Fin du monde : même pas drôle !

– «Vous y croyez, vous ?»

– Euh ? À quoi ?

– Ben à la fin du monde, voyons !

Voilà comment a commencé la conversation que j’ai eue il y a quelques mois avec une jeune femme de 29 ans, mère de 7 enfants et chauffeure de taxi.

Pendant une bonne demi-heure, j’ai tenté du mieux que je le pouvais de la rassurer, lui parlant tour à tour des faussetés propagées sur le calendrier maya, la planète Nibiru et autres sornettes apocalyptiques, du business de la crédulité, de l’histoire sans fin des fins du monde…

Elle ne croyait rien en particulier, mais tout à la fois, affirmant qu’il n’y avait jamais de fumée sans feu, qu’il devait bien y avoir une raison à tout cela.

Nous avons aussi parlé de nos enfants, des garderies et de tout et rien jusqu’à ce que je me décide à quittter la voiture après avoir payé ma course, lui conseillant encore une fois de ne pas s’inquiéter.

Ses derniers mots résonnent encore dans ma tête : «Oui, mais quand même. Ça m’angoisse…».

Comme cette jeune femme, des millions de gens croient mordicus à l’apocalypse, ou tout du moins ne sont pas sûrs qu’il ne va rien se passer demain 

Ils représenteraient 8% de la population  mondiale, selon un sondage Ipsos conduit sur 16 282 adultes à travers 21 pays.

Si l’on se fie à ce sondage, 9% des Canadiens, soit plus de 3 millions de personnes, auraient peur de cette fin du monde.

On peut trouver ça totalement ridicule et en rire. Moi, ça me déprime de savoir qu’il existe encore autant de gens crédules ou manipulés.

Je pense souvent à cette mère de sept enfants, qui à l’heure qu’il est, se figure peut-être encore qu’ils vont tous mourir demain.

Pas drôle.

Je pense aussi à ce groupe de touristes italiens, croisé l’an dernier au sommet d’une pyramide maya, qui se livraient le plus sérieusement du monde à l’imposition des mains sur leur gourou. Avec leurs chaussures de randonnée, leurs chapeaux de soleil et leurs T-shirts Cancun, rien ne les distinguait en apparence des autres touristes. Mais étaient-ils vraiment là de leur plein gré, ou manipulés – et plumés – par un quelconque mouvement sectaire ?

Internet a rendu cette prédiction apocalyptique plus visible que toutes celles qui l’ont précédée. On peut en quelques minutes y conforter n’importe quelle croyance farfelue.

Mais si on s’en donne la peine, on peut en tout aussi peu de temps trouver matière à se rassurer. Le site de la NASA dédié à la fin du monde, Ask an astrobiologist, a donné des milliers de réponses à des internautes inquiets.

Les médias ont fait leur part pour combattre les thèses apocalyptiques. L’actualité, Québec Science, pour n’en citer que deux, ont fait d’excellents dossiers sur ce sujet. Plusieurs autres ont dénoncé le business de la fin du monde.

Mais mon dossier préféré, c’est dans Les Débrouillards que je l’ai trouvé, dès novembre 2009. Parce qu’il expliquait clairement aux enfants pourquoi ils ne doivent pas croire tout ce qu’on leur dit.

C’est peut-être d’ailleurs le plus beau cadeau à leur faire pour Noël, qui pourrait leur épargner un jour les affres de la crainte d’une apocalypse. Car il y en aura d’autres, c’est certain. 

Pour les abonner aux Débrouillards.

Un autre bon choix, plus cher mais plus touffu: Science et Vie Junior.

Sur ce, je vous souhaite de joyeuses Fêtes ! De retour dans la semaine du 14 janvier.

