Faut-il avoir peur… des pitbulls?

Aucune étude scientifique n’a démontré que le pitbull est vraiment plus méchant que les autres chiens. Le vrai problème? Les méchants propriétaires de chiens!

Photo: Thomas Wanhoff/Flickr
Photo: Thomas Wanhoff/Flickr

Le Québec doit-il suivre l’Ontario ou d’autres territoires qui ont interdit les chiens pitbulls, jugés trop dangereux? Le débat relancé récemment par le quotidien La Presse est hautement émotif. D’un côté, des victimes, souvent de jeunes enfants, vivent un enfer à la suite d’attaques qui laissent parfois de terribles séquelles psychologiques et physiques. De l’autre, des vétérinaires et des amis des animaux dénoncent le profilage racial en l’absence de preuve scientifique que le pitbull est vraiment plus méchant que les autres chiens. Le vrai problème? Les méchants propriétaires de chiens!

Les études menées au Canada et ailleurs montrent que les morsures de chiens sont un phénomène courant. Un sondage mené en 2010 par l’Association des médecins vétérinaires du Québec estimait à 164 000 leur nombre par an au Québec! Environ 45 000 enfants de moins de 12 ans sont mordus chaque année. Près d’une fois sur deux par le chien de la famille.

Pourquoi un nombre si élevé? Avant tout, parce que les Québécois aiment les chiens! Un ménage sur quatre en possède un, et la population canine du Québec a dépassé le million l’an dernier.

Les attaques tragiques sont heureusement bien plus rares. De 1990 à 2007, 28 Canadiens sont morts d’une attaque de chien, dont 24 enfants de moins de 12 ans, selon une étude de 2012 de l’Université du Manitoba.

La responsabilité des pitbulls est bien difficile à établir.


À lire aussi:

Faut-il avoir peur… des vaches américaines?


D’abord, parce que cette race de chien… n’existe pas! Par «pitbull», les spécialistes entendent principalement l’American pitbull terrier, l’American Staffordshire terrier et le Staffordshire bull terrier, ainsi que leurs combinaisons. Ces chiens dits «de type pitbull» sont difficiles à reconnaître par les caractéristiques morphologiques, même pour des spécialistes.

Les vendeurs ou les employés des refuges peuvent facilement se tromper de bonne foi entre un pitbull et un chien qui ressemble à un pitbull, comme l’a démontré une étude récente. Ils peuvent aussi être tentés de mentir: si l’on en croit une autre étude publiée en mars, la simple appellation de «pitbull» triplerait le temps nécessaire pour qu’un chien dans un refuge américain trouve preneur!

La surmédiatisation des agressions par des pitbulls, comparativement à celles commises par d’autres races de chiens, fait aussi que tout chien qui ressemble plus ou moins à un pitbull a tendance à être identifié comme tel par la victime et les témoins, sitôt qu’il mord.

Tout cela a pour résultat qu’il est quasiment impossible d’avoir des données fiables sur les agressions commises par ces animaux.

Cela dit, les études montrent souvent une surreprésentation des pitbulls, par rapport au nombre total de chiens, dans les blessures sérieuses infligées par des chiens. En 2014, par exemple, des chercheurs de Phoenix, en Arizona, ont analysé la gravité des blessures infligées par des chiens à des enfants en étudiant 282 cas traités dans un centre de traumatologie pédiatrique. Les pitbulls avaient à eux seuls causé 29 % des morsures, dont 39 % des morsures à la tête, au cou et au visage, les plus susceptibles de conséquences graves. Ils ne comptaient pourtant que pour 6 % des chiens enregistrés en Arizona.

Selon une revue de la littérature scientifique publiée par l’Association des médecins vétérinaires américains, les pitbulls ne sont pas des chiens particulièrement agressifs ni dangereux. Ils peuvent être aussi adorables que des chiens réputés gentils comme les golden retrievers, qui causent aussi parfois des blessures graves. Les chiens les plus enclins à mordre seraient ceux de races petites et moyennes, en apparence beaucoup plus inoffensifs, comme les races Lhassa apso ou shih-tzu, dont les morsures sont toutefois rarement sérieuses.

Le vrai problème est plutôt à l’autre bout de la laisse.

En effet, nombre d’études ont confirmé que les chiens considérés comme méchants vont plus souvent que les autres de pair avec des propriétaires aux comportements violents et plus généralement antisociaux, quelle que soit la race de chien impliquée.

