Gaz de schiste: pour mieux comprendre les audiences du BAPE

On va parler à nouveau de gaz de shale dans les prochains jours, avec la reprise ce soir des audiences du BAPE.

Pour vous préparer, ne manquez pas deux émissions fort éclairantes diffusées hier sur ce sujet:

Découverte, à Radio-Canada, sur ce qui se passe au Québec
60 minutes, à CBS, sur les États-Unis.

Laisser un commentaire

Nous aurons bientôt au Québec plus d’hydroélectricité que nous pourrons en consommer et en vendre. Alors, misons sur cette énergie pour nos besoins énergétiques. Je dis non à l’exploitation du gaz de schiste. Je dis oui à la préservation de la qualité de notre eau, de notre sol et de l’air dans la vallée du St-Laurent.

Entre avoir accès à de l’eau potable et propre ou permettre à des transnationales étrangères de venir nous VOLER nos ressources naturelles, mon choix est facile: protéger nos nappes phréatiques et notre eau potable!

C’est tout simple mais ça semble trop compliqué pour nos élus qui nous mentent en nous disant que les gaz de schiste nous favorisent.

Vous avez lu cet article du professeur Jean-Thomas Bernard de l’université Laval et spécialiste en énergie.En résumé, il croit que les faibles redevances de 56 millions basées sur la production croissante de ce gaz en Amérique du Nord, ce n’est pas le Klondike.L’effet pervers est que le prix très bas du gaz nuira à la rentabilité des exportations d’électricité d’HQ et ç’est déjà commencé.Ici au Québec, quel énergie ce gaz est-il succeptible de remplacer pour diminuer l’effet de serre? L’électricité ?