Google le bienfaisant

Google a comme devise « do no evil », c’est-à-dire « ne soyez pas mauvais ». Et si en plus de ne pas faire de mal, Google faisait le bien ?

Google.org

En 2004, Larry Page et Sergey Brin se sont engagés à investir 1 % des profits annuels de la compagnie dans des organismes de charité. Cet engagement a mené à la création de Google.org et de Google Foundation. Des employés de la compagnie consacrent d’ailleurs de leur temps de travail à ces deux outils. Google crée et soutient ainsi des projets philanthropiques ou écologiques.

Énergies propres

La société investit des dizaines de millions de dollars dans les sources d’énergie propre (panneaux photovoltaïques, éoliennes, géothermie, etc.), avec son programme RE<C.

Bémol : ses parcs de serveurs disséminés sur la planète consomment encore des quantités phénoménales d’électricité issue de source polluante comme le charbon.


Santé publique

Google a mis en ligne un outil pour détecter les épidémies de grippe aux États-Unis. En analysant les mots tapés sur son moteur de recherche (comme « toux » ou « fièvre »), Google Flu Trends se dit en mesure de détecter les épidémies des semaines avant le Centre de contrôle des maladies d’Atlanta.

 

 


Éducation populaire

En 2007, Google a acheté le site Gapminder. Grâce à ce site, on peut visualiser, sous la forme d’un graphique coloré et simple, diverses données concernant presque tous les pays de la planète. On peut, par exemple, y explorer les liens possibles entre le revenu annuel moyen par personne et l’espérance de vie depuis 1900, et comparer la situation au Canada et en Inde.

Laisser un commentaire