Tous les propriétaires de pitbulls ne sont pas pour autant des assassins en puissance! Mais les gens «méchants», quand ils choisissent un chien, se tournent plus souvent vers les pitbulls, justement parce qu’ils ont la réputation d’être des chiens méchants, et dans bien des cas les rendent agressifs en les brutalisant.

D’ailleurs, notent certaines études, lorsque le rottweiler était considéré comme l’archétype du chien méchant, avant que ce soit au tour du pitbull d’occuper cette niche (excusez le jeu de mots), cette race était responsable de la majeure partie des morsures graves.

Du coup, interdire tout simplement les pitbulls risque de ne faire que déplacer le problème. C’est d’ailleurs ce qui est peut-être en train de se produire en Ontario, où ces chiens sont interdits depuis 2005.

À Toronto, le nombre de morsures par des pitbulls est ainsi passé de 112 à 19 de 2005 à 2014, et le nombre de pitbulls, de 1 411 à 338. Au cours de cette période, le nombre total de morsures de chiens a d’abord baissé, puis il est remonté rapidement à son niveau précédent. Ce sont les blessures infligées par les bergers allemands, rottweilers et bouledogues qui ont augmenté!


À lire aussi:

Faut-il avoir peur… des OGM ?


Que faire?

Interdire les pitbulls au Québec serait rassurant et sans doute un énorme soulagement pour leurs victimes. Malheureusement, cette mesure risque d’être en bonne partie inefficace, car les propriétaires de chiens méchants, eux, ne disparaîtront pas, et ils continueront de transformer des chiens inoffensifs en dangers publics.

Refiler la gestion des pitbulls aux Municipalités, comme veut le faire Québec, dissocie ce problème des véritables causes de l’existence de chiens dangereux que sont la pauvreté, les troubles de santé mentale et le manque d’éducation et de sensibilisation.

Depuis peu, le Québec s’est doté d’une loi sur le bien-être animal (la loi 54) qui reconnaît — enfin! — que les animaux sont des êtres doués de sensibilité et ayant des besoins biologiques, et qui sanctionne plus clairement la maltraitance envers les animaux. C’est un pas dans la bonne direction qui sauvera peut-être quelques chiens des mauvais traitements ou séances de dressage qui les rendent agressifs.

Mais il doit faire plus en abordant aussi cette question du point de vue de la santé publique: avec 45 000 enfants mordus par an, le gouvernement du Québec ne peut pas se reposer sur les seuls vétérinaires pour faire de la sensibilisation!

La majorité des morsures sont dues à des chiens familiers et pas particulièrement agressifs. Il y a urgence à mieux informer la population, surtout les parents de jeunes enfants qui se montrent parfois très imprudents en les laissant sans surveillance avec un chien.

À quand, donc, un vrai programme de santé publique sur les saines habitudes de vie avec nos amis poilus?

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

31 commentaires
Les commentaires sont fermés.

En effet, le problèmes est majoritairement les propriétaires. Sauf que c’est comme la conduite automobile: c’est les autres le problème…

En effet, le problème, se sont les propriétaires mais malheureusement nous ne pouvons empêcher les gros épa avec la mentalité « touttt dain bras rien dans tête » d’en posséder un.

Lorsque vous êtes un membre du “star system” tel que Michael Vic qui avait une ferme pour entraîner des Pitt Bull au combat, au nombre de 116 dont 68 irrécupérables au moment de son arrestation et plusieurs cadavres retrouvés sur la ferme et vous en sortez avec “un coup de règle sur les doigts” par les tribunaux, nous sommes encore loin de voir disparaître cette pratique démoniaque par des imbéciles, pour des imbéciles.

Lire la décision émanant du tribunal ferait vomir n’importe qui, mais les “fans” du football ne sont pas intéressés par la moralité des joueurs mais bien de regarder des imbéciles qui se rentrent les uns dans les autres.

La cruauté envers les chiens tel que décrits par Michael Vic tient d’une maladie mentale qui s’apparente à un schizophrène avec tendances à la violence et le désordre social très près de la psychopathie criminelle, probablement dégénérative qui mènera le sujet à la psychose quoique les deux ne soit que peu reliées.

Sa maladie renferme notamment, l’impulsivité, l’agressivité non provoquée, sans aucune empathie, démonstrations antisociales avec manque flagrant d’émotions et de valeurs, de narcissisme avec dominance sociale qui se transpose par une promiscuité avec violence ainsi qu’un manque de structures sociales ayant plutôt une propension à la délinquance lourde sans contrôle comportemental dont le degré des problèmes ne permettent plus de contrôle adéquat.

