Faut-il avoir peur… du régime cétogène ?

De nombreuses personnes suivant le régime cétogène perdent rapidement du poids et disent se sentir mieux. Mais ses prétendus bénéfices en ce qui a trait au diabète, à la santé cardiovasculaire et aux risques de cancer ou d’alzheimer sont loin d’être prouvés scientifiquement.

Photo : A_Namenko / Getty Images

À en croire ses innombrables promoteurs, le régime cétogène (aussi appelé keto) ferait des miracles. Le principe est simple et l’idée centenaire : il s’agit de restreindre au maximum les glucides consommés, pour qu’ils ne représentent pas plus de 5 % à 10 % des calories absorbées chaque jour, et de compenser par des quantités très élevées de protéines et surtout de lipides. En gros, adieu pain, riz, pommes de terre, fruits et légumineuses, bonjour bacon, huiles, avocats, fromages et poissons gras. Une telle alimentation inciterait l’organisme à entrer en cétose, c’est-à-dire à puiser son énergie non plus dans le glucose qui circule dans le sang, mais dans les cétones, des molécules produites par le foie.

De nombreuses personnes suivant ce régime perdent rapidement du poids et affirment se sentir mieux. Mais les prétendus bénéfices du régime cétogène en ce qui a trait au diabète, à la santé cardiovasculaire et aux risques de cancer ou d’alzheimer sont loin d’être prouvés scientifiquement : les études sont très limitées dans le temps et portent sur quelques cas, ou bien sur des cellules ou des souris alimentées d’une manière qui n’équivaut pas à celle dont se nourrit l’humain.

On sait en revanche que tout régime qui restreint radicalement la consommation de certains aliments est potentiellement nocif, parce qu’il risque de provoquer des carences, qu’il implique un rapport malsain avec l’alimentation et qu’il entraîne généralement un regain de poids une fois délaissé (ce qui arrive presque immanquablement, puisqu’il est très difficile à suivre). Les méthodes Atkins ou Montignac, semblables au régime cétogène et fort populaires il y a des décennies, n’ont eu aucun effet durable sur leurs adeptes. Mais que d’argent gagné pour leurs promoteurs !

La seule efficacité dûment documentée du régime cétogène concerne le traitement des enfants atteints de certaines formes d’épilepsie. Administré de manière stricte et sous supervision médicale en raison des risques de carences, de contre-indications et d’effets secondaires, il n’est conseillé qu’aux enfants chez qui aucun médicament antiépileptique ne fonctionne. Les quelques études menées à long terme ont toutes montré que ce régime est associé à un ralentissement de la croissance de ces enfants comparativement à ceux traités autrement.

Pour bien des gens, passer au régime cétogène revient à éliminer une bonne partie de la malbouffe et fait baisser la consommation totale de calories, d’où la perte de poids. Mais adopter les recommandations sur la saine alimentation — manger de tout, en agréable compagnie mais seulement à sa faim, et éviter les aliments ultra-transformés — est beaucoup plus efficace pour garder la santé.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire