Faut-il avoir peur… du zona ?

Cette maladie, quoique peu dangereuse, est très pénible pour les personnes qui en souffrent. Heureusement, il y a des moyens d’y échapper !

Le Canada est le premier pays à homologuer un nouveau vaccin contre le zona, le Shingrix, de la société GlaxoSmithKline, qui sera offert en janvier. Pour le promouvoir, GSK jouera avec vos nerfs, en publicisant les histoires vécues de patients qui ont souffert pendant des mois de complications. Pourtant, vous avez de grandes chances d’y échapper !

Le zona est dû à un virus de la famille de l’herpès, connu sous le nom de virus varicelle-zona. Répandu sur toute la planète, il donne d’abord la varicelle, maladie contre laquelle on vaccine les poupons de 18 mois depuis une quinzaine d’années. Après la varicelle, le virus n’est pas toujours éliminé. Il se tapit dans des nerfs, d’où il peut réémerger des décennies plus tard lorsque les anticorps s’affaiblissent. Il donne alors le zona, une maladie qui touchera une personne sur trois au cours de sa vie (généralement passé la cinquantaine) et dont la prévalence augmente avec l’âge. La moitié des gens de 85 ans ont déjà souffert de cette affection. Faute de recul, on ne sait pas encore si le vaccin contre la varicelle diminuera le risque de zona.

Si cette maladie n’est pas vraiment dangereuse, sauf pour les personnes immunodéprimées, elle est cependant très pénible. La plupart des cas surviennent dans un nerf entre deux côtes et entraînent des rougeurs, mais surtout une vive sensation de brûlure, qui s’estompe graduellement pour disparaître en trois à six semaines.

Parmi les gens touchés, une personne sur cinq aura ensuite des épisodes plus ou moins prolongés et intenses de douleurs qui pourront ressurgir à l’occasion. Par ailleurs, dans un cas sur 10 environ, le zona survient dans un nerf optique ou auditif. Il peut alors, exceptionnellement, engendrer des complications sérieuses, telles que la cécité ou une paralysie faciale. Bref, même si le zona n’est pas toujours dramatique, il n’est ni rare ni anodin.

S’en protéger par un vaccin est assurément une bonne idée. Tout comme le premier vaccin contre le zona, homologué au Canada en 2009, le Shingrix est sûr et cause peu d’effets secondaires. Il est en outre beaucoup plus efficace que son prédécesseur, le Zostavax II, de la société Merck. Selon les études cliniques menées auprès de 37 000 personnes, le Shingrix permettrait d’éviter 97 % des cas de zona, y compris chez les septuagénaires.

Seul hic ? Ces deux vaccins coûtent environ 200 dollars et ne sont pas remboursés par l’assurance maladie au Québec. La dépense vaut-elle la peine ? À chacun d’y voir, en fonction de ses finances personnelles et de sa tolérance au risque. Chose certaine, on peut aussi bien vivre sans être vacciné, ou encore attendre que le vaccin finisse par être remboursé ou que son prix baisse.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

10 commentaires
Les commentaires sont fermés.

pourquoi la société, débourserait les 200.00$ dollars pour le vaccin, et se priverait de payé la rémunération du médecin, et de la clinique pour les soins ???
Cherché toujours a qui le crime profite.

J’ai prėsentement le Zona depuis plus d’un mois. Très très doulureux. Je suis à ma 4ième mėdication. Je n’avais pas reçu le vaccin, ma mėdecin ne me le recommandait pas, compte tenu qu’il ėtait peu efficace. Mais lorsque je serai en mesure de le recevoir, c’est certain que je le prendrai, et ce peu importe le coūt.
Très bon article

Pour vous soulager, badigeonnez vos lésions avec de l’huile essentielle de menthe poivrée sur un coton-tige.
Outre ses propriétés anti-virales, l’HE de Mentha X piperita procure une analgésie instantanée en remplaçant la douleur par une sensation de fraîcheur intense.
C’est un petit investissement qui rapporte gros.
Bonne santé.

Bonjour, je travaille comme inhalothérapeute auprès de l’Association pulmonaire du Québec et nous collaborons à un projet de sensibilisation concernant le Zona. Les sondages démontrent que le Québec est la province canadienne où la population est la moins informée sur cette maladie. Si vous êtes âgé de 50 ans ou plus et que vous aimeriez partager votre histoire, faites-moi signe. Marie-Eve Girard, 1-888-768-6669 poste 232 ou encore [email protected]

Étant sous chimiotherapie, j’ai recu le Zostavax II avant le début de mes traitements. Devrais je considérer, une fois mes traitements terminés, me faire vacciner de nouveau avec le Shingrix?

Merci et meilleurs voeux.

Votre article est incomplète .J’ai encore beaucoup de questions à ce sujet.
Peut-être le Dr. devrait-il répondre ?
J’ai eu le zona peut-on l’avoir une deuxième fois ?
Devrait-on recevoir un vaccin même si nous avons eu la maladie ?
Ma fille a eu la varicelle deux fois est-elle plus sujet à avoir le zona ?

Je trouve très déplorable que je vaccin ne soit pas couvert …j’espère qu’il est au moins déductible d’impôt car à ce prix , c’est vraiment pas évident de pouvoir se le permettre ! Qui en en profite à ce prix « exorbitant » pensez-vous ???

Pour quelqu’un qui a eu le zona est-il trop tard pour se faire vacciner? On m’a dit que le vaccin ne donnait plus rien un coup qu’on a eu le zona.