Il y a plusieurs villes aux États-Unis qui défendent les Pitt Bull sur leur territoire dont Miami qui a interdit par la suite la possession de coqs puisque la presque totalité servaient à des combats dont sont friands les citoyens de l’Amérique du sud et Centrale, il ne faut pas s’en cacher.

Si les personnes de cette communauté pensent que je suis contre les descendants de langue espagnole, il n’en est rien, bien au contraire. Mais toutes, et je répète, toutes les descentes policières dans des rings de combats de coqs démontrent que la presque totalité des personnes trouvées sur les lieux étaient des citoyens provenant de l’Amérique Centrale et du sud.

Il y a des possibilités de contrôles, enregistrer tous les Pitt Bull existants, exiger que la naissance de chiot soient sous le contrôle des vétérinaires (qui devront avoir une certification spéciale) afin de connaître le nombre réel de Pitt Bull. Aucun Pitt Bull dans les grandes agglomérations à moins de détenir un terrain d’au moins 10,000 p.c. (100 x 100).

Les contrôles s’effectueront lors de la prise de possession d’un chien chez un vétérinaire seulement accrédité par le gouvernement sous identification par les permis de conduire et par la suite, un permis provincial qui permet de savoir si l’animal est bien entre les mains de la personne qui a droit d’en posséder un. LIMITE D’UN PITT BULL PAR PERSONNE, FAMILLE et/ou MAISON et LIMITE D’UNE PORTÉE PAR FEMELLE. Le travail de traçage devrait être sous la responsabilité des municipalités, dont un seul responsable est certifié par le gouvernement provincial à cette fin.

Cette race de chien ne doit pas être sous l’emprise d’une “discrimination animale” parce qu’il y a des imbéciles dans la société. Il s’agit d’empêcher les imbéciles d’en posséder un. Une personne détenant un Pitt Bull qui ne se conformerait pas à quelle que soit une disposition de la loi entraînerait automatiquement une peine de 10 ans derrière les barreaux. La même peine devrait s’appliquer aux vétérinaires et responsables du traçage qui mettent le pieds en dehors de la “track”

Il est grand temps que les tribunaux fassent leurs devoirs et rencontrent leurs responsabilités au lieu d’octroyer des sentences bonbons pour trafiquer les données sur la criminalité dont les provinces se tapent les bretelles pour déclarer que la criminalité est en baisse constante.

Avez-vous déjà pensé combien coûte les chiens à une municipalité ?
Trottoir à faire nettoyer parce que trop d’excréments de chiens, police appelé pour plainte de chien qui jappe ou en liberté dans un parc, une piste cyclable etc… Subvention à la SPA, sac de plastique pour caca de chien dans les parcs gracieuseté de la ville, parc canin, et j’en passe. C’est nos taxes qui paient pour ce luxe. Qui va contrôler que les personnes ont bien enregistré leurs pitt-bull? Bien oui, la police ou un contrôleur de la ville. La majorité des pitt-bull n’ont pas leur permis C.a.d leur licence au cou.

Une loi, ça se change et puisqu’il s’agit d’une LOI la responsabilité revient au gouvernement et non à la municipalité. Pour ce qui est du contrôle des licenses, la médaille au coup des chiens servent à quoi exactement, pensez vous. Il s’agit d’un permis de possession d’un chien qui est octroyé par la ville, une médaille émise par le gouvernement provincial viendrait tout simplement s’y ajouter. Il n’y a rien de bien compliqué dans tout cela.

Selon Statistiques Canada, une famille sur cinq possèdent au moins un chien et une famille sur quatre possèdent au moin sun chat. Le nombre de Pit Bull au Canada, tel qu’enregistré par les villes qui émettent les licences municipale sont de 81,000. Des législations comme celle dont je fais état existent depuis belle lurette dans plusieurs pays dont l’Angleterre, l’Australie et la Nouvelle Zélande qui l’étend au Dingo, l’Allemagne, l’Autriche et plusieurs autres. Il y a 64 pays où ils sont carrément interdits, selon les données de 2010.

