Gentilly-2, un voisin dangereux?

Comme tous les réacteurs Candu, celui de Gentilly-2 rejette du tritium — une forme radioactive de l’hydrogène — dans l’environnement. Trop ? Non, selon le Dr Gilles Grenier, direc¬teur de la santé publique de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Gentilly-2, un voisin dangereux ?
Photo : Bouchecl/CC 3.0

« Une personne vivant près de Gentilly-2, par ses contacts avec l’eau, l’air ou le sol, est exposée à une dose de radioactivité d’environ 0,001 millisievert par année en pro­venance de la centrale. C’est négligeable en comparaison de la radioactivité naturelle à laquelle sont exposés tous les Québécois, qui est, elle, de l’ordre de 2 millisieverts par année. »

Le taux de cancers et de malformations congénitales dans les environs de la centrale ne sont pas différents de ceux du reste du Québec. Compte tenu du peu de gens concernés – environ 11 000 personnes vivent dans un rayon de 8 km autour de la centrale -, il serait cependant bien difficile de déceler des anomalies statistiques significatives.

Depuis 30 ans, la très grande majorité des études scientifiques menées dans le monde ont conclu qu’ha­biter à proximité d’une centrale nucléaire n’augmentait pas le risque de leucémie. La question reste toujours débattue, car quelques études ont rapporté un risque accru significatif sur le plan statistique.

 

Laisser un commentaire