La folle idée du troisième lien Québec-Lévis

Le troisième lien, qui fait saliver bien des Québécois et Lévisiens, n’a pas sa raison d’être. Il ne fera qu’empirer l’étalement urbain…

Après avoir évoqué le projet fou d’un monorail à grande vitesse entre Québec et Montréal, le premier ministre Philippe Couillard a annoncé cette semaine son soutien à un projet de transport digne des années 1970, le fameux « troisième lien » entre Québec et Lévis. Mais cette fois-ci, la chose est plus grave, car ce sont plus de 20 millions de dollars que le gouvernement a décidé de consacrer immédiatement à l’« étude d’opportunité » de cette idée, par un bureau de projet, créé en février, qui fait déjà travailler huit personnes à temps plein.

Ce fameux troisième lien qui s’ajouterait aux ponts de Québec et Pierre-Laporte fait rêver les habitants de la rive-sud de Québec depuis au moins 15 ans. On a d’abord pensé à un tunnel, idée notamment vantée par le Parti conservateur fédéral… avant que Québec commande une étude à un professeur de l’école Polytechnique, qui a évalué le projet à 4 milliards de dollars au bas mot. Du coup, tout le monde s’est rabattu sur l’idée plus vague d’un « troisième lien », un mot-valise qui sous-entend plutôt un pont. Les radios d’opinion de Québec et la Coalition Avenir Québec en ont fait un enjeu populaire, puis, lors de la campagne électorale de 2014, le Parti libéral du Québec a promis de s’y intéresser. Le troisième lien était aussi le cheval de bataille du principal opposant au maire Labeaume lors de la dernière élection municipale.

Depuis que le sujet est discuté dans la région, tous les experts en urbanisme qui s’y sont intéressés ont abouti à la même conclusion : un troisième lien accroîtra l’étalement urbain et ne résoudra pas les problèmes de circulation. Le maire Labeaume l’a bien compris et voudrait plutôt que l’on finance un réseau de transport en commun « structurant ».

Une précision pour commencer : le réseau routier de la ville de Québec est loin d’être saturé, et la congestion, bien réelle, est très limitée dans le temps et dans l’espace. Les données de Statistique Canada sur la mobilité publiées récemment montrent d’ailleurs que le temps de transport moyen pour se rendre au travail est plus bas dans la région de Québec (22,4 minutes) que dans toutes les autres agglomérations de taille comparable ou supérieure au Canada. Québec est aussi la ville, après Edmonton, où la part des travailleurs qui se déplacent en voiture est la plus élevée, et une de celles où il y a le plus d’écart entre le temps de déplacement en voiture (21 minutes) et en transport en commun (35 minutes). Un réseau de transport en commun plus efficace aurait donc toutes les chances de soulager en partie la circulation. Une planification urbaine qui favorise le rapprochement des lieux de résidence et de travail aurait aussi bien plus d’effet sur la congestion que de nouveaux axes routiers.

L’actualisation des données de circulation pour Québec et Lévis, publiée par le ministère des Transports en février dernier, montre très bien que la congestion croissante à Québec ne résulte pas du manque de voies de circulation entre les deux rives. De 2011 à 2015, la circulation sur les ponts est restée stable. Les véhicules y roulent à au moins 60 km/h à l’heure de pointe, selon les mesures du Ministère. En revanche, le flot de voitures venant de l’ouest de Québec par l’autoroute 40 (sur la rive-nord) a augmenté de 16 % à l’heure de pointe du matin, signe clair que la ville s’étale actuellement dans cette direction.

Le véritable couac est sur la rive-nord, à l’intersection de ces deux grands axes routiers venant du sud (la sortie des ponts) et de l’ouest (l’autoroute 40). Là où, soit dit en passant, on construit actuellement le nouveau complexe commercial d’Ikea, et pas très loin de là où le maire Labeaume rêve d’un immeuble de 60 étages (qui serait situé entre les ponts et le couac en question).

Installer à cet endroit un troisième lien vers Lévis permettrait seulement à plus de voitures de la rive-sud d’aboutir dans ce sac de nœuds. Devrait-on plutôt construire un pont du côté est de Québec ? (On pourrait aussi raser le Vieux-Québec, le Vieux-Lévis et les plaines d’Abraham pour un projet central, mais même les plus fous n’évoquent pas cette possibilité). Actuellement, seuls 10 % des travailleurs de l’est de la rive-sud, qui comprend l’ancien territoire de la ville de Lévis, se déplacent vers l’est de la rive-nord, qui comprend le centre-ville — qu’ils peuvent atteindre en traversier. Ouvrir une nouvelle voie de circulation à cet endroit accroîtra inévitablement l’étalement urbain vers l’est de la rive-sud. Comme cela pourrait aussi concourir, temporairement, à quand même fluidifier la circulation sur les ponts actuels, ce lien risque d’augmenter, par ricochet, l’étalement urbain vers l’ouest de la rive-nord, qui est déjà en cours et n’est pour l’instant contraint que par le sac de nœuds évoqué précédemment.

Petit détail : le fleuve face à Beauport étant nettement plus large que dans l’ouest de l’agglomération (face à Sainte-Foy), la facture serait salée. Un pont coûterait certes moins cher qu’un tunnel, mais on parle quand même certainement de plus d’un milliard de dollars. Une somme qu’on pourrait utiliser pour une infinité de projets plus utiles.

Québec sait déjà tout cela. Pourquoi, dans ces conditions, consacrer 20 millions de dollars à une plus grande étude, sinon pour tenter de séduire les électeurs de la CAQ et offrir des contrats à des consultants ? On a déjà largement assez d’information pour enterrer pour toujours ce projet rétrograde, en complet décalage avec une politique sensée de mobilité durable.

Est-ce que quelque chose nous aurait échappé ? La ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, a vanté l’expertise du directeur du nouveau bureau de projet, Stéphane Dallaire. Mais les vérifications faites par le Journal de Québec montrent qu’il est loin d’avoir le CV en béton annoncé par la ministre et qu’il est aussi un ancien candidat libéral. Pas rassurant.

M. Couillard, s’il vous plaît, pourriez-vous bientôt nous faire rêver avec un projet sensé en matière de mobilité durable ?

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

89 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Québec est la ville qui à plus d’autoroutes par 100 000 habitants au Canada et la troisième en Amérique du Nord!
Cette folie date des années 60:
http://www.quebecurbain.qc.ca/2010/08/30/le-reseau-demesure-dautoroutes-inachevees-de-quebec/
De plus, Québec est la seule, parmi parmi les 12 plus grandes villes du pays, à n’avoir aucun projet de transport collectif:
http://www.journaldequebec.com/2017/11/12/des-projets-partout-sauf-a-quebec

Et le problème de l’etalement Urbain est quoi? Avez vous essayé d’acheter un terrain dans la grande capitale? Pour y élever une famille? Bien sûr que non, vous faites partis de la garde bien pensante de Montréal…

Vous êtes d’un ridicule avec votre argumentaire du réseau de transport, voir si un empêche l’autre…

Svp sortez de votre petite bulle et regarder le quotidien des familles…

Ps dans notre famille, 2 adultes, 4 enfants, nous utilisons et l’auto et le transport en commun…

Un article de 2010 comme source ?‍♂️… on arrive en 2018, nous sommes le plus gros boom au canada autant en âme qui vivent que de plein emplois… svp renseignez vous un peu…

Effectivement, le gros Village a toujours été choyé, voire privilégié, par rapport aux autres régions et surtout par rapport à Montréal, vu sa position de capitale provinciale. Il est temps de remettre le village à sa place.

Le troisième lien me semble être une « patente à gosse » électorale qui ne fera qu’ajouter à un réseau où l’automobile ainsi que la pollution que cela entraîne, est reine absolue et je crois qu’un meilleur système de transport collectif serait beaucoup plus approprié. Je ne dis pas que l’automobile doit être bannie car elle se révèle très utile, voire essentielle dans plusieurs circonstances mais l’utiliser juste pour aller travailler et en revenir à la maison alors que d’autres possibilités seraient envisageables? Ça vaut la peine d’étudier le dossier.

Le troisième lien pourrait en être un de transport collectif?

@Dominic Pelchat
«svp renseignez vous un peu…»

Vraiment?
Québec:
Population en 2011: 523 284
Population en 2016: 538 918
Augmentation de 15 634
Montréal:
Population en 2011: 1 676 749
Population en 2016: 1 767 753
Augmentation de 91 004
Laval:
Population en 2011: 406 098
Population en 2016: 429 413
Augmentation de 23 315

Laval dépasse en % et valeur absolue Québec…

Source:
http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/structure/mun_15000.htm

Premièrement le pont de l’isle d’Orléans doit être refait bientôt profitons en pour faire un pont entre levis et l’isle beaucoup moins coûteux qu’un pont qui devrai traverser la largeur du fleuve

Encore un discours de verts… prenez l’autobus si vous voulez, y’a d’la place en masse, ils se promènent vides 80% du temps… un lien de plus alors qu’il y en a un qui tombe en ruine, c’est loin d’être du luxe… on est à veille de ressortir les chaloupes pour traverser… l’actualité, c’est une revue gauchiste, n’y portez pas attention.

Les autobus s’ils sont vide est assurément dû au fait de l’inefficacité des circuits. Si ça ne me prenait pas le double du temps pour aller travailler en autobus, je le ferais sans hésiter. J’aurais plus d’argent dans mes poches, j’augmenterais la valeur de ma propriété et je pourrais investir plus d’argent dans mon entreprise. Le discours anti-gauche paranoïaque qui veut que tout argument à l’encontre des siens ait un lien avec la gauche est ridicule. Vous parlez d’un pont en ruine pour lequel il n’y a pas d’entretien et vous voulez en rajouter un autre qu’on ne sera pas capable d’entretenir? Vous voulez que le gouvernement dépense une fortune colossale pour un troisième lien quand tous les experts (peu importe leur opinion politique) analysent que c’est une erreur monumentale. Parlant de droite, depuis quand est-ce de droite que de dilapider les fonds publics dans une aberration?

Dès qu’un point de vue raisonnable ou argumenté avec des faits contredit les idées que les gens chérissent, les accusations de « gauchisme » fusent sans avoir à réfuter l’argument principale.

« l’actualité, c’est une revue gauchiste, n’y portez pas attention »

Il faut vraiment être très très très à droite pour voir L’Actualité à gauche. Les véritables gauchistes vous diront que L’Actualité est trop à droite.

Vraiment c’est n’importe quoi.
Vous devriez vous offrir un comité lecture ça vous éviterait peut-être de publier pareilles sottises.
Ce texte qui m’a rien de sérieux du reste, transpire la malhonnêteté.
Merci
CP

J’ai des réserves sur l’efficacité d’un 3e lien sans amélioration importants du transport en commun. Je trouve cependant cette article prétentieux et condescendant comme trop de Montréslais font souvent. À l’université on appelait ça un torchon.

@ Yves Melançon:

Euh…parce que les Montréalais (qui sont la locomotive de tout le Québec!!!) n’ont pas le monopole des torchons. On n’a qu’à écouter les radios d’un certain village prétentieux pour s’en convaincre totalement.

Troisième lien serais magnifique parce que au lieu d avoir un étranglement urbain on aurais une boucle peut pas croire que des urbanistes comprennent pas le principe d une boucle qui rendrais plus fluide les deux rives

Malheureusement, les politiciens n’écoutent que ceux qui crient le plus fort. Ils n’ont pas le courage politique de dire qur c’est un non sens. J’habite la rive-sud et je rêve d’une transport d’autobus efficace depuis mon Cegep, il y a maintenant près de 20 ans… Les deux réseaux d’autobus communiquent très mal. Pendant ces études, on perd du temps et Québec aura l’air encore une fois comme un gros village qui est mené par des gérants d’estrade.

Je pense qu’un des problèmes, c’est l’état de dégradation avancé du Pont de Québec qui aurait besoin de rénovations majeures. Si le Pont de Québec lâche ou s’il est pour quelques temps impraticable par les automobiles, il est probable que cela comportera des inconvénients majeurs et le Pont Pierre Laporte sera complètement saturé, nécessitant peut-être aussi des réparations majeures à terme.

D’autre part, un nouveau pont ou un tunnel peut permettre la construction d’un lien permanent en matière d’offre de transport en commun ; voire un bouclage transport en commun à 360 degrés. Autant d’éléments qui sont à prendre en considération dans un projet de mobilité durable qui ait bien de l’allure.

En ce qui me concerne, je pourrais vivre avec deux paires de bas et comme je suis économe de nature vivre avec deux paires de bas pour toute ma vie. Nonobstant, je trouve tout de même utile et sage d’avoir quelques paires de bas supplémentaires.

C’est un peu pareil pour les liens qui unissent la Ville de Québec avec sa Rive-Sud. Être un peu prévoyant en principe ne nuit pas.

Petite question en passant : Est-ce qu’un pont à un milliard, c’est beaucoup d’argent quand cela peut durer 125 ans ?

Pour conclure, j’apprécie tout spécialement le « nouveau style » de madame Borde qui est devenu beaucoup plus engagé politiquement qu’il n’est désormais à proprement parler engagé scientifiquement…. Quelques propositions en vue de la part de la CAQ ou bien alors de Québec Solidaire ? — Les élections qui s’en viennent déjà !

« Quelques propositions en vue de la part de la CAQ ou bien alors de Québec Solidaire ? »

Facile à deviner ce qu’ils pourraient dire. La CAQ répétera ce que les sondages lui disent de promettre et changera d’idée une fois élue parce que ce sera irréalisable. Quant à QS, on n’a qu’à penser à la position la plus farfelue qui soit tout en leur permettant de dire le contraire de tous les autres et ce sera leur cheval de bataille.

Ce ci dit, de manière générale, j’apprécie bien vos commentaires. Ça amène un contrepoids évident aux élucubrations d’un autre habitué fédéraliste qui sévit ici.

Votre article est assez mal écrit. Plus de voitures de la rive-sud viendraient tout d’un coup à Québec? Faites-moi rire. Seulement 10% de la population de Québec prend le transport en commum et vous pensez vraiment qu’un réseau « structurant » de transport en commum va permettre de changer les choses ? C’est ridicule. Petit Québec ! Restons petit.

Il faut vraiment être une Montréalaise pour écrire ce genre d’article. L’Actualité décide de publier une simple opinion d’une ignorante des réalités quotidiennes des citoyens de la région de Québec. La rigueur ne fait plus partie des valeurs de l’Actualité? Est-ce que la population de Québec s’ingère dans les projets de la ville de Montréal? Et pour votre information, toutes les grandes villes de ce monde ont un jour été petites et sont devenues ce qu’elles sont par l’étalement urbain. J’aime bien voir grand!

Elle habite à Québec. Pourquoi dès qu’un point de vue alternatif au consensus du village de Québec, les accusations d’être des maudits montréalais font toujours surface.

@ arnaud meaulne:

C’est normal. Les habitants du village envient Montréal, notre Métropole, depuis des lustres.

La petite grenouille qui veut devenir… Enfin, vous connaissez la fable j’imagine.

Cet article est biaise. La congestion est bien réelle et je la vis chaque matin. Je travaille à Québec et que vous le vouliez ou non je fais tourner l’économie de la ville. Ouvrez vous les yeux et vous verrez que le troisième lien est indispensable.

Premièrement, j’aimerais savoir si votre article est une lettre d’opinion.

De mémoire, un journaliste ne doit-il pas faire preuve de neutralité et d’objectivité lors qu’il rédige un texte? Ce qui n’est clairement pas le cas ici vous en conviendrez.