Personne n’a soulevé la question du bien être des animaux…

Pitbull, Berger allemand, a une époque c etait les Doberman qui avaient mauvaise presse, ou les rottweiler… – qu ils soient Husky, chien de berger, mini chien de compagnie, le chien est un animal social qui vit en meute a l origine…
Dans une meute il y a differents types de caractere et une hierarchie…
Quelque soit la race du chien, il peut avoir une tendance dominant, ou une tendance a etre dominé voir une tendance a etre peureux…
Quelque soit la race , l aptitude du maitre a eduquer son chien et le positionner dans la famille, a le sociabiliser, a lui offrir des conditions de vie agreables (je pense ici par exemple a des chiens de traineaux par exemple qui sont devenus chien de famille pour des raisons de mode et qui virent fou raide car on les loge dans des petits appartements en ville en les sortant une fois par jour et qui vont tanner leur maitres qui finiront par publier une annonce pour les donner ou les abandonner dans un refuge, quand c est pas dans la nature.)
Je pense au chiot si minion qu on offre a Noel , et qui grandit en ruinant les paires de chaussures, vire caracteriel car il n est pas dressé et que l on n a pas realisé qu il va falloire se le coltiner pendant une durée moyenne de quatorze années… qu il va devenir vieux et malade, qu il faudra le soigner et payer le veto…

Bref … le chien est en général ce que son maitre fait de lui … Consciemment ou Inconsciement, tout betement parceque le maitre n a pas pris la peine de se renseigner sur la race de chien qu il a choisi , sa nature, ses besoins, son caractère …

Ou parcequ il ne veut pas acheter son animal dans un elevage de qualité qui le conseillera, voir refusera de lui vendre l animal si le nouveau propriétaire ne peut pas satisfaire a ses besoins – car un elevage de qualité est plus cher qu un super marché pour animaux…
L’Homme est responsable , il a créé et inventé des races, pour des questions d’utilité ou de plaisir et d’esthétique, et veut oublier la part de responsabilité qu’il a lorsqu’un chien se comporte … en chien… assoit sa dominance, challenge la hierarchie, ne trouve pas l’autorité qui le cadrerai dans sa famille … sa meute, manifeste sa peur , ou son mal-etre …

Bref …
Au dela d’interdire des races ou des animaux , si on commencait deja par s assurer que les bonnes personnes possedent les bons animaux et sont instruits et formés pour cela et capable de subvenir a leurs besoins primaires (espace, affection , education ect…)

J ai cotoyé des « pittbull » bien éduqué et toujours laissé sous surveillance en presence d’enfant, ces chiens etaient equilibrés, gentils, avec leur besoin d exercice quotidiens satisfaits…
J’ai eu un bouvier Bernois pour lequel j ai du remplir un dossier complet avant que l eleveur ne decide de le laisser partir…

Bref arretons d’incriminer l animal…

Et remettons un peu plus l humain en question …

La race n y est pour rien, le proprietaire conscient ou inconscient y est pour beaucoup…

Ajout à ce qui précède. Une personne possédant un Pitt Bull devrait avoir une assurance responsabilité de 2$ millions.

Madame Borde : J’aimerais bien savoir ce que vous entendez par une « preuve scientifique » de malfaisance, qu’il s’agisse d’un pitbull, d’un forcené ou de tout autre danger public. Si cette expression vient de l’ordre des vétérinaires, il me semble que cet organisme devrait être le premier à faire des recherches sérieuses pour voir s’il est possible d’établir « scientifiquement » que les pitbulls sont des moutons.

En attendant, les preuves statistiques citées par La Presse et abondamment corroborées par de nombreuses autres études depuis de nombreuses années auraient dû vous convaincre du contraire.

Je suis surpris aussi d’apprendre que, pour vous, les pitbulls sont « difficiles à reconnaitre ». Pour ma part, je peux les identifier au premier coup d’oeil, par leurs yeux et leurs mâchoires, notamment. Quelle que soit la « race » à laquelle on les rattache, ils sont le produit d’une sélection génétique lentement poursuivie pendant des siècles pour créer (pour l’amusement des populaces) des chiens de combat redoutables dont les mâchoires ne se desserrent pas sans arracher ce qu’elles tiennent ni, de préférence, achever leur victime.

Je vous concéderai volontiers qu’un pitbull peut être très gentil pendant des années ou même toute sa vie… à condition qu’aucun incident imprévu de le provoque inopinément (surtout s’il est en compagnie d’un ou deux congénères), mais je doute que la douce fermeté d’un maître affectueux puisse lui faire perdre d’emblée des impulsions soigneusement cultivées et renforcées pendant des générations. En fait, nombreuses sont les preuves statistiques qui démontrent le contraire.

Vous m’enlevez les mots du clavier. De « l’absence de preuve scientifique » à « l’inexistence de cette race », je ne comprend pas Mme Borde. Pour plusieurs raisons, dont la taille et les caractères sélectionnées, ce sont des animaux dangereux, indépendamment de leur propriétaire.

17 des 116 chiens de combats, ceux qui étaient pour la plupart des chiots lors de la descente policière sont entre les mains de familles qui ont de jeunes enfants et jamais rien de facheux n’est survenu.

