Fort McMurray: les changements climatiques ont-ils favorisé l’incendie?

Les conditions propices aux incendies de forêt sont apparues début mars en Alberta, soit deux mois plus tôt qu’il y a quelques décennies.

Photo: Ryan Remiorz/La Presse Canadienne
Photo: Ryan Remiorz/La Presse Canadienne

Les changements climatiques ont-ils favorisé l’allumage du gigantesque incendie de forêt qui ravage la région de Fort McMurray? Attribuer un événement ponctuel à une tendance de longue durée est impossible du point de vue scientifique. Il reste que le risque d’un incendie de grande ampleur dans cette région était, pour les chercheurs en foresterie et en climatologie, presque aussi prévisible que celui du cancer du poumon qui guette le fumeur invétéré.

Les dernières études montrent que les forêts du nord de l’Alberta s’assèchent rapidement sous l’effet du réchauffement global, particulièrement au printemps, ce qui accroît leur inflammabilité. En 2015, la province a connu une sécheresse record pendant l’été. L’hiver a ensuite été anormalement sec et doux, ce que les météorologues expliquent par El Niño. Ce phénomène cyclique — qui revient tous les deux à sept ans — a été plus intense que jamais cet hiver, ce qui pourrait aussi être lié aux changements climatiques.


À lire aussi:

La tragédie de Fort McMurray en images


Résultat: les conditions propices aux incendies de forêt sont apparues début mars en Alberta, soit deux mois plus tôt qu’il y a quelques décennies. Il faisait presque 20° au-dessus des normales de saison à Fort McMurray lorsque l’incendie s’est déclaré, avec une humidité relative de seulement 12 %, une valeur proche de celles mesurées dans les déserts!

Au Québec, le consortium de recherche Ouranos sur la climatologie régionale s’attend aussi à ce que les périodes sèches propices aux incendies se multiplient. Cependant, avec la hausse des températures, la forêt boréale risque d’être colonisée par des arbres feuillus, qui ont tendance à moins flamber que les conifères.

Les commentaires sont fermés.

Merci Madame Borde de mentionner qu’avec les changements climatiques, les feuillus vont s’installer dans la forêt boréale et au bout d’un certain (et surtout long) temps lui faire perdre son nom. Ça étant dit, s’il est vrai que les feuillus brulent moins bien que les conifères, il faut reconnaitre que la comparaison tient moins bien si le fond de l’air est sec ! Et à ce temps-ci de l’année, les feuillus n’ont pas encore de feuilles, ces fameux réservoirs d’eau…

Un genre de contre-exemple à l’inflammabilité plus importante des conifères : dans les forêts de pin ponderosa (ponctuées de sapins de Douglas), ce qui brule c’est la végétation décidue qui occupe l’espace (particulièrement grand) entre les conifères. D’ailleurs les pin ponderosa (tout comme les sapins de Douglas) ont l’écorce si épaisse qu’ils peuvent passer l’événement indemnes (mis à part les tâches noires sur le tronc). Bien sur, il s’agit d’une exception (parmi d’autres) mais ce qui est commun à ce qui à Fort McMurray est que cette zone-là (la forêt de pin ponderosa) est très sèche…

Conclusion : s’il est vrai que les conifères brulent (en général) plus facilement que les feuillus, avec des conditions atmosphériques trop sèches, cela pourrait n’être pas même une mince consolation.

« Les changements climatiques ont-ils favorisé l’incendie? »

Mais non, mais non…
Il est requis d’avoir un « doute ».
Nous savons tous qu’il fait depuis toujours des 30 degrés à Fort McMurray, et ce, depuis des siècles.

Ces histoires de changements climatiques, ce sont des théories «conspirationnistes».
Voyons, les changements climatiques n’existent pas vraiment.

Tous nos spécialistes nous le démontrent. L’industrie pétrolière n’y est pour absolument rien !

En 2011 on pouvait se demander
« La terre se réchauffe-t-elle ? »
et répondre à cette question:
http://www.legrandsoir.info/La-terre-se-rechauffe-t-elle.html

Et aujourd’hui on nous pond des articles coiffés d’un tel titre ???

Le titre devrait être : «L’incendie de Fort McMurray ne sera pas la dernière, la terre se réchauffe, c’est prouvé.»

« Gigantesque incendie dans l’Ouest australien »
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/01/10/97001-20160110FILWWW00010-gigantesque-incendie-dans-l-ouest-australien.php

« Russie: les incendies de forêts se propagent en Sibérie »
http://www.lapresse.ca/international/europe/201508/12/01-4892181-russie-les-incendies-de-forets-se-propagent-en-siberie.php

« Plus de 1000 maisons ravagées dans les incendies en Californie »
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/2015/09/19/004-californie-ravage-maisons-incendies-foret.shtml

« Incendie en Espagne juillet 2012 »
http://www.tuxboard.com/incendie-en-espagne-juillet-2012/

Serge Charbonneau
Québec

Il faisait chaud la semaine dernière à Fort McMurray, 25°C le 1er mai, 28° le 2 mai et 33° le 3.