Fort, le pot ?

La marijuana légale sera-t-elle aussi forte que celle qui circule actuellement, ou doit-on limiter la quantité de substances psychoactives qu’elle contiendra ? 

(Photo : iStockPhoto)

La question est cruciale, car elle aura une incidence autant sur la santé des consommateurs que sur la capacité du gouvernement à couper l’herbe sous le pied du crime organisé.

Jusqu’à présent, le projet de loi sur le cannabis ne prévoit pas de maximum pour la concentration en THC qui sera autorisée, comme l’avait conseillé le Groupe de travail sur la légalisation et la réglementation du cannabis.

Le THC, de son nom complet delta‑9‑tétrahydrocannabinol, est la principale molécule de la famille des cannabinoïdes que l’on trouve dans le chanvre domestique. Dans les années 1960, un joint de cannabis séché contenait en moyenne 1,5 % de THC. Mais la sélection de variétés de plus en plus riches en THC a fait en sorte qu’aujourd’hui, le taux moyen tourne autour de 15 %.

La concentration est beaucoup plus élevée dans les fleurs de la plante que dans ses feuilles. L’huile de haschich concentrée à l’aide de solvants comme le butane peut atteindre une concentration en THC de plus de 80 % !

Une fois passé dans le sang, le THC se fixe à des récepteurs présents dans plusieurs zones du cerveau. C’est le principal responsable des effets euphorisants et relaxants du cannabis, mais aussi de la plupart de ses effets négatifs. Il affecte notamment les capacités de mémorisation et d’apprentissage, ainsi que l’attention, et est responsable du déclenchement de psychoses chez certaines personnes.

La relation entre les effets du cannabis et sa concentration en THC varie d’une personne à l’autre, mais globalement, plus la concentration en THC est élevée, plus ses effets sont marqués.

Le THC dans le cannabis est un peu l’équivalent de l’alcool dans les boissons alcoolisées.

En légalisant le cannabis, le gouvernement acquiert la possibilité d’influencer le contenu des produits. Pour minimiser les conséquences sur la santé, il pourrait limiter le taux de THC. Il suffirait de restreindre le choix des variétés pouvant être cultivées par les particuliers et de fixer une limite aux producteurs autorisés. Mais les personnes habituées à une concentration élevée risqueraient alors soit d’augmenter leur consommation, soit de se tourner de nouveau vers des produits illicites. Imaginez-vous un buveur de whisky de contrebande se contenter du jour au lendemain de bière ou de vin ?

Il semble beaucoup plus efficace de ne pas fixer de limite pour l’instant, mais de surveiller de très près le taux de THC et de tenter au fil des ans d’en désintoxiquer progressivement les consommateurs. Le projet de loi prévoit déjà que les particuliers n’auront pas le droit d’utiliser des solvants pour concentrer le THC, une opération potentiellement dangereuse et susceptible de provoquer des intoxications si les solvants ne sont pas bien éliminés du produit fini ou s’ils concentrent d’autres substances (comme les métaux lourds qui peuvent se retrouver dans les plants).

Le groupe de travail conseille en revanche d’indiquer clairement le taux de THC sur les produits commerciaux, tout comme il est obligatoire d’indiquer le degré d’alcool sur les boissons alcoolisées (mais pas la dose de nicotine dans les produits du tabac, privilège des cigarettiers dont l’abolition a maintes fois été réclamée en vain aux gouvernements…).

Les consommateurs pourront ainsi choisir la force de leur pot en toute connaissance de cause, et il sera aussi possible de cibler la publicité pour les inciter à utiliser des produits moins concentrés. Autre option : taxer les produits du cannabis en fonction de leur taux de THC.

Le groupe de travail suggère également de s’intéresser à un autre cannabinoïde présent dans le cannabis, le cannabidiol ou CBD, qui pourrait aider à minimiser les conséquences des produits sur la santé. Au fil des ans, tout comme la concentration de THC a augmenté dans les joints de cannabis, la concentration de CBD s’est effondrée.

Or, ces dernières années, la recherche a montré que le CBD peut contrer certains effets négatifs du THC. Il protégerait ainsi contre les dommages cognitifs et le risque de psychose, limiterait la dépendance et le phénomène de manque, et réduirait l’anxiété. Les études sont encore incomplètes, mais beaucoup de chercheurs croient qu’en jouant sur les taux de CBD et de THC, on pourrait rendre le cannabis plus sûr sans pour autant faire une croix sur ce que recherchent les consommateurs. Il est parfaitement possible de fabriquer des extraits de cannabis contenant principalement du CBD, comme c’est déjà le cas pour le cinquième des produits de cannabis thérapeutique vendus au Canada, selon une étude publiée l’hiver dernier.

Le groupe de travail conseille aussi d’indiquer la concentration de CBD sur les étiquettes, pour inciter les consommateurs à choisir de préférence les produits qui en contiennent le plus.

Si, de cette manière, on parvient à rendre progressivement le cannabis moins dangereux, tout en sensibilisant la population au fait que cela reste un produit pas vraiment bon pour la santé, ce sera déjà ça de gagné !

Les commentaires sont fermés.