Trois de ces chiens vont à la rencontre d’enfants malade dans les hôpitaux de la Californie et de Phoenix.

Des instituts comme le National Canine Research Council regroupe les Chaires de recherches vétérinaires canine de 24 pays.

39 pays interdisent la possession de Pit Bull.

Après avoir interdit les Pit Bulls que seront les races suivantes, il y a plus de 70 races de chiens qui peuvent être dompter pour devenir des chiens de combat.

Monsieur Bernard. En ce qui a trait aux forcenés, la psychologie et psychiatrie ont depuis des décennies circonscrits des maladies et comportement de désordre mental au sein même des récidivistes, la schyzo avec certaines tendances obcesssionnelles ou les schyzo parano en font partie, la psychopathie qui dérive de plusieurs comportements antisociaux et d’une maladie qui y serait associée en sont d’autres.

La très grande majorité proviennent de familles dont le passé criminel est déjà établit et ne connaissent rien d’autre depuis leur enfance, certains cherchent le pouvoir (narcissisme fondamental) sous toutes ses formes comme Michal Vick, des enfant abusés sexuellement à répétition qui ont vécus dans une atmosphère constante de répression et dénigrement en font souvent partie.

Les sports violents comme la boxe, les arts martiaux mixtes (baggares de rue), le football sont tous des sports qui mènent les enfants vers la violence gratuite, le bullying, le viol etc. Nous verrons bien dans quelle merde nous vivrons dans 10 et 20 ans.

Les engeulages qui n’en finissent plus entre conducteurs de voitures n’existaient tout simplement pas durant les anées 70, regarder le nombre de délits rattachés à ce que ce problème est devenu aujourd’hui. Nous avons vécu le début du bullying au niveau secondaire fin des années 70, et encore, les cas étaient extrêmement rares. Aujourd’hui plus de 87% des écoles secondaires aux État-Unis sont pourvus de détecteurs de métal.

Les problèmes de drogues durs sont au coeur du problème et c’est sur ce problème que le système de justice devrait sévir sévèrement. Tu consomme de la coke, tu t’en va dans un camps de réabilitation durant 10 ans à cultiver des légumes et non à te faire des bras dans des gym de prisons, assis sur leur gros c.. à regarder la télévision.

Non j’ai toujours eu des pitbulls.Non seulement cest des chiens intelligents mais ils peuvent tout faire pour leurs familles.

Hier après-midi le 16 mai, je marchais dans le parc Maisonneuve et, au moment où je doublais deux femmes avec trois chiens, dont les deux plus gros (pas des pitbulls) n’étaient pas en laisse, ceux-ci se sont mis à japper et à s’avancer vers moi (l’un a touché ma jambe avec sa gueule). La propriétaire a rappelé ses chiens et les a immédiatement attachés. Elle m’a demandée si j’avais peur, j’ai répondu oui, car ils n’étaient pas en laisse. Elle m’a dit qu’ils n’étaient plus en laisse et que c’était ma peur qui les faisait réagir, elle a ajouté qu’ils étaient tannés de notre attitude, puis elle s’est mise à répéter et à crier qu’ils étaient tannés (on est tannés de vous autres disait-elle). Je n’ai pas discuté, voyant qu’elle s’était désorganisée (et d’ailleurs, sa compagne l’a éloignée sur un autre chemin). J’ai simplement regretté de ne pas avoir de téléphone intelligent pour filmer l’incident (comme on doit faire avec la police).

Le vrai fond du problème est le suivant.. Il faut en toute priorité éduquer les parents pour qu’ils éduquent leurs enfants. D’abord le chien n’est pas un humain et il n’a ni le même langage ni le même « système d’exploitation »! On est sous Windows et ils sont sur Androïd! L’enfant naturellement s’avance, les mains en avant et touche directement au chien pour souvent le prendre par le cou. de plus, il est souvent de sa taille ou moindre. L’enfant s’adresse au chien en humain alors qu’il n’en est pas un! Le chien, lui voit l’enfant comme un étranger qui s’avance vers lui pour le frapper et lui… sauter au cou!!!! Il voit l’enfant comme une menace qu’il peut éliminer en lui rendant la monnaie de sa pièce. D’abord, il a peur, très peur, il recule, écrase les oreilles, détourne la tête, autrement dit, il dit, avec son corps car il ne parle pas, à l’enfant de ne pas l’attaquer. Et, si ça continue il donne un denier avertissement qui, toujours, est suivi très rapidement d’une morsure si l’agression qu’il perçoit n’est pas immédiatement, illico, stoppée. Vous avez 1 seconde, 2 tout au plus. Cet avertissement ne prend généralement pas la forme d’un jappement mais d’un grognement. Voilà le scénario classique qui explique la quantité phénoménale de morsures faites aux enfants. TOUTES les races de chiens suivent ce pattern du Chihuawa au Dogue de Bordeaux. Ils ont tous le même système d’exploitation. Le chien a été domestiqué certes mais n,a pas encore changé de langage ni de système d’exploitation et l’homme ne l’a pas encore compris.

