Inondations: pas de cadeaux pour les futurs sinistrés !

Offrir des cadeaux aux propriétaires pourrait les encourager à rendre leur maison plus écoénergétique… mais pas à mieux la protéger contre les inondations, selon une étude exploratoire rapportée hier par la BBC

À méditer, alors que le niveau de l’eau continue de monter en Montérégie.

Erik Bichard, professeur à l’université de Salford, a conduit un projet pilote auprès de 50 propriétaires de maisons de la région de Manchester, pour comprendre ce qui peut inciter à rendre son domicile plus écoénergétique ou résistant aux inondations, fréquentes dans cette région.

La moitié des répondants ont accepté que les chercheurs fassent gratuitement un diagnostic résidentiel et leur conseillent des modifications à apporter.

Le chercheur et son équipe ont ensuite offert divers incitatifs aux gens qui s’engageaient à mener les travaux jugés utiles.

Abonnements de transport en commun, coupons pour des fruits et légumes, cours gratuits…  ont séduit cinq propriétaires, alors que sept autres étaient encore en réflexion à la fin de l’étude, selon la BBC.

Mais tous ont refusé de mieux se protéger contre le risque d’inondation.

Et ce, même quand le chercheur leur a offert de rembourser intégralement les travaux!

Deux raisons invoquées : le montant d’argent à avancer, et la perception que le jeu n’en valait pas la chandelle… même dans une région où les probabilités de crues sont élevées.

Pourquoi? Selon Erik Bichard, cinq conditions doivent être réunies pour que les gens acceptent ces changements. Ils doivent:

      – comprendre l’enjeu ;

      – se soucier de l’enjeu ;

      – savoir quoi faire ;

      – être persuadé que faire quelque chose sera utile ;

      – savoir ce qu’en pensent les gens en général.

Au vu de cette étude, il semble que le message commence à passer pour les économies d’énergies.

Pour les inondations, en revanche, on semble encore loin du but! Et vous, comment réagiriez-vous?

Laisser un commentaire

Ce que l’on sait et à quoi on ne pourra échapper, c’est, selon les informations connues, que le niveau d’eau va augmenter suite aux effets de serres et la fonte des glaces dans le nord.

Comme plus ou moins 50% de nos constructions résidentielles, au Québec, sont le long du St-Laurent et le long des cours d’eau, un devoir de chacun des élus ou des responsables gouvernementaux, de la défense civile, de la sécurité civile, tout ce beau monde que nous sommes, on se doit d’en prendre acte et agir en conséquences.

Nous avons la conviction que nous ne voulons pas assumer ce qui s’en vient croyant que les désastres appréhendés ne surviendront pas.

Ce que nous voyons devrait nous éveiller vers une conscience collective. Les faits sont probants. On ne n’y échappe pas et on n’y échappera pas non plus dans l’avenir.

En Hollande, aux Pays-Bas, ils vivent sous le niveau de la mer et ils ont réalisé des expériences qui devraient nous interpeller.

Des digues, des maisons flottantes. (Au besoin, faire des recherches sur la toile)

Ne faut-il pas repenser notre situation vécue pour mieux assumer et le présent et l’avenir prochain ?

Il faut s’en convaincre. Attendre, ce sera subir les désastres. Agir, c’est assumer notre présent et notre avenir.