Être payés plus, travailler moins?

Une augmentation de salaire ne conduit pas nécessairement à plus de travail. Le gouvernement du Québec le constate à la dure dans le dossier des médecins !

Photo: Spotmatik/iStock photo
Photo: Spotmatik/iStock photo

Une augmentation de salaire ne conduit pas nécessairement à plus de travail. Le gouvernement du Québec le constate à la dure dans le dossier des médecins !

Rappelons les faits. Il y a presque dix ans, le gouvernement québécois signait une entente offrant plus d’argent aux médecins afin de combler un écart salarial entre le Québec et les autres provinces canadiennes. Aujourd’hui, les médecins québécois semblent avoir rattrapé leurs pairs œuvrant ailleurs au Canada, du moins au plan de la rémunération. Le salaire annuel moyen des médecins de première ligne dans la province se situe autour de 250 000 $, tandis que les médecins spécialistes reçoivent en moyenne autour de 400 000 $ par année.

Mis à part l’atteinte d’un niveau de rémunération compétitif par rapport au reste des médecins canadiens, à quoi le gouvernement québécois s’attendait-il comme bénéfice social en signant ladite entente? En rendant le travail des médecins plus lucratif, visait-il à les inciter à augmenter leurs heures de travail et le nombre de patients traités? Visait-il une amélioration des services offerts à la population québécoise?


À lire aussi:

Le grand malaise des médecins


Un tel objectif irait à contresens d’un principe de base de la théorie microéconomique : une augmentation salariale ne conduit pas toujours à plus de travail. Avec un nombre fixe d’heures dans une journée, chacun choisit comment il répartit son temps entre le travail et le « loisir » (pas nécessairement du temps passé à faire des activités que l’on aime, mais simplement le temps passé hors du marché du travail). Or, la façon dont chacun décide d’allouer son temps peut notamment varier en fonction des nombreux incitatifs auxquels il est exposé. Le temps peut être « investi» sur le marché du travail, ou «dépensé» en loisir. Les forces qui sous-tendent cette répartition du temps entre loisir et rémunération sont particulièrement intuitives, et rappelleront des souvenirs à ceux s’étant assis dans une classe d’économie.

Imaginez que vous receviez une augmentation salariale de 25 %, comme celle obtenue par les médecins au cours de la dernière décennie. Qu’en feriez-vous? Travailleriez-vous quelques heures de plus, maintenant qu’elles vous rapportent davantage? Si vous êtes déjà bien rémunéré – profiteriez-vous plutôt du fait que chaque heure travaillée est désormais plus lucrative pour « dépenser » davantage de votre temps en loisirs ? En effet, avec assez d’argent en poche, pourquoi ne pas consacrer un peu plus de votre temps précieux à votre famille, à votre série préférée sur Netflix, ou encore à vous impliquer bénévolement pour une cause qui vous tient à cœur ?

Cet arbitrage entre loisir et revenus de travail s’illustre bien par deux effets économiques. D’une part, une hausse de salaire (horaire, ou paiement par tâche effectuée) fait en sorte que chaque heure de loisir vous « coûte » désormais plus cher. Cela peut vous inciter à travailler davantage, ce qui réduit du coup vos heures de loisirs. Cela s’appelle l’«effet de substitution». D’autre part, à travailler davantage, l’attrait de chaque (rare) heure de loisir devient de plus en plus grand comparé à l’attrait d’un dollar supplémentaire. De plus, une hausse de votre rémunération augmente votre pouvoir d’achat et, donc, votre capacité à vous procurer du loisir. Cette force est couramment appelée l’«effet de revenu». La force relative de ces deux effets dépend de plusieurs facteurs, notamment vos préférences personnelles, souvent influencées par votre âge, votre situation familiale, votre niveau de salaire avant l’augmentation, etc. En général, il est attendu qu’après un certain seuil, l’effet de revenu commence à dominer l’effet de substitution.


À lire aussi:

Santé: loucher sur les cibles et se planter


Donc, à la suite de l’augmentation de leur rémunération, quelle(s) force(s) influence(nt) l’offre de travail des médecins? Quelques études récentes (utilisant des données de la RAMQ) suggèrent que l’effet de revenu se fait ressentir chez les médecins, assez pour complètement neutraliser et parfois même excéder l’effet de substitution. En clair : les médecins ne travaillent pas davantage avec les hausses salariales : ils travaillent autant, parfois même un peu moins! Par conséquent, l’on peut s’attendre à ce que des hausses de salaire, notamment dans un contexte de rémunération à l’acte, n’aient pas d’effet sur la prise en charge de patients. Et il ne s’agit pas là de mauvaise foi de la part des médecins – ils ne font que répondre aux incitatifs qui leur sont offerts.