Les parents ne sont même plus en mesure d’éduquer leurs enfants sur des valeurs aussi fondamentales que le respect humain et des biens. Les enfant jurent (sacrent) dans les cours d’école élémentaire, pensez-vous vraiment que les parents, tout aussi déboussollé que leurs enfants changeront quelque chose, il est minuit et demi depuis longtemps et cela prendra deux décennies voir quatre avant de revenir à une société composée d’individus respectueux, honnêtes, intègres qui crient à pleins poumons qu’ils ont des droits mais oublient que ces droits sont rattachés à des devoirs et responsabilités.

Si s’était aussi facile, il n’y en aurait pas de problèmes, présentement !

Tout à fait d’accord! J’ai un chien saucisse à la maison et je l’admet, il n’est pas nécessairement en amour avec les enfants. La fille de mon amie qui a 2 ans, ne sait pas quand s’arrêter avec les chiens. Elle le flatte, mon chien n’apprécie pas toujours le geste brusque d’un enfant, alors il se met en retrait. Elle lui court après et il lui donne un avertissement, un petit grognement. Elle persiste! Mon amie dit bien à sa fille que le chien n’aime pas ca et qu’il faut arreter, mais l’enfant ne fait que persister à courir après mon chien pour l’attraper et se rapprocher le plus possible.

C’est comme ca que des incidents arrivent! Si un adulte n’est pas présent pour la surveiller, surement qu’après un certain temps, mon chien se serait tanné. Et pourtant, un chien saucisse, c’est loin d’être agressif.

Je lis souvent que les chiens sont dangereux pour les enfants, comme vos 45 000 cas d’enfants mordus. Mais si un enfant ne respecte pas l’espace d’un chien, jusqu’à un certain point on ne peut plus rien y faire. Quand je promène mon chien dans le rue, et qu’un enfant cours vers mon chien en criant à tue-tête, c’est jamais bon signe. Je ne dis pas d’attacher vos enfants non plus, mais ca ne se fait pas de se projeter vers un chien qu’on ne connaît pas!!

Des études des études des études, c’est l’article des « études ».
Oui vos « études » mentionnent que les petits chiens mordent plus, oui vos « études démontrent que toutes les races de chiens mordent mais est-ce que vos « études » font une différence entre une morsure, un « snap » et une attaque en règle avec acharnement? Non.

Oui un chien va mordre un vétérinaire qui veut le soigner, oui un chien va snaper une main qui se balade sur son dos et qu’il n’aime pas ça mais quel chien va se jeter sur une personne sans raison en voulant le déchiqueter? Peu ou pas sauf le Pitbull.

Les chiens ont été sélectionnés pendant des centaines d’années pour accomplir des tâches selon leur morphologie, leur capacité et de ce fait ont développé une génétique particulière. Des chiens vont pointer (chiens de chasse) une bestiole sans bouger dans un champ et sans entrainement, c’est génétique. Des chiens vont rassembler des objets (chiens de troupeau) dans un même endroit, les regrouper sans entrainement, c’est génétique. Des chiens vont creuser des trous partout (chiens terriers) sans entrainement, c’est génétique, des chiens vont être d’excellents gardien sans entrainement, c’est génétique.
Bref, pratiquement toutes les races ont des particularités propres à elles. Et…pourquoi, pour quelle raison le Pitbull a-t’il été développé? Pour attaquer, pour se battre, pour tuer. C’est un chien débile dans la tête. Un chien normal qui se bat avec un autre chien pour établir une domination va arrêter son attaque aussitôt que l’autre chien va se soumettre. Ça vient de leur ancêtres les loups qui n’ont pas avantage à tuer un subalterne car il en ont besoin pour survivre (chasse en meute). Est-ce que le Pitbull fait de même? Non il voudra finir sa « job » de tueur.. Le Pitbull est complètement à l’opposé de ce comportement.

