Gange : la grande dépollution

Narendra Modi, premier ministre de l’Inde, se donne 18 ans pour nettoyer le Gange, l’un des fleuves les plus pollués de la planète. Mission impossible, estiment de nombreux écologistes.

gange
Photo : National Geographic Image Collection/Alamy

Comme bien des premiers ministres de l’Inde l’ont fait avant lui, Narendra Modi s’est engagé à nettoyer le Gange, l’un des fleuves les plus pollués de la planète. Et il se donne 18 ans pour le faire.

Mission impossible, estiment de nombreux écologistes. Chaque jour, ce cours d’eau de 2 500 km reçoit les eaux usées de centaines de millions d’habitants, les résidus chimiques issus de l’agriculture et les rejets toxiques des tanneries, des papeteries et des distilleries installées sur ses rives… Selon l’Organisation mondiale de la santé, le degré de pollution du Gange dépasse de 3 000 fois la limite jugée sécuritaire pour la baignade.

Autre obstacle : le Gange est sacré pour les hindous, qui y accomplissent de nombreux rites religieux… polluants. Ils lui remettent des offrandes emballées dans du plastique et abandonnent des cadavres dans ses flots.

L’assainissement du Gange, qui fournit le quart des ressources en eau de l’Inde, fait partie des politiques de l’État depuis 1985. Pourtant, la qualité de l’eau continue de se détériorer. Corruption et manque de volonté politique seraient notamment en cause.

Laisser un commentaire