Qui plus est, les Québécois n’ont pas besoin de consulter la littérature scientifique pour douter de l’hypothèse selon laquelle une hausse de salaire peut résoudre un problème d’accès dans le domaine de la santé. Même si les médecins québécois sont maintenant parmi les mieux payés au Canada, le manque de médecins de famille et d’autres services de première ligne fait encore souvent les manchettes. La proportion de Québécois ayant un médecin de famille est également en deçà de la moyenne canadienne. Les files d’attente aux urgences figurent également parmi les pires au sein des pays occidentaux. Évidemment, certains indicateurs pointent dans une meilleure direction; par exemple les temps d’attente au Québec pour les interventions prioritaires (chirurgies du genou, de la hanche, de la cataracte et radiothérapie) se comparent avantageusement à ceux du reste du pays, et les taux de ré-hospitalisation sont également inférieurs à la moyenne canadienne.


À lire aussi:

Au paradis des malades


Quelle est alors la solution afin d’augmenter l’offre de services et d’améliorer l’accès au système de santé pour les Québécois? Difficile de couper les salaires après avoir consenti à les augmenter (d’autant plus que les études citées ci-haut suggèrent que l’effet sur l’offre de travail serait minime), mais différentes avenues valent la peine d’être considérées et débattues: Miser sur les infirmières praticiennes spécialisées, favoriser la complémentarité des différents professionnels de la santé, mettre fin à la possibilité des médecins de s’incorporer, établir une commission permanente d’innovation en santé. Chercher à réduire la demande pour les services de première ligne en interdisant les visites annuelles préventives, cependant, ressemble davantage à une fausse bonne idée – qui risque par exemple de compliquer la gestion des maladies chroniques et de gonfler les coûts y étant associés.

Comme ce qui est mesuré peut être mieux géré, la meilleure chose serait alors peut-être de mesurer, chiffrer, et rendre publique davantage de données sur la performance du système de santé québécois, comme nos voisins ontariens. Malheureusement, l’abolition du poste de commissaire à la santé et au bien-être s’inscrit en porte-à-faux avec cet objectif.

Dans la même catégorie
6 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je suis médecin spécialiste en neurologie des céphalées. J’ai fait 12 ans d’études universitaires. Je suis passionnée par ce que je fais. J’aime aider les gens. Je n’ai jamais réclamé d’augmentation. Je réclame une équipe ou du moins une infirmière pour m’aider à m’occuper de mes patients souffrant de douleur chronique. Mais j’ai les mains liées au CHUM. Aucun contrôle sur ma pratique dans ce marécage administratif en déroute et endetté. Alors OUI, je me suis épuisée à tenter de tout faire seule….et maintenant je tente de rétablir l’équilibre de ma vie. Oui, mon argent vaut bien moins que mon temps. Conviction personnelle, soit. Reprenez-vos dollars, donnez-moi de l’aide pour mieux travailler au lieu de dossiers décatis, de freins partout, de duplications, d’inefficacité crasse, de structures inefficaces et de pression de performance par dessus le marché. Parce qu’enseigner et faire de la recherche, ça prend du temps. Traiter des patients complexes, ça demande un programme, une structure. Au lieu de ça, on me demande d’écrire des adresses (oui oui, code postal, téléphone et tout!!) dans des formulaires de la RAMQ! À quoi il sert mon diplôme surspécialisé si je dois justifier toutes mes conduites à coup de formulaires d’exception? Par ailleurs, près du tiers du CHUM est en attente d’hébergement ou de réadaptation….wow, mon fellow surspécialisé est très utile!! Demander à un spécialiste de tourner un étage en attente de CHSLD pendant que sa liste d’attente frôle 2 ans, c’est stupide. Et ce n’est pas en renvoyant les généralistes dans les bureaux qu’on va régler ça. Chapeau aux préposés et infirmières, c’est eux qui font la grosse job, ce sont des saints, des anges.
À Bien dans son assiette ce soir on expliquait comment les éleveurs de porc ajustent leur offre à la demande et procèdent par essai erreur en voyant ce qui marche ou pas. Ils sont au courant des nouvelles normes et technologies, et sont responsables de leurs investissements et erreurs. Ils ont très certainement des bases de données pour gérer leur entreprise. Dans un système ou personne ne contrôle rien sauf un Ministre narcissique et malotru dont la principale préoccupation est de couper (comprendre:privatiser), comment voulez-vous que les décisions soient orientées vers les patients??? Il faut aussi dire que certains patients devraient peut-être prendre un peu plus la responsabilité de leur propre santé…mais comment les blâmer de ne pas faire de l’exercice et de la méditation dans une société stressante, sédentaire et surchargée? Il faudrait aussi se poser des questions sur le surdiagnostic, surtraitement et acharnement thérapeutique qui coûtent des fortunes, englouties pour quelques jours ou semaines de survie aux Soins Intensifs. Mais ces questions sont très difficiles, éthiquement. Et les pharmas qui nous chargent des prix de fous (parce que le gouvernement les laisse faire)? Aucune visibilité médiatique pour cet aspect du problème. Beaucoup plus facile de blâmer les méchants médecins trop riches qui ne veulent pas travailler. Lorsqu’on constatera la catastrophe (à savoir l’effondrement du système public) personne ne sera responsable. Et surtout pas le Ministre, qui aura «tout fait» pour sauver le système (après avoir lui-même négocié les augmentations des spécialistes). Ben oui. Les riches paieront, les pauvres souffriront, les assurances privées feront de beaux profits, welcome in USA. Et c’est pour cela que, le coeur déchiré, le considère maintenant quitter le Québec pour aller pratiquer ailleurs, où je pourrai réellement utiliser mon expertise. Vous avez raison de dire que payer les médecins davantage ne va pas augmenter l’accès…mais blâmer les médecins sans arrêt ne va pas aider non plus. S’il faut redistribuer, redistribuons. Mais cessons la gestionnarisation excessive (qui a son prix administratif) et prenons en compte la complexité de la médecine….Travaillons en équipe. Écoutons l’avis des gens sur le terrain, pas seulement les statistiques. Affrontons les dilemmes éthiques. Congédions Gaétan Barrette. Prenons le temps parfois nécessaire quand on traite des humains….et pas des porcs.

