de moumounner et portez le, ça sauve des vies. Peut-être même la vie de vos proches. Pensez y !

Répondre

Merci de votre témoignage. C’est très pertinent. En fait, il y a certainement un peu d’habituation à faire mais on l’oublie vite. Et surtout, c’est absolument sans danger. Bonne journée à vous.

Je crois que pour être crédible il faudrait faire faire ce test à des gens qui ne sont pas en forme, asthmatiques ou avec problèmes cardiaques ou pulmonaires. Les gens ne sont pas tous dans la même condition physique que vous visiblement. La seule chose que je comprends dans votre expérience c’est que pour une personne en forme et en excellente santé il n’y aucun problème à porter le masque…pour les autres ça reste à voir. Je crois que tout le monde n’a pas la même puissance cardiaque ou pulmonaire pour respirer la quantité nécessaire d’oxygène à chaque instant sur de longues périodes.

Répondre

Bonjour. C’est sans doute plus facile de respirer en général quand on a pas de maladie pulmonaire ou cardiaque. Mais notez que les patients avec problèmes pulmonaires ou cardiaques portent continuellement un masque quand ils sont à l’urgence. Et ça ne cause aucun problème non plus. De plus, nous suivons de près la saturométrie pour tous ces patients, et on ne voit jamais de chute de saturométrie en raison de cette condition sous-jacente. Bonne journée.

Premièrement quand je porte un masque, j’ai très rapidement du mal à respirer alors déjà, en premier je fais confiance à ce que je ressens et pas ce que je lis…deuxièmement ce qui est important ici c’est pas un pourcentage d’oxygène mais un taux de CO2 qu’il faut mesurer et faudra m’expliquer comment vous arrivez à le faire avec un Oxymètre de pouls… troisièmement l’épidémie est terminée ok donc c’est inutile de faire porter un masque aux gens surtout si ils ne sont pas malade. Il faut aussi un peu réfléchir et laisser faire l’immunité collective. C’est un vaccin naturel, on attrape le virus quand il est faible et quand le système immunitaire est élevé (l’été par exemple) et en automne ou en hiver si on l’attrape et bien on est moins malade.

Répondre

1) Avoir un certain inconfort est habituel au début, c’était mon cas aussi. Mais on s’habitue. Et surtout, ça n’a rien à voir avec les échanges gazeux ni un supposé risque. Vous ne courez donc aucun risque. C’est un inconfort, comme certains se disent incorfortables avec une ceinture de sécurité.

2) D’autres ont fait l’expérience avec le CO2 et ça ne change rien non plus. Il n’y a d’ailleurs aucune raison: le masque n’est pas un réservoir fermé et n’est pas étanche au CO2. Les échanges gazeux.se font très quand même. Et le corps est expert poue garder le CO2 hyperstable à 40. Et c’est bien l’hypoxie qui serait le danger. C’est comme ça.

3) L’épidémie est tout sauf terminée, ici ou ailleurs, le virus continue de circuler partout, et augmentera sans aucun doute chez nous aussi, d’ailleurs c’est probablement déjà ce qu’on voit déjà. Regardez ce qui se passe aux USA.

4) L’immunité collective se fera sans doute, mais ce n’est pas encore clair, ça sera long, et coûteux sur le plan des viez humaines. Tant mieux si ça se fait. En attendant, demandez aux gens de le Floride ce qu’ils en pensent.

5) Le virus n’est pas « faible » en été.

Bref, point par point, je pense que vous avez tout faux. Mais merci pour ce commentaire et bonne journée.

Ça reste un témoignage, même s’il a l’air tout à fait sérieux. En tout cas c’est très sympa à lire, le rédacteur est doué.

Répondre

Je serais vraiment curieux de reprendre ce test et d’inclure le rythme respiratoire… par manque d’air, le corps s’ajuste en augmentant la cadence respiratoire. D’où l’augmentation de la fatigue.

