Gare à la fumée «tertiaire»

Après la fumée secondaire — celle que vous respirez lorsqu’un fumeur exhale quelques volutes sous votre nez —, voici que la fumée «tertiaire» inquiète les experts en santé publique.

fumee-tertiaire
Photo : Cultura / Alamy

Après la fumée secondaire — celle que vous respirez lorsqu’un fumeur exhale quelques volutes sous votre nez —, voici que la fumée «tertiaire» inquiète les experts en santé publique.

Il s’agit de celle qui se dépose à la surface des objets.

Des scientifiques de l’Université de Californie à Riverside ont exposé des souris à ce type de résidus pour évaluer leur effet sur différents organes.

Selon leurs données préliminaires, la fumée tertiaire augmenterait les risques de cancers, d’asthme et de maladies cardiovasculaires. Elle accroîtrait même le risque de souffrir d’hyperactivité.

La fumée tertiaire, insistent les scientifiques, comporte des risques tout particuliers pour les enfants et les conjoints des fumeurs. Les résidus peuvent persister dans les chambres d’hôtel ou les maisons longtemps après le départ des fumeurs.

Laisser un commentaire