Grippe : restreindre les voyages est irrationnel

L’Organisation mondiale de la santé précise aujourd’hui sur son site que restreindre les voyages d’une manière ou d’une autre est irrationnel dans la situation actuelle. Cela a un impact négligeable ou nul sur la propagation du virus, comme des chercheurs l’ont démontré par des modèles mathématiques établis à partir de la crise du SRAS et des pandémies précédentes.  L’Organisation prévient en revanche que le fait d’inciter les gens à limiter leurs voyages a des conséquences potentielles dévastatrices pour la communauté internationale.

Seules les personnes malades devraient s’abstenir de voyager, et celles qui rentrent malades ou tombent malades après un voyage devraient aussitôt consulter un médecin. Ces mesures de prudence valent pour n’importe quelle maladie transmissible, selon l’OMS.

Et si nos gouvernements montraient l’exemple en arrêtant dès aujourd’hui de déconseiller les voyages au Mexique ? Quant aux hauts lieux du savoir que sont nos universités, elles devraient peut-être se poser plus de questions avant de rapatrier leurs étudiants et chercheurs comme elles le font en ce moment.

Laisser un commentaire

Ça me fait penser à ce chirurgien maxillo-facial avec qui j’avais voyagé au Laos il y a quelques années en pleine crise de la grippe aviaire.
Pourtant un spécialiste de la santé qui devait savoir comme d’autres à l’époque que cette grippe contaminait principalement les travailleurs des poulaillers commerciaux, il était le seul à s’énerver, à faire de grands mouvements de bras et à changer de côté de rue lorsqu’on rencontrait une pauvre poule sur le bord de la route d’un petit village reculé…

Comme quoi la peur semble effacer toute rationalité…

Pour plus que la majorité des gens qui achète des billets de loteries en s’imaginant gagner le gros lot et qui du même souffle croit en un dieu quelconque qui les aideront à gagner ce fameux gros lot, il est bien question de peur. Plus que la majorité croit que le soleil se «lève». Une nouvelle pour vous, le soleil ne se «lève» pas, c’est la rotation de la terre qui crée cette illusion de lever et de coucher de notre étoile. La terre tourne autour du soleil et non l’inverse.
En réalité, ce n’est pas une question de peur: C’EST UNE QUESTION D’HYGIÈNE PUBLIQUE.

Un virus se propage lorsqu’on se suit pas un protocole simple d’hygiène: se laver les mains et éviter d’aller travailler et d’infecter les autres si nous nous savons porteur de germes ou avons les symptômes de la grippe. Porter un masque dans un lieu fermé, comme un ascenseur, un autobus, un avion, ses laver les mains, éviter d’éternuer à tout vent. Simple hygiène!

Au Japon, on n’a pas honte et ce n’est pas contre la mode de porter un masque pour protéger les autres de notre grippe. Mais pour nous, nous respectons des croyances au lieu de faits scientifiques. «De quoi aurais-je l’air si je portais un masque aussi laid ?, se dit-on.» Ou même: «Les scientifiques se trompent tout le temps. Prenez la météo, personne ne peut prédire le temps. » «Prédire» le temps qu’il fait n’est pas une question de «prédiction» mais de probabilités. Les probabilités ne sont pas une croyance mais des mathématiques.

Quant aux universités qui rapatrient leurs étudiants, ils ne font que céder à la panique générale et en outre, cela est le véritable motif, évitent du même coup les possibilités de poursuite pour négligence de n’avoir pas rapatrié à temps les étudiants qui pourraient ou seraient mort de la grippe. Car imaginer que la grippe (porcine, mexicaine, H1N1) devienne pandémique cela engorgerait nos tribunaux qui ne peuvent suffire à la demande actuelle. Imaginez, le nombre de poursuites, financées par les assureurs bien sur (enfin ceux qui n’auraient pas fait faillite) contre les décideurs qui n’auraient pas rapatrier à temps nos enfants, nos frères, nos pères, nos mères, et leur éviter la mort. Une mort douloureuse, atroce, noyé dans ses flegmes. Imaginez!
Mais nous, humains, sommes irrationnels. C’est pathétique mais c’est comme çà!

Je me souviens d’un film de 1962 portant la vie d’Axel Munthe: Der Arzt von San Michele, on y voyait un médecin rationnel tenté d’éviter la propagation du cholera dans Naples dévasté en voulant interdire une cérémonie religieuse qui exigeait de baiser les pieds d’une statue représentant la vierge Marie mère de dieu, enfin l’un des trois de cette religion. C’était l’éternel conflit entre l’irrationnel de la croyance et le rationnel des faits scientifiques. La médecine fut obligé de s’accommoder de l’irrationnel en établissant un protocole de d’aseptisation de la statue de la vierge protégeant contre les fléaux.

Les « stocks » de Tamiflu que les gouvernements avaient en banque étaient sur le point de passer date. Quoi de mieux qu’une bonne grippe pour s’en défaire.

Mille excuses mais je suis devenue suspicieuse après tous les mensonges dont on nous abreuve depuis quelque temps.