Égypte : une cité scientifique de deux milliards de dollars

Le premier ministre égyptien Essam Sharaf et le prix Nobel de chimie américano-égyptien Ahmed Zewail ont annoncé la création prochaine de la Cité de la science et de la technologie, un ambitieux projet de deux milliards de dollars qui vise à rattraper le retard en recherche et innovation pris par l’Égypte sous la présidence de Moubarak.

On ne sait encore pas grand chose de ce plan, mené par Ahmed Zewail, une personnalité clé du renouveau égyptien. Professeur au California Institute of Technology (Caltech) depuis 1976, ce pionnier de la femtochimie est l’un des 21 membres du Presidential Council of Advisors on Science and Technology du Président Obama depuis sa création en 2009 et un membre influent de la communauté scientifique égyptienne.

De retour en Égypte en février dernier, le chercheur a immédiatement relancé ce projet qu’il avait déjà proposé à Moubarak en 1999, lorsqu’il avait reçu le Nobel, mais qui avait été rapidement mis de côté par le président renversé ce printemps.

La cité compterait une université, prévue dans un premier temps pour accueillir 1000 étudiants de premier cycle, un centre de recherche – où les étudiants gradués pourraient pratiquer, un parc technologique pour encourager la création d’entreprises et un centre de transfert industriel. Un espace aurait déjà été réservé dans une banlieue du Caire.

Le projet de cité Zewail est encadré par un conseil d’administration formé de grandes personnalités de la science, dont Susan Hockfield, présidente du MIT.

Essam Sharaf a précisé en conférence de presse le 1er juin qu’une loi entérinant la création de la Cité scientifique serait soumise au parlement après les élections en septembre.

Le nouveau gouvernement égyptien a par ailleurs annoncé une augmentation du tiers du budget de l’État consacré à la recherche et à l’innovation et la création de 50 000 emplois en recherche.

Plus de détails (en anglais) sur SciDev.net.

Laisser un commentaire
Les plus populaires