Désolé de vous l’apprendre, mais le Pitbull Terrier Americain est de chien de catégorie Terrier. Excellent chien de chasse en passant 😉

Un de mes voisins possède un Shawseneger American Terrier qui n’est pas agressif du tout. Il est aussi doux et amical que mon Labrador. Avant tout, il faut observer le maître. Si celui-ci est un homme court, de type bully, il faut se méfier.
Un jour, mon chien a été attaqué par un pitbull et celui-ci a reçu la raclée de sa vie. Son maître m’a enguelé en me disant que son chien ne pourrait plus faire de combats. Je vous laisse tirer vos conclusions. J’habite Ottawa.

Il est vrai que le problème réside souvent dans le propriétaire du chien mais il y a peu de mesures qui sont efficaces pour décourager ces proprios. Le problème c’est le respect des lois et il ne fait aucun doute que l’interdiction d’une race de chiens est la mesure la plus efficace, celle qui est la plus applicable concrètement. Les propriétaires de chiens ignorent très souvent les lois et règlements: vous n’avez qu’à aller dans un endroit où il y a un règlement qui force les gens à garder leurs chiens en laisse – au moins la moitié des gens qui se promènent avec un chien ne l’auront pas en laisse (j’en sais quelque chose, mon chien est toujours en laisse et est régulièrement attaqué par des chiens libres dont les propriétaires n’ont aucun contrôle), défiant ouvertement un règlement qui est difficilement applicable, faute d’agent de la paix disponibles pour le faire respecter. C’est entre autres ce qui a amené les autorités américaines à interdire les chiens dans les parcs nationaux, en laisse ou pas: c’est la seule mesure qui est efficace.

Il est certain que les « bons » propriétaires de chiens et leurs chiens sont les victimes de cette attitude de bien d’autres proprios de chiens mais l’état ne peut être partout et les moyens d’assurer un minimum de sécurité pour les citoyens sont très limités. Bannir une race de chiens fait partie de ces mesures applicables mais vous avez raison, ça ne règlera pas le plus grand problème de l’attitude de ceux qui rendent ces chiens « méchants » ou tout simplement des idiots. Il faudrait aussi que les propriétaires ou ceux qui ont le contrôle de ces chiens soient criminellement responsables des blessures et des sévices causés à des humains ou d’autres animaux – par exemple le proprio d’un chien qui cause la mort d’un enfant devrait être déclaré coupable de meurtre non prémédité – ça ne prendrait pas beaucoup de condamnations pour passer le message car la peine minimum pour ce crime est l’emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans…

Le pitbull est le seul chien qui « mange », littéralement, le visage de son maître, sans provocation. A bon entendeur…

Il y a fort longtemps que les Bergers Allemands servaient comme chiens de combat avant l’arrivée en masse de Pit Bull aux États Unis. De tous les pays de la planète, c’est aux États Unis que revient la palme d’Or du nombre de chiens saisis par les autorités pour étant des chiens dangeureux.

Lorsque j’étais jeune, les citoyens avaient tous peur des Bergers Allemands parce que le problème était le même que pour les Pit Bull… les imbéciles qui les possédaient.

Avant l’arrivée des Pit Bull aux USA, il n’y avait que très peu de problèmes en Grande Bretagne avec cette race, mais les gros épa de la GB ont suivis le mouvement des gros épa des USA au point où ils sont interdit aujourd’hui.

J’ai lu sur le sujet presque toute la journée hier sur des sites de recherches universitaires et il est clair que la génétique n’a absolument rien à voir avec le comportement d’un animal quel qu’il soit. C’est d’ailleurs ce que je pensait puisqu’il s’agit de problème comportementale et donc hors du segment des maladies.

Les malades mentaux ne proviennent pas de personne ayant des problèmes de santé mentale, la réciproque s’applique. C’est la même chose pour les sourds et muets, les non voyants etc.

Cet article me laisse encore plus perplexe sur la question. Vous dites qu’en interdisant une race de chien on déplace simplement le problème. Alors continuons, nous sommes sur la bonne voie, à un moment donné il sera de plus en plus difficile de se procurer un chien qui répond aux critères des » méchants propriétaires », ou disons de ceux qui sont mal intentionnés, c’est à dire ceux qui veulent faire peur. Je refuse d’admettre qu’il n’y a pas de solution, c’est encore une fois une permission pour ne pas agir, pour laisser faire, pour se déresponsabiliser, en citant des études… Sur le fond je suis d’accord que le problème n’est entre les oreilles du chien…

Doit-on avoir peur d’une arme de poing? Doit-on avoir peur d’un individu qui exhibe une arme de poing publiquement? Ma réponse est oui et pour moi cet individu est un danger public, un intimidateur et une personne peu recommandable. Jamais je n’accepterais qu’il s’approche de ma famille. Il en va de même pour celui qui exhibe son pittbull!

