Faut-il avoir peur… du tétanos ?

La maladie est mortelle dans 20 % à 30 % des cas. Le nombre de décès qui en découlent a toutefois diminué de 96 % en 20 ans, grâce à la vaccination. 

Photo : Walrusmail / Getty Images

Bonne nouvelle pour ceux qui n’aiment pas les piqûres ! Le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) recommande qu’on remplace les rappels de vaccination contre le tétanos, que nous sommes censés recevoir tous les 10 ans durant toute notre vie, par un rappel unique vers l’âge de 50 ans, pour les personnes qui ont reçu toutes les doses du vaccin dans l’enfance.

Le tétanos est causé par un bacille vivant dans la terre, la salive et les déjections animales et humaines ainsi que sur les surfaces rouillées. Une simple éraflure peut suffire à faire pénétrer la bactérie dans le sang. Elle libère alors une neurotoxine ultrapuissante qui provoque des spasmes musculaires tellement violents qu’ils peuvent briser les os. La maladie commence quelques jours ou quelques semaines après l’infection par une contraction involontaire des mâchoires, le trismus. Elle est mortelle dans 20 % à 30 % des cas.

La bactérie, qui se trouve presque partout sur la planète, ne peut pas être éradiquée. Mais depuis la Deuxième Guerre mondiale, le tétanos est rarissime dans les pays développés, parce que l’hygiène et la désinfection des plaies se sont améliorées, et parce qu’on dispose d’un vaccin aussi efficace que sûr. Aujourd’hui, il y a en moyenne 3,3 cas de tétanos par an au Canada.

Dans les pays en développement, la maladie tue encore environ 50 000 personnes chaque année, surtout des nouveau-nés de mères porteuses de la bactérie. En 20 ans, le nombre de décès a cependant diminué de 96 %, grâce à la généralisation du vaccin, que reçoivent aujourd’hui 86 % des bébés dans le monde.

Au Québec, quatre doses de vaccin doivent être données aux enfants à 2, 4, 6 et 18 mois, puis une entre 4 et 6 ans et une autre entre 14 et 16 ans. On recommandait ensuite de recevoir une dose de rappel tous les 10 ans. Mais après un réexamen de l’immunité conférée par les vaccins et une analyse des pratiques dans d’autres pays, le CIQ a estimé qu’une seule dose de rappel vers l’âge de 50 ans offrirait la même protection aux adultes qui ont été vaccinés dans l’enfance. Seuls deux Québécois sur cinq sont à jour dans leurs rappels de vaccin contre le tétanos, et cette nouvelle façon de faire, plus simple à mémoriser, protégera mieux la population. Une preuve que les autorités savent éliminer les vaccins quand ils ne sont plus nécessaires.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie