Êtes-vous prêts pour un séisme?

Le Canada n’est pas prêt pour un tremblement de terre, que ce soit en Colombie-Britannique ou au Québec, révèle un rapport de l’Institut de prévention des sinistres catastrophiques, un groupe de recherche conjoint de l’industrie des assurances et de l’University of Western Ontario.

Le quotidien La Presse a bien résumé hier les principales conclusions de ce rapport publié en novembre dernier et intitulé Reducing the risk of earthquake damage in Canada: Lessons from Haiti and Chile.

À un détail près : la «faille laurentienne» dont on parle dans cet article n’existe pas, comme me l’a confirmé la professeure en sismologie de l’UQAM Fiona Ann Darbyshire. Pour le reste, on peut s’y fier.

Mais le site de référence pour comprendre l’activité sismique du pays est celui de Séismes Canada, qui comprend plusieurs documents bien vulgarisés.

Au Québec, la région de Charlevoix est celle qui présente l’aléa sismique le plus élevé, suivie par une zone qui couvre en gros la proche vallée du Saint-Laurent et la majorité de l’Outaouais.

Cette donnée est la plus utile pour calculer le risque de dommages aux bâtiments et par conséquent aux humains. Elle tient compte de nombreux facteurs, comme la structure tectonique de l’endroit mais aussi les caractéristiques du sol qui peuvent amplifier ou diminuer les vibrations dommageables en cas de séisme.

Sur le site de Séismes Canada, vous pouvez calculer l’aléa sismique de votre localité, tel que défini dans la dernière version du Code du bâtiment,  en entrant ses coordonnées géographiques, et savoir ce qu’il faut faire pour se préparer à l’éventualité d’un séisme.

Si je vous parle de tout cela aujourd’hui, ce n’est pas parce que le risque est plus élevé ces jours-ci.

C’est parce qu’il est prouvé scientifiquement c’est suite à une catastrophe comme celle qui frappe actuellement le Japon que la population et les autorités sont les plus susceptibles d’agir pour se préparer. J’y reviendrai dans un prochain billet.

Laisser un commentaire

Si ma mémoire est bonne, la faille Logan a été créée il y a 1 milliard d’années (approx) et était active lors de la formation des chaines montagneuses Appalache, Chic-Choc et Cascades. Depuis 300 millions d’années (approx), cette faille est loin d’une marge continentale active. Donc pas de mouvement de subduction (Japon) ou de glissement (San Fanscisco) qui induisent des contraintes dans la croute terrestre jusqu’à atteindre l’état de rupture brutale.
En fait, les petits tremblements que l’on perçoient au Québec sont la conséquence de la dernière glaciation. Les 2km de glace ayant occupé le Québec jadis ont enfoncé la croute terrestre et celle-ci reprend tranquillement sa position d’équilibre en exultant de temps à autres.
Je connaissais la problématique sismique dans Charlevoix et lorsque j’ai resenti l’onde P traverser Sainte-Foy en décembre 1989, je me suis déplacé au centre du salon pour bien vibrer lors du passage de l’onde S (la plus destrutive). J’ai bien apprécié contrairement à ma conjointe qui était terrorisée et le seul regret que j’ai, à part la dispute qui a suivi, a été la durée très brève et l’intensité qui était en deça de mes attentes. Il n’y a pas eu la destruction annoncée et la vie à repris sauf pour la panne électrique momentanné. Donc je ne me soucis pas de Gentilly-2 dont la sécurité sera revue à la lumière de la catastrophe du Japon mais bien du pont Champlain qui selon LaPResse semble en état de décrépitude avancé.
Merci pour vos articles forts intéressants. J’adore votre blogue.

Bonjour. Je suis chilien et j’habite au Québec depuis 3 ans. Biensur que je suis prêt pour un séisme. J’ai vecu dans ma vie deux tremblement de terre (7,8 et 7,5) . Des séismes mineurs sont habituels au Chili. Par example juste cette semaine il a eu trois séisme d’une intensité superieur a 5,3 dans ma ville d’origine. Donc on connais ça. Je ne suis pas un expert non plus, mais l’opinion des «experts quebecois m’énerve un peux». Ils dissent qu’il n’y a aucune risque et que les construction sont conforme a la norme iinternational, mais c’est vraiment évident que les batiment ne sont pas prêt. Biensur que les batiment quebecois sont concus pour le froid, la chaleur, l’humidité, la neige etc. Au Chili nous ne sommes pas pret pour la neige ni le froid par example, ni les tournades non plus. En bref je voulais juste partager avec vous mon opinion sur cette espece de confiance ou rassurance que essayent de transmettre les expert. je crois que c’est un peut dangereux et il faut se preparer a l’avance. si le pays riche ne sont pas pret… qui donc?