Laisser un commentaire

C’est bien dit. La fin du monde, ça ne tombera pas comme ça, du jour au lendemain. Et oui, il y a tellement de gens crédules! Ou ignorants, ou têtu (dans certains cas). Et c’est bien dommage, mais des arnaqueurs et des arnaqués, ça existera toujours. Mais c’est une bonne idée d’abonner les enfants à des revues scientifiques pour justement, démystifier ce genre de phénomènes et leur expliquer des faits et un raisonnement logique. Passez aussi de Joyeuses Fêtes!!!

Le bulletin de nouvelles de Radio-Canada attache de l’importance à la chose et, budget excessif oblige, dépêche un journaliste au Mexique!

Il ne faut surtout pas oublier le film « 2012 ». Cette fausse fin du monde serait restée dans la catégorie « anecdotique » si il n’y avait pas eu une énorme campagne de publicité l’utilisant pour mousser les ventes du film. C’était une idée de marketing géniale, et probablement très peu onéreuse. Je me rappelle à la fin de leur bande-annonce c’était marqué: google « 2012 », donc: faites une recherche internet avec le terme « 2012 ».
C’est ce qui a amené ces théories dans la sphère publique, alors qu’elles auraient du rester dans le milieu des « conspirationnistes »!

Ce n’est pas parce qu’on croit à l’apocalypse que ça veut dire que la fin du monde est le 21 décembre 2012. Je crois que vous mélanger les choses. C’est donc que vous acceptez que notre planète est éternelle … est-ce que les scientifique peuvent se pencher là-dessus et nous le prédire, ce que je doute … donc avant de traiter les gens comme vous le faites, il faudrait y penser. Les gens ne sont pas tous des ignorants ou des crédules comme vous dites. Je n’ai jamais cru à la fin du monde des mayas et je ne crois pas vivre une vie du monde, mais un jour notre belle planète n’existera plus et ça sûrement par notre faute! Passez de joyeuses fêtes!

On peut bien rigoler des prévisions loufoques et de la crédulité des gens mais nous ne sommes pas à l’abris de certains types de cataclysme qui menacent nos sociétés. La Presse rapportait ce matin que la catastrophe le plus probable est, selon l’Académie de sciences américaine, un orage magnétique de proportion titanesque. Les 2 derniers ont été observés en 1859 et en 774, donc avec une fréquence d’environ 1000 ans. Nos connaissances sont actuellement insuffisante pour prédire l’intensité et la fréquence de ces orages magnétiques hors norme qui anéantiraient les réseaux électriques et grilleraient les systèmes électroniques sauf que nous savons qu’un jour notre Terre sera frappée par un tel évènement. Sommes-nous prêts?

@Chantal
L’humain a une influence certaine et déterminante sur son milieu biologique et physique. On voit par les changements climatiques que l’humain peut amocher sérieusement son monde, mais a-t-il une capacité destructrice telle qu’il puisse provoquer son extinction totale comme espèce? J’ai des doutes. Il est moins probable encore qu’il puisse annihiler toute vie sur terre. Il y a des formes de vie pas mal plus tenace que l’humain. Et encore moins probable qu’il puisse provoquer la destruction de la planète elle-même. Cette idée relève plus d’une vision apocalyptique que de la réalité physique.

Il est plus probable que la fin de la planète survienne un jour simplement par une évolution normale de l’univers dans laquelle l’humain n’a vraiment pas grand chose à voir. À moins, bien sûr, qu’elle ne soit attribuable au même phénomène astronomique que celui provoquant la fin de la planète, la fin du monde humain ou même de toute vie sur terre n’empêchera pas la planète de tourner. La planète est essentielle à l’humain mais pas l’inverse.

Bon Noël à vous et à vos proches.

Vous savez sur quoi ils sont partis? 13
L’année 13, l’année malchanceuse

Ca leur prend quelque chose à se mettre sous la dent. Quelque chose qui va faire peur au monde

On a eu 1984. On a eu le bogue de l’an 2000. On a eu la fin du monde selon le calendrier Maya. Là c’est l’année 13, l’année de la supertition.

Pas le choix: faut remplir les journaux.