Draguer par Internet, un art!

Le meilleur endroit pour rencontrer quelqu’un pourrait bien être chez-soi, devant son écran d’ordinateur. Internet est devenu un immense catalogue de célibataires; sept millions de Canadiens consultent un site de rencontre au moins une fois par mois. Mais le Web est une jungle; il faut savoir se démarquer tout en restant prudent.


 

Le flirt en ligne est exactement l’inverse du processus de séduction traditionnel. On apprend d’abord à se connaître en dévoilant ses goûts, ses opinions, ses rêves. Le test de la rencontre physique vient plus tard. On découvrira alors la voix, la façon de bouger, l’odeur.

Dans l’anonymat de l’Internet, les hommes perdent leur timidité et n’hésitent pas à complimenter les femmes sur leur beauté, dit le président de l’agence de rencontre Intermezzo, Jean-Marc Larouche, qui lancera sous peu un site de rencontre. Certaines femmes développent même une dépendance. «Elles n’ont qu’à mettre en ligne une photo aguichante pour qu’en l’espace de deux heures, une centaine d’hommes leur témoignent de l’intérêt!»

La compétition est donc féroce et des prédateurs rôdent. Voici trois règles à suivre pour maximiser ses chances de succès.

Peaufiner son profil

Chercher l’amour dans Internet est comme chercher un emploi, dit le consultant en cyberséduction Evan Marc Katz. Les internautes devraient accorder autant d’attention à leur profil sur les sites de rencontre qu’à leur curriculum vitae. La photo est primordiale. C’est grâce à elle si les gens vont lire le dossier. Une lumière avantageuse, un sourire, un air confiant – il s’agit d’une pub, pour se vendre aux autres.

Vient ensuite le texte. Les meilleurs auteurs seront avantagés. Il faut éviter d’ennuyer ses lecteurs avec une description trop commune. Aimer le cinéma, la musique et les voyages ne font pas de nous un être unique et intéressant. À oublier également, les généralités telles que: «J’ai un bon sens de l’humour». Une phrase qui fait rire sera beaucoup plus efficace.

Attention aux fautes d’orthographe!. Elles peuvent réduire vos chances à néant si votre lecteur est un professeur de français ou une réviseure!

Garder une part de mystère

Les dragueurs virtuels initient une rencontre face à face après une moyenne de 10 séances de clavardage, indique une étude de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Pendant ce flirt à distance, l ‘erreur à éviter est d’écrire son autobiographie, disent les experts. Ils conseillent de rester bref dans les échanges de courriels. Ainsi, vous aurez encore des choses à dire lors de la rencontre en chair et en os. Beaucoup d’hommes font l’erreur de trop se dévoiler, dit la consultante en séduction Marie-France Archibald. «Une femme qui le rencontre aura l’impression de recevoir un cadeau déjà déballé», dit-elle.

Rester prudent

«Internet, c’est pas net! On est tous un p’tit peu malhonnêtes», chante Jamil. Certains le sont plus que d’autres. Un mot: prudence. La règle d’or est de ne jamais donner son numéro de téléphone ou son adresse à un soupirant virtuel.

Pour le premier rendez-vous, choisissez un café ou un restaurant, et n’acceptez pas qu’il vienne vous chercher en voiture. Vous éviterez ainsi qu’un candidat éliminé vous visite à l’improviste avec une boîte de pâtisseries.

L’heure du midi est idéale pour un premier rendez-vous. Le temps de dîner est limité et on peut se dérober facilement si l’autre ne nous plaît pas. Pour le souper, il est sage de demander à un ami de nous téléphoner à une heure précise, histoire de vérifier si tout va bien. En cas de désastre, on pourra utiliser ce coup de fil pour prétexter une urgence!

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie