Donnez-moi de l’oxygène

Un traitement tout simple existe pour améliorer la condition des enfants atteints de paralysie cérébrale : respirer de l’oxygène pur dans un caisson hyperbare.

Photo : Wikipedia commons

Le Dr Pierre Marois se bat depuis des années pour que ses jeunes patients aient accès à l’oxygénothérapie hyperbare. Ce traitement reconnu pour traiter plusieurs pathologies, comme les embolies ou les intoxications au monoxyde de carbone, demeure controversé pour la paralysie cérébrale. « Non seulement ce n’est pas reconnu malgré toutes les études démontrant son efficacité, mais je me fais régulièrement taper sur les doigts par le Collège des médecins. Ils m’envoient des mises en demeure, viennent me rencontrer et repartent bredouilles. J’ai dû me prendre un avocat », raconte le Dr Marois.

Le physiatre donne des conférences partout dans le monde sur le sujet. « C’est un traitement sans séquelles ni complications. Pourtant, je n’ai pas le droit de le prescrire », dénonce-t-il. Le Dr Marois s’étonne qu’il puisse recourir sans problèmes à des traitements plus invasifs. Il a mis au point une intervention chirurgicale, la radicellectomie, qui consiste à couper de petits nerfs de la colonne vertébrale des enfants atteints de paralysie cérébrale. Trois cents enfants ont été opérés avec succès depuis 25 ans. Au début, il s’agissait d’une opération expérimentale. Il n’a pourtant jamais été ennuyé par le Collège des médecins.

Même histoire avec le Botox, un médicament qui n’est pas reconnu par le ministère de la Santé du Canada pour le traitement de la paralysie cérébrale, mais qui est remboursé par la Régie de l’assurance-maladie du Québec. « Les sociétés pharmaceutiques sont contentes. On utilise de deux à trois fioles par enfant tous les trois mois. Il y a 10 ans, aucune étude ne parlait des effets bénéfiques du Botox pour la paralysie cérébrale. Mais on sait que ça fonctionne. »

Le Dr Marois croit que l’État québécois n’en a pas pour son argent. « Le traitement au Botox coûte 4 000 dollars par année, n’affecte que trois ou quatre muscles et l’effet est transitoire. L’oxygénation hyperbare coûte 5 000 dollars pour 40 traitements et améliore de façon permanente toutes les fonctions des enfants », dit-il.

Si la controverse colle à ce traitement, c’est parce qu’il n’y a pas de « groupe de pression puissant avec des milliards de dollars qui s’arrange pour qu’il soit utilisé ».

D’ici à ce que tout le monde s’entende, les parents doivent payer de leur poche pour ce traitement. Près de 800 jeunes Québécois atteints de paralysie cérébrale auraient bénéficié de l’oxygénothérapie hyperbare.

Laisser un commentaire