Grippe : une bonne nouvelle peut en cacher une mauvaise !

Les pays riches devraient se tirer de la grippe porcine sans grandes conséquences sur leurs populations, ce qui n’est pas forcément le cas des pays pauvres, qui manquent de moyens pour lutter.

On commence à entendre qu’on a fait beaucoup de bruit pour rien autour de la grippe porcine, qui est peut-être moins virulente qu’on le craignait. Mais ce serait mal interpréter la situation que de conclure qu’on peut baisser la garde !

Contrairement à la grippe aviaire il y a trois ans, les gens qui contractent la grippe porcine semblent s’en remettre facilement dans la plupart des cas. Si cela est confirmé, les pays riches de l’hémisphère nord, bien préparés et équipés, pourraient s’en tirer avec des conséquences mineures pour la santé de leurs populations. D’autant plus que leurs habitants sont généralement en bonne santé. L’arrivée de l’été est aussi une bonne nouvelle, car la saison chaude est la moins favorable aux virus grippaux.

Dans l’hémisphère sud, où l’hiver commencera bientôt, c’est une autre histoire. Les pays pauvres ont beaucoup moins de moyens pour traiter les pneumonies et autres surinfections bactériennes qui causent la plupart des décès liés aux virus grippaux. Leurs populations sont beaucoup plus vulnérables, comme le montre un indicateur-clé établi par l’Organisation mondiale de la santé: au Canada, les maladies infectieuses sont responsables de 6% des années de vie perdues suite aux décès survenus avant l’âge de mortalité moyen de la population. Au Mexique, c’est 27%, en Inde, 58%. Et en Haïti, 84%.

Les experts s’inquiètent d’autant plus que la propagation du H1N1 dans l’hémisphère sud maintenant augmente les risques qu’il entre en contact avec d’autres virus grippaux, et qu’une nouvelle souche, éventuellement plus virulente, émerge. Que le monde entier se reprendra peut-être dans le nez d’ici quelques mois ou années. Deux experts français expliquent ce risque de façon claire dans cette vidéo d’une dizaine de minutes.

Laisser un commentaire