La Chine s’intéresse aux centrales nucléaires flottantes russes

La Chine s’intéresse aux technologies russes de construction de centrales nucléaires flottantes, a déclaré lundi dernier à Pékin le directeur du groupe nucléaire public russe Rosatom Sergueï Kirienko à l’issue d’une réunion de la sous-commission russo-chinoise pour la coopération dans le nucléaire.

La première de ces petites centrales nucléaires d’un nouveau genre est sortie en juillet des chantiers navals de Saint-Pétersbourg.

L’Academik Lomonosov est composée d’une barge de 144 mètres de long sur 30 de large, sur laquelle sont installés deux réacteurs à eau pressurisée du même type que ceux qui équipent les brise-glace à propulsion nucléaire.

Voyez son lancement en photos sur le site de l’agence de presse russe Ria Novosti.

La centrale flottante devrait fournir 70 MW d’électricité (environ quatre fois moins qu’une centrale nucléaire classique), mais assez pour alimenter une ville de 200 000 habitants ou des usines de désalinisation de l’eau de mer. Voyez les détails dans le magazine français Sciences et Avenir.

Date prévue de l’entrée en opération: mars 2012.

Si la ministre Nathalie Normandeau veut faire diversion pour qu’on parle moins de gaz de schiste, elle pourrait toujours annoncer que ce projet l’intéresse. Imaginez : une barge nucléaire sur le Saint-Laurent, alimentée avec de l’uranium de Sept-Îles… Ça vous plairait?

Laisser un commentaire

Sans être un adepte de l’énergie nucléaire, je ne crois que le marché des barges nucléaires pour la désaliénation de l’eau de mer et un marché porteur.

Juste à penser à tout ces Pays qui vivent une pénurie d’eau et qui sont côtiers ou possède un accès à la mer.

Voici une liste non restrictive de Pays où cette technologie serait la bienvenue.

Pays de Sahel (Sahara Occidental, Maroc, Tunisie, Libye, Égypte,)
Pays du Proche et Moyen-Orient (Palestine, Liban, Syrie, Turquie, Jordanie, Yémen, É.A.U., Qatar, Arabie Saoudite, Koweït, Irak, Iran, Afghanistan, Pakistan.

Les plus populaires