Et si New York tremblait?

Une centrale nucléaire américaine est assise à l’intersection de deux zones sismiques, tout près de New York, inconnues jusqu’à maintenant ! C’est ce que viennent de découvrir d’éminents sismologues américains.

Les chercheurs ont utilisé de nouveaux instruments pour réanalyser les données des 380 tremblements de terre (dont trois ont atteint 5 sur l’échelle de Richter) qui ont secoué la région depuis 1737. Ils ont aussi étudié les dizaines de microsecousses enregistrées depuis 1973. Leur conclusion : le réseau de failles qui parcourt toute la région est plus étendu et potentiellement plus dangereux que ce que l’on croyait.

« Les secousses majeures y sont moins fréquentes qu’en Californie », écrit le sismologue Lynn R. Sykes, de l’Université Columbia, célèbre pour avoir contribué à l’élaboration de la théorie de la tectonique des plaques. « Mais le danger est aussi important en raison de la grande concentration de population et d’infrastructures. » Il cite entre autres la centrale nucléaire d’Indian Point, à 40 km au nord de New York.

Les géologues évaluent que New York devrait connaître un tremblement de terre de magnitude 6 tous le 670 ans. La Ville, elle, a calculé que les dommages pourraient atteindre les 197 milliards de dollars.

Laisser un commentaire