J’aimerai bien que l’auteur nous explique comment on a mesuré une concentration de THC de 1,5% en 1960 alors que cette molecule n’a été isolée pour la premiere fois en 1964……..

Monsieur Julien

Il ne s’agit pas de l’année 1960 mais bien « durant les années 60 »

» Dans les années 1960, un joint de cannabis séché contenait en moyenne 1,5 % » DANS les année 60…. l’auteur fait donc probablement référence à cette première fois. La mesure aurait été prise le 29 décembre 1969 qu’il aurait été correct d’écrire dans les années 60, même si ça avait été de jouer sur les mots.

Il s’agit ici d’un article qui a un fort penchant sur les solutions pour rendre la drogues plus accessible, moins mystérieuse, et moins dangereuse pour le consommateur. Tout ça doit aller dans le sens et dans l’esprit de la loi. Je pense que nous faisons une grande erreur comme société. Je pense aussi que la plus belle drogue qui soit est le vie elle même. Ou, si ce ne l’est pas, ça devrait l’être. Je trouve dommage que les lois fédérales et la société ne vont pas, au moins un peu dans ce sens. …

Le fait est que ça existe et continueras d’exister. Alors, vaut mieux s’en occuper… vous préférez laissez aux criminels le soin de gérer ce commerce. Hum !

Voici pourquoi le cannabis va créer beaucoup de problèmes dans la société:

LE CANNABIS FAIT CHUTER LA FERTILITÉ
Fumer de la marijuana élimine vos spermatozoïdes !
Au Danemark, les jeunes hommes doivent obligatoirement passer une visite médicale pour vérifier leur aptitude à entrer dans l’armée. Ils ont entre 18 et 28 ans, doivent donner un échantillon de sperme et répondre à un questionnaire sur leur consommation de marijuana ou d’autres drogues sur les 3 derniers mois. Des chercheurs ont analysé ces données.
Résultat : les jeunes hommes qui ont déclaré consommer du cannabis plus d’une fois par semaine avaient 29 % de spermatozoïdes en moins que ceux qui disaient n’en avoir pas pris. Pire, ceux qui consommaient en plus d’autres drogues avaient 55 % de spermatozoïdes en moins !
En cas de problèmes de fertilité, sachez donc que le tabac n’est pas le seul à blâmer.
Source : Gundersen TD, Jørgensen N, Andersson AM, and al. Association Between Use of Marijuana and Male Reproductive Hormones and Semen Quality: A Study Among 1 215 Healthy Young Men. Am J Epidemiol. 2015 Sep. 15;182 (6): 473-81.

« En réalité
Lorsque la jeunesse actuelle consomme de la marijuana, elle consomme la même drogue que la jeunesse des années 1960 et 1970. La Drug Enforcement Administration(DEA) ou la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) compare la qualité actuelle avec un petit nombre d’échantillons de faible intensité saisis au début des années 1970 et parvient de ce fait à mettre en évidence une augmentation d’intensité spectaculaire. Pourtant, ces échantillons n’étaient pas représentatifs des qualités de marijuana généralement disponibles à l’époque. La comparaison de teneur en THC des échantillons saisis dans les années 1980 et de ceux prélevés actuellement est plus faible et n’indique pas d’augmentation du contenu moyen. Même si la puissance de la plante de cannabis devait augmenter, cela ne rendrait pas nécessairement cette dernière plus dangereuse. En effet, quelle que soit sa puissance très variable, la marijuana produit des effets psychoactifs qui se ressemblent beaucoup. » de https://blocpot.qc.ca/fr/marijuana-mythes-et-realites-19-la-puissance-de-la-marijuana.

Toute personne consommant du cannabis avec prudence devrait prendre une ou deux « puffs » et attendre quelques minutes pour mesurer l’effet. Posologie quoi !
Autre moyen : acheter un microscope x 30 (il en existe des portables pas chers) et voir s’il y a beaucoup ou pas de ces reflets cristallins qui indiquent le THC. Je fume depuis 50 ans, je fais du sport, apprend une autre langue et suis en excellente santé selon mon médecin. Là encore s’applique la devise » consommer avec modération.

Bien d’accord avec le commentaire de MD, étant également un fumeur de longue date. Il s’agit d’apprivoiser sa consommation. Il faut donc éviter les excès comme lors des premières consommations d’alcool.
Dans les années ’70 et ’80 le hash, dont le pourcentage de THC est généralement plus élevé, était plus convoité, plus disponible, et la provenance plus variée. Donc, les consommateurs de hash de l’époque ne devraient pas être surpris des effects des variétés actuelles aux pourcentages élevés de THC.
Depuis longtemps déjà, le problème du traitement médiatique du cannabis est qu’on s’emploie toujours à qualifier «l’herbe» de drogue, quand on sait que ce qui est retenu du terme est son aspect négatif. On devrait s’attacher à parler parallèlement de l’aspect addictif de l’alcool, on a qu’à dénombrer les séquences des nombreuses séries télé où, à la moindre occasion, on consomme spiritueux et vins.

J’ai entendu à radio canada hier, jeudi, que certaines compagnies pharmaceutiques mettent des batons dans les roues pour éviter la légalisations de la « mari » ? Ils perdraient trop d’utilisateurs d’opiacés?…..!!!

Les plus populaires