Infections nosocomiales : bonne et moins bonne nouvelle

Les infections nosocomiales seraient en baisse… mais le C. difficile et le SARM pourraient ne pas être entièrement éradiqués.

Infections nosocomiales : bonne et moins bonne nouvelle
Photo : Phototake / PC

LA BONNE NOUVELLE…

Les infections nosocomiales – que l’on contracte lors d’un séjour dans un établissement de santé – seraient en baisse, selon des chiffres compilés par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Le nombre de cas de diarrhée associés au Clostridium difficile relevé dans 88 hôpitaux québécois est passé de 5 000 pendant l’année 2004-2005 à 3 222 en 2009-2010. Les infections au Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) sont également en baisse. On avait comptabilisé 625 cas en 2004. Depuis 2008, ce nombre s’est stabilisé autour de 380.

 

… ET LA MAUVAISE

La Dre Rodica Gilca, médecin-conseil à la Direction des risques biologiques de l’INSPQ, ne croit pas que le C. difficile et le SARM pourront être entièrement éradiqués, du moins à court terme. Pis, de nouvelles infections nosocomiales pourraient faire leur apparition au cours des prochaines années. « On ne peut pas baisser la garde, dit-elle, c’est une bataille constante. »

Laisser un commentaire