Faut-il avoir peur… de la labyrinthite?

La plupart des personnes qui souffrent de cette affection récupèrent parfaitement et ne seront touchées qu’une fois au cours de leur vie. C’est ce qu’on peut souhaiter à Véronique Hivon!

(Photo: Getty Images)
(Photo: Getty Images)

La labyrinthite qui a forcé Véronique Hivon à abandonner la course à la direction du Parti québécois est une maladie plutôt mystérieuse, impressionnante quand elle se manifeste et qui peut être fortement handicapante. Heureusement, dans la très grande majorité des cas, elle passe rapidement et ne laisse aucune séquelle.

Cette maladie apparaît sans crier gare, et on ignore généralement à quoi elle est due. On ne sait pas non plus à quel point elle est fréquente. Selon une étude japonaise, elle toucherait le plus souvent des adultes de 30 à 60 ans, et un tiers des cas surviendraient après une infection virale bénigne, comme un rhume. Mais on pense qu’elle peut aussi être liée au stress, à un choc à la tête ou encore à une bactérie… Elle touche généralement une seule oreille.

L’inflammation survient dans l’oreille interne, la partie la plus profonde après l’oreille externe (formée du pavillon et de l’entrée du conduit auditif) et l’oreille moyenne, où se situent le tympan (qui vibre avec les sons) et trois petits os (le marteau, l’enclume et l’étrier) qui amplifient les vibrations. La plupart des otites touchent quant à elles l’oreille moyenne.


À lire aussi:

Faut-il avoir peur… du transport en commun?


L’oreille interne est aussi appelée labyrinthe, en raison de sa forme tortueuse. Elle renferme trois organes sensoriels très importants.

Le premier, la cochlée, transforme les vibrations en un signal électrique qui est ensuite transmis au cerveau par le nerf auditif. Autrement dit, c’est la cochlée qui permet de décoder les sons que nous entendons.

Les deux autres organes, le vestibule et les canaux semi-circulaires, jouent un rôle clé dans le maintien de l’équilibre. Ils détectent les variations de pression et d’accélération subies par un liquide qui y circule, envoyant ainsi au cerveau des informations sur la position du corps par rapport à la verticale et sur ses mouvements. Le cerveau intègre l’information qu’il reçoit de l’oreille interne à celle provenant des yeux, des muscles, des articulations et de la peau, et s’en sert pour maintenir le corps en équilibre.

L’inflammation du labyrinthe peut donc autant affecter l’ouïe que l’équilibre. La plupart du temps, elle se concentre cependant sur le nerf relié au vestibule — on parle alors plutôt de névrite ou neuronite vestibulaire, qui est généralement due à un virus. Dans ce cas, seul l’équilibre est touché.

La véritable labyrinthite affecte aussi la cochlée. Elle peut provoquer des acouphènes, des vibrations internes de l’oreille qui donnent l’impression d’entendre des bourdonnements, sifflements ou autres bruits bizarres, ou encore une perte auditive. Une baisse d’audition subite peut être irréversible et il faut alors consulter d’urgence, car un traitement à la cortisone pourra éventuellement améliorer les chances de récupérer. L’ouïe peut aussi revenir sans aucun traitement.

Névrite vestibulaire et labyrinthite ont en commun de survenir sans crier gare, en l’espace de quelques heures. On peut ainsi se réveiller un matin et être tout simplement incapable de se lever car tout tourne! Un vertige intense comme celui qu’engendrent souvent ces maladies est extrêmement désagréable, causant nausées et vomissements, pâleur et suées, et même un ralentissement du pouls. La sensation est tellement effrayante qu’elle incite à se rendre immédiatement à l’urgence!

Si l’audition n’est pas affectée, mieux vaut cependant s’abstenir, car il n’y a rien d’autre à faire que de prévenir les nausées avec un médicament comme le Gravol, en attendant que ça passe. La phase aiguë ne dure que quelques jours, pendant lesquels on doit rester le plus immobile possible pour éviter de tomber ou d’être pris de nausées. Un simple petit mouvement de la tête peut faire tout tourner!

Des vertiges résiduels persistent souvent durant trois à six semaines, voire quelques mois pour les personnes les moins chanceuses. Ils peuvent être traités avec la bétahistine, un médicament antivertige, ou par une rééducation vestibulaire pratiquée par un physiothérapeute, au cours de laquelle on «réapprend» au corps à maîtriser son équilibre.


À lire aussi:

Faut-il avoir peur… des traînées dans le ciel?


Fort heureusement, la plupart des personnes qui souffrent de labyrinthite ou de névrite vestibulaire récupèrent parfaitement et ne seront touchées qu’une fois au cours de leur vie. C’est ce qu’on peut souhaiter à Véronique Hivon!

D’autres troubles de l’oreille interne peuvent aussi causer des vertiges.

Le plus courant de tous, et de loin, est le vertige paroxystique positionnel bénin, dans lequel de petits cristaux qui logent habituellement dans la membrane de l’oreille interne se déplacent à l’occasion d’un mouvement quelconque pour s’installer dans les canaux semi-circulaires. Ce type de vertige survient très brutalement, sur un simple mouvement de tête quand on se lève de son lit ou qu’on se tourne sur le côté, par exemple, et il dure moins d’une minute. Il se reproduit chaque fois que l’on remet la tête dans la même position.

Quelques manœuvres de repositionnement réalisées par un professionnel (un enchaînement bien précis de positions du corps)  suffisent souvent à remettre ces cristaux en place et à régler le vertige positionnel.

Beaucoup plus rares, le neurinome, une tumeur bénigne du nerf acoustique, et la maladie de Ménière, une affection chronique de l’oreille interne, touchent chacun environ 0,2 % de la population.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

4 commentaires
Les commentaires sont fermés.

J’ai souffert avec ce problemes je suis aller en medicine sportif et tout a entree dans l’orde apres 3 mois de souffrance qu’elle soulagement « 3mois de souffrance

Faut aller en medicine sportive c’est la seule maniere de sans sportive croiyer moi apres medecin et orl la medicine sportive

La pomme de douche est tombé sur ma tète en juin 2014. Depuis j’ai des vertiges positionnelles et je n’arrive pas à rencontrer un spécialiste même si ma demande date du mois de mai 2016. Je suis tombée à deux reprises chez moi et parfois je dois bouger la tête de gauche à droite avant de traverser la rue mais cela me donne des vertiges. J’ai des vertiges du matin au soir mais je dois vivre avec. J’ai une douleur interne dans l’oreille gauche. J’attends qu’on me donne un rendez-vous à Maisonneuve-Rosemont. Je comprends mme Hivon. Cela nous rend la tâche si difficile parfois. Dr Barrette ne s’occupe pas des besoins des patients. Ni le PM Couillard. Dommage.

Depuis le 7 juillet 2016, je souffre de ce problème, C’est une physio- ostéophate qui m’a aidé le plus. J’étais en pleine forme, pas de stress, pas épuisée, pas dépressive, pas de commotion cérébrale. J’espère recommencer à travailler dans 2 semaines si le test en audiologie en OK. Bonne chance.C