Répondre

Il n’y a pas de « manque d’air ». Par ailleurs, le rythme respiratoire a surtout une influence sur le taux de CO2. Je porte ces masques 10 heures en ligne. Une fois habitué, il n’y a pas de fatigue associée à cela. Comme le CO2 diffuse très bien à travers ces masques et qu’il n’y a aucun effet de réservoir, je ne vois pas pourquoi il faudrait respirer plus rapidement pour compenser. Il n’y a rien à compenser. Sinon peut-être une toute petite résistance au passage de l’air.

Mensonges, je travaille à l’hopital et ma saturation tombe à 97 après seulement 20mn. À moins d’avoir un masque climatisé je ne vois pas, par quel miracle après une journée de 8h on respire autre chose que du CO2. Sans compter que le masque chir ne protège absolument pas des virus, c’est marqué sur la boite… Et les germes accumulés en bouillon de culture sur le masque sont sensé etre expulsés, pas inhalés en boucle !!

Répondre

Allons-y point par point.

1) 97 est une saturation normale
2) La climatisation de l’air n’a rien à voir avec son contenu en oxygène
3) Le CO2 expiré « contenu » dans le masque est minime, la masque n’est pas une réservoir. Il y a aussi du CO2 dans votre nez, votre bouche, votre trachée… et vos poumons.
4) Le masque chirurgical offre une certaine protection en bloquant les gouttelettes qui transportent le virus, sauf en situation d’aérosol.
5) Les germes sur la surface du masque sont essentiellement les vôtres.
6) Ajouter des points d’exclamation n’augmente pas la force d’un argument.
7) Je vous souhaite une excellent journée.

désolée de vous contredire mais mon bon sens ne pourra pas se taire. Voyre expérience ne prouve absolument rien étant donné que l’oxygène dans le sang va diminuer au bout dun usage quotidien et prolongé or vous avez fait une expérience de 25 minutes ! Je ne prends pas.

Répondre

Je porte ces masques durant 10h en ligne, sans interruption. Au moment de ce test, vers 22h, je le portais depuis 16h. Donc 6h en continu. Il n’y a aucune raison de penser que ça baisse graduellement. Si c’était le cas, comment pensez-vous que le personnel et les médecins survivraient? Ça ne tient pas le route. Et c’est faux. Désolé.

Dans les salles d’OP. Il y a toujours un aération adéquate pour que le personnel et le chirurgien soit confortable. Et je ne crois pas que tu le portes depuis plus de 10 hrs en ligne, sinon, ca doit pas sentir bon sous ton masque rempli de microbes!

FITREMANN, je suis parfaitement d’accord avec toi! Bravo, il est entrain de nous bourrer comme plusieurs autres. Ill est payé par Aruda et Legault, faut pas oublier!

Bonjour Alain, tu as porté tes masques 20 minutes, on dirait même que tu ridiculises le fait que nous ne sommes pas bien avec le même masque pendant 4 heures. Tu es un professionnel de la santé formé pour gérer ce genre de situation. J’ai été hospitalisée souvent, quand une infirmière entre dans notre chambre avec un masque bleu, elle le jette aussitôt sortie de la chambre, après avoir soigner le patient. Mais quand est-il pour nous, gens du peuple (travailleurs, « je ne parle pas de le mettre 5 minutes, le temps de rentrer et de sortir du dépanneur »), non habitués à porter ce genre de masques. Nos employeurs nous obligent à le porter 8 heures par jour, le changer aux 4 heures, est-ce normal? Après ma journée, j’ai des mots de tête, étourdissements très souvent, pertes d’équilibre, est-ce normal? Et ces symptômes surviennent après le port du masque pendant 4 heures. Et oui, les chiffres de ton appareil changent. « 79/2,80 – 82/3,12 – 79/2,33 – 81/2,42 – 89/2,50 – 84/2,02 – 82/2,21 – 88/2,25 – 86/2,06 – 82/2,84 – 77/5,80 ??? » La différence entre le premier et le dernier est grande, que s’est-il passé? Tu as omis de nous le mentionner, et sur un appareil de ce genre, j’imagine que ces chiffres sont importants? Non? Et en plus, une autre question, il ne doit pas y avoir d’autres électrodes branchés sur toi? Merci de répondre à mes questionnements, et à éclaircir cette zone grise.

Répondre
Les plus populaires