Fukushima: le point sur la situation

Les opérations se poursuivent à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi ce matin. Voilà le résumé des derniers événements:

– un nouveau feu, rapidement éteint, s’est déclenché au niveau de la piscine du réacteur 4, où est entreposé du combustible usagé;

– le coeur des réacteurs 1, 2 et 3 a commencé à fondre, l’eau de la piscine du réacteur 4 serait en ébullition avec le risque qu’elle ne parvienne plus à refroidir suffisamment le combustible entreposé là depuis novembre.

– une partie de la centrale est devenue inaccessible aux travailleurs en raison de la radioactivité trop élevée;

– TEPCO a envisagé de lâcher de l’eau par hélicoptère avant d’y renoncer, l’eau ayant peu de chance d’atteindre son objectif par la voie des airs. De l’eau est plutôt envoyée depuis le sol par les services d’urgence;

– il resterait une cinquantaine de travailleurs sur place dont l’anonymat est soigneusement préservé. Leurs familles n’ont certainement pas besoin d’avoir des journalistes dans les pattes à ce moment!

– une légère hausse de la radioactivité  a été constatée jusque dans la région de Tokyo. Elle ne représente aucun danger pour la population à ce stade;

– un pic plus sérieux de radioactivité s’est produit à 20 km de la centrale. Pour l’instant, la zone d’évacuation n’a pas été modifiée mais elle pourrait l’être rapidement si ce niveau revient. En 3 heures sur place, des gens qui resteraient dehors auraient été exposés à 1 mSv, une dose proche de celle que l’on reçoit normalement en un an de causes non naturelles.

– la population vivant à moins de 20 km de la centrale a été complètement évacuée. Entre 20 et 30 km, pour l’instant, les gens doivent rester chez eux. Même si cela peut sembler bizarre, diminuer son exposition à l’air extérieur est effectivement la mesure la plus efficace dans les circonstances;

Les opérations en cours vont continuer à relâcher de la radioactivité dans les airs. Combien ? Pour combien de temps encore ? Chose certaine, on n’en voit pas encore la fin.

Il faut se préparer à l’éventualité que des émissions, de plus en plus faibles, se produisent pour des semaines, voire des mois.  

Pour bien comprendre ce qui se passe, je vous conseille vivant la lecture de la Foire aux questions de l’Institut de radioprotection et de sureté nucléaire en France, qui présente d’excellents documents grand public. 

Si vous voulez suivre le «feuilleton» en continu, c’est vers NHK World English qu’il faut vous tourner si vous ne parlez pas japonais mais comprendez l’anglais. La chaine diffuse en continu sur internet.

Laisser un commentaire