Mon dieu je suis surprise d’un article aussi peu factuel dans l’actualité… Surprise… Une simple recherche dans les banques de données scientifiques résulte dans une revue de la littérature majoritairement démontrant le danger que pose cette race… Et ça ma pris un gros 5 minutes pour trouver ça…

Vous essayez de détourner la problématique avec vos termes scientifiques. Puis vous nous sortez les mêmes arguments que la NRA. « Guns don’t kill people, people kill people ». Allez lire ces statistiques et regardez les pourcentages au lieu de regarder le nombre. (http://time.com/2891180/kfc-and-the-pit-bull-attack-of-a-little-girl/). Statistique américaine j’en convient, mais sûrement pas si différentes des nôtres.

J’avais entendu dire dans une émission consacrée au monde des animaux il y a plusieurs années que le « Pitbull », contrairement à la majorité des autres races de chien, avait une mâchoire particulière qui se « verrouillerait » en position fermée une fois qu’il avait agrippé quelque chose et qu’il était à peu près impossible de lui faire lâcher prise tant qu’il ne l’a pas décidé de lui-même (à part de lui casser la mâchoire). En fait, le pitbull n’aurait plus à fournir d’effort pour maintenir sa prise une fois qu’il a serré sa mâchoire sur quelque chose. Par contre, il devrait fournir un effort pour la déverrouiller et relâcher sa prise. À cause de ce mécanisme, les morsures des pitbulls causeraient des blessures beaucoup plus importantes et sévères à une personne.
Dans le reportage, on voyait un pitbull qui avait saisie un noeud situé au bout d’une corde avec sa gueule et était suspendu à 1 mètre du sol. On y expliquait qu’il pouvait rester accrocher à cette corde autant de temps qu’il le voulait sans se fatiguer.

Certaines races de chien ont fait l’objet de croisements génétiques et le but était clairement d’en faire des chiens agressifs, des chiens de combat, des chiens pour tuer. Ils ont été largement créé pour être utilisé sur les champs de bataille, dans les prisons, dans les camps de prisonniers durant les nombreuses guerres depuis 150 ans. À mon avis, le problème se situe au deux bouts de la laisse. Des propriétaires irresponsables, ignorants et stupides qui ont des chiens qu’ils utilisent comme des armes potentiellement létales. Si le Québec est une société qui se veut »civilisé », il est grand temps d’interdire autant ces chiens inutiles que de punir très sévèrement les propriétaires de ces chiens. Le tigre, le lion et le loup sont des animaux qui ne se domestiquent pas… pas plus que ces chiens… mais ces chiens sont des création humaine, des animaux vicieux et incontrôlables. Faudrait juste que certains propriétaires de ces chiens se fassent greffés (si c’est possible) un cerveau humain et fonctionnel. En 2009, j’ai habité 3 mois d’été en face du parc Beaubien et presque tous les soirs où il faisait beau il y avait 4-5 propriétaires de chiens agressifs (pitt bull, rothweiler, etc.) qui faisaient la démonstration de leurs »protégés »… des combats j’en ai vu dans ce parc… mais surtout j’ai constaté de visu que les propriétaires considéraient ça comme un jeu amusant pour intimider les usagers du parc… pour se sentir fort et viril… virilité qui, manifestement, leur faisait cruellement défaut. Pour finir, dois-je aussi ajouter que tous les propriétaires que j’ai vu cet été là, mais je dis bien tous, étaient de jeunes immigrés issus (visiblement) de gangs de rue… qui parlait de profilage ?

Je suis vraiment irritée que tous les journaliste semblent tourner le même disque: les pitbull mordent peu par rapport aux autres chiens. Mais on s’en fou!!! Leurs morsures tuent! Je m’en fou que le chihuahua ou le Labrador mord plus souvent.. on est tous d’accord que les pitbulls sont de gentils chiens et blabla.. le problème cest que la grande majorité des propriétaires de pitbulls sont des épais ( faible éducation, santé mentale inadéquate, trouble de personnalité ). Et on ne peut pas interdire les épais. .. et les contrôler/encadrer demande trop d’efforts et de coordination de la part de nos élus (c’est pas notre fort)… Alors aussi bien les banir..

La bonne question est : FAUT-IL AVOIR PEUR DE L’HUMAIN QUI A UN PITT-BULL??????????!!!!!!!!!!