La fin des chimpanzés de laboratoire?

Le Congrès américain étudie un projet de loi qui interdirait l’utilisation des grands singes (chimpanzés, bonobos, orang-outans, gibbons et gorilles) à des fins de recherche invasive. La loi devrait être adoptée et effective d’ici un an.

Environ 1000 chimpanzés, principalement détenus par le gouvernement américain, servent à la recherche médicale.

Les États-Unis sont, avec le Gabon, le seul pays qui garde encore ces grands singes en captivité dans ce but.

Objectif de la loi : outre assurer le bien-être de ces animaux, faire économiser 30 millions de dollars aux payeurs de taxes américains.

Les grands singes ont commencé à être utilisés à des fins de recherche dans les années 1920 aux États-Unis. Dans les années 1950, 85 chimpanzés sauvages avaient été capturés pour le programme spatial de la NASA! Ce n’est qu’en 2000 que le gouvernement s’est décidé à financer des «maisons de retraite» pour les chimpanzés trop vieux pour la recherche.

Les macaques rhésus sont aujourd’hui les singes le plus couramment utilisés par les scientifiques partout dans le monde. Plusieurs dizaines de milliers d’entre eux sont gardés en captivité pour des recherches sur d’innombrables sujets, du VIH aux neurosciences. Ils sont issus d’élevages depuis des décennies.

Les plus populaires