La face de moins en moins cachée de la pleine lune

De la difficulté à fermer l’œil ? Vous pouvez désormais accuser la lune… à condition qu’elle soit pleine. 

144064919-full-moon-with-clouds-gettyimages
Photo : Getty Images

La croyance voulant que la lune influence le déroulement de nos nuits remonte à l’Antiquité. Or, il semble que l’idée ne relèverait pas du mythe pour autant.
Fouineur

Une étude parue récemment dans la prestigieuse revue scientifique Sleep Medicine démontre que le satellite terrestre agit bel et bien sur notre sommeil, comme le rapportait cette semaine le magazine français Le Point.

L’équipe internationale de chercheurs (menée par Csilla Zita Turanyi, de l’Université Semmelweis, à Budapest) est partie de cette hypothèse : la pleine lune affecte la qualité du sommeil et diminue la durée du sommeil profond.

Pour la vérifier, elle a repris des données collectées auprès de 319 personnes de 2007 à 2009, lors de différentes recherches sur le sommeil. Puis, elle les a comparées au calendrier lunaire.

Durant les 47 nuits de pleine lune, les participants ont moins bien dormi : taux de sommeil profond de 6,1 % (contre 10 % au moment des autres phases lunaires), et taux de temps d’éveil de 28,7 % (contre 20,2 %).

Conclusion : les astronomes de l’Antiquité avaient raison ! D’ailleurs, n’affirmaient-ils pas également que la Terre était ronde ?

Cette étude n’est pas la première à faire de cette croyance populaire une vérité scientifique. En 2013, une équipe de chercheurs suisses publiaient, dans la revue Current Biology, une recherche qui concluait aussi que la pleine lune influençait négativement le sommeil. Les insomniaques sont donc pleinement en droit de montrer celle-ci du doigt pour leurs nuits un peu trop blanches…

Si les données concordent, aucune de ces études ne parvient cependant à expliquer clairement les raisons de cette influence.

Rappelons que les insomniaques peuvent également accuser leur livre électronique pour leur mauvais sort.

Une étude américaine, publiée le 22 décembre dernier dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, a en effet découvert que l’exposition à la lumière d’une liseuse avait pour effet de réduire la sécrétion de mélatonine, hormone qui conduit au sommeil.

Cela dit, de multiples facteurs peuvent empêcher quelqu’un de fermer l’œil. Parmi les 12 principaux facteurs de risque de l’insomnie relevés par Passeport Santé, on ne trouve ni la lune ni le livre électronique. Le stress, l’anxiété et la dépression sont, le plus souvent, à l’origine du problème.

En terminant, rappelons qu’il est dangereux de faire aveuglément confiance aux études scientifiques, comme le rappelait récemment Vincent Destouches dans ce blogue

Les commentaires sont fermés.

Il est clairement démontré que les mamnifères dorment beaucoup moins lors des pleines lunes pour la simple raison qu’ils doivent demeurer plus vigilents pour se protéger contre leurs prédateurs. Durant les nuits de pleine lune il est plus difficile de passer inapperçu. Puisque l’espèce humaine a été durant des millénaires exposée aux risques de devenir repas pour d’autres espèces, il est normal que nous en conservions quelques traces.

Il faut bien comprendre que la lune qu’elle soit au premier quartier, à la demi ou autres, elle est toujours là et entière, peu importe comment le soleil l’éclaire. S’il y a une chose qui peut troubler le sommeil de certains, ce sont les fausses croyances bien ancrées issues de l’antiquité ou l’éclairage de la pleine lune, par contre, étant donné que la grande majorité des gens ferme leur store pour dormir, ce dernier élément est plutôt secondaire.