Combien coûtent, coûteraient, coûteront les infirmières praticiennes spécialisées. En salaires, en avantages sociaux, en bureaux et secrétariats fournis?
Combien de prescriptions d’antibiotiques inutiles de moins feront-elles? Combien de radiographies inutiles de moins demanderont-elles?
Combien de temps à 8 patients par jour cela leur prendra-t-elles avant d’être suffisamment expérimentées et compétentes? Une infirmière n’est pas un médecin. Une auxiliaire n’est pas une infirmière. Un contrôleur aérien n’est pas un pilote de ligne. Un gardien de sécurité n,est pas un policier.

Dans cette province, on est la seule juridiction au monde où être infirmière n’exige pas un diplôme universitaire et on laisse l’éducation à des gens qui ont des cote R de 21…

Ensuite, on réélit des corrompus en série…

Que voulez-vous? Disait Jean Chrétien…

…tous le

savions… Même Barrette qui a si longtems été des leurs …. mais il a préféré nous leurrer au maximum …. menteur, profiteur à la sauce mafieuse car c’est la recette de la mafia ..,rouler d’abord dans la farine et …

Le rattrapage de la rémunération n’était pas conçu pour augmenter « la productivité » des médecins, mais pour s’assurer que certains médecins formés au Québec ne succombent pas à la tentation de s’établir ailleurs. Et pas seulement à cause des revenus moindres, mais pour améliorer leurs conditions de travail. Augmenter la rémunération a servi à atténuer la grogne des médecins devant les nombreux dysfonctionnements de notre système de soins : insuffisance de soutien par d’autres professionnels de la santé à cause des budgets insuffisants, manque de lits, en partie à cause des personnes en attente de « placement », diminution des espaces et d’heures en salle d’opération et aux cliniques externes. Si les départs appréhendés n’ont pas eu lieu, c’est que les médecins ont obtenu la parité de revenu avec le reste du Canada.
Si la « productivité » des médecins stagne, c’est aussi parce que les soins sont devenus plus complexes, parce que les malades présentent de plus en plus des problèmes multiples, parce que la population vieillit. Utiliser le critère du nombre de patients vus comme seule mesure de productivité en médecine est ridicule. Voir moins de patients ne veut pas dire automatiquement « travailler moins ».
Quelle est alors la solution afin d’augmenter l’offre de services et d’améliorer l’accès au système de santé pour les Québécois? demande la journaliste. En révisant en profondeur la pratique médicale, en confiant la prévention primaire prioritairement aux infirmières, en améliorant le fonctionnement les locaux dédiés aux soins, comme les CLSC. En cessant de se reposer sur les cabinets privés qui accaparent le temps et l’énergie des médecins, qui doivent s’occuper de la gestion de ces cabinets.

Avec votre salaire de $250,000 savez-vous combien d heures en moyenne travaille un medecin ? Savez-vous que ç est un chiffre d a affaires et non un salaire car le medecin en cabinet privé doit payer un minimum de 30% en frais de bureau ? Étes- vous au courant que des omnipraticiens travaillent dans certaines cliniques spécialisées qui vous rendent d excellents service soit les cliniques de Maladies du Sein ,cliniques de Planification des naissances, de réadaptation,, clinique d’Andropause et j en oublie…Ces médecins n enregistrent aucun patient à leur nom puisque les personnes leur sont adressées par un généraliste.Avec cette loi ils auront une réduction de 30% de leur salaire Si ces omnipraticiens devaient se retrouver en pratique générale après tant d années de ´´specialisation’´, croyez vous qu ils vous rendraient service ? Ils devront pratiquement refaire leur cour de médecine ! Qui prendra leur place ? Des spécialistes ?Sûrement pas des infirmières praticiennes. Et toute cette expertise sera perdue…
Je suis bien d’accord pour que chaque individu qui est malade et le désire ait un medecin. Mais combien de jeunes , en particulier des hommes , de 20 à 50 ans, ne consultent pas ? Ils iront à l urgence pour des traumatismes mineurs la plupart du temps …
Je souhaite que ces précisions vous apportent un autre point de vue et une certaine réflexion .

Je vien de lire un message du président de la FMOQ a l effet que les omnipraticiens ayant des privilèges dans les hôpitaux ne seront pas tenus d enregistrer un certain nombre de patients . Je vous demande donc de na pas publier mon commentaire puisqu il est non pertinent .
Merci