Deuxièmement, en utilisant le projet du pont de l’île d’Orléans, nous pourrions sans doute faire des économies .

Pour conclure, vous parlez d’enjeu populaire. Populaire = population.
Est ce que la majorité de la population qui paie des impôts peu décider de la façon dont son argent est investi sans être regardez de haut par la pseudo-élite auto-proclamé niché sur leurs diplômes dont vous faite partie.

Les faits que vous apportez dans votre article ne sont qu’un côté de la médaille… à quand un article dans votre revue qui viendra nous présenter l’autre côté de la médaille?

C’est la revue l’actualité au complet qui en perd sa crédibilité présentement… Mais ça, c’est l’opinion d’un simple travailleur qui parcours en moyenne 40000km par année (avec son méchant véhicule utilisant de l’essence ) sur le réseau routier de la vieille capitale…..

(1) S’il y a une argumentation, c’est une opinion. S’il y a une opinion, c’est qu’elle s’appuie sur des faits, à la base. On peut bien être journaliste et donner des opinions « éduquées » (regardez Yves Boisvert, pour prendre le premier exemple qui me passe par la tête.) C’est même bien plus intéressant (qu’on soit d’accord ou non: après, c’est le rôle du lecteur de se confronter à plusieurs opinions.)
(2) Le projet devant être financé pour partie par le provincial, il faudrait voir si le troisième lien est populaire dans l’ENSEMBLE de la province. Imaginez: si le gouvernement devait donner 100 000$ à tous les trifluviens serait probablement populaire à Trois-Rivières… mais il est pas dit que le Sherbrookois puisse en voir l’utilité.

@ Alexandre. Même chose pour le pont Champlain avec la ligne de train, pour la ligne rose, pour le toit du stade qu’ on a payé 3-4 fois !!!!!

Mais pourquoi donc toujours à l’est ou à l’ouest, vecteurs de l’étalement urbain?

Et pourquoi pas regarder la possibilité de faire ce troisième lien dans l’axe Robert Bourrassa/Taniata.

Vous comprendrez que ma proposition va un peu à l’encontre de ce qu’on entend actuellement par les tenants du 3ième lien à l’est.

Mais est-ce une si mauvaise idée? À bien y penser, l’idée vaut la peine d’être regardée. Ce lien aurait vraiment plusieurs avantages:
Il serait à un endroit pas très large sur le fleuve (certainement moins que complètement à l’est).

Il est situé au centre de l’agglomération et ce, autant sur la rive-nord que la Rive-sud. De ce fait, il évite l’étalement urbain car il est construit au centre de l’agglomération. Il ne repousse donc pas les limites territoriales vers l’ouest ou vers l’est selon les scénarios actuellement envisagés.

Il serait situé tout de même à l’est des ponts actuels et pas trop loin de ceux-ci. Il serait donc facile de détourner la circulation sur ce dernier dans le cas ou l’un des deux ponts actuels devenait hors d’usage sans faire un énorme détour vers l’est.

Il est situé immédiatement à l’est du centre ville d’affaire qu’est devenu Ste-Foy et directement à l’entrée de l’université Laval et autres institutions d’enseignements. les ponts ceintureraient alors le centre ville ce qui en distribuerait le trafique de part et d’autre et fluidifierait la circulation en la répartissant est-ouest sur ce boulevard important.

Il coupe le trajet de plusieurs kilomètres pour les gens provenant de l’est et du centre de l’agglomération pour ceux voulant se rendre à la colline parlementaire ou dans le centre d’affaire Lebourgneuf.

il réparti la circulation sur les deux axes (est-ouest) du boulevard Laurier aux heures de pointe ce qui n’est pas négligeable.

Il détourne toute la circulation étudiante de l’université et des cégeps principaux de Ste Foy des ponts actuels (avez vous remarqué que lorsqu’il n’y a pas d’école, il n’y a pas de problème sur les routes)?

Il décongestionne les ponts de l’ouest et plus particulièrement l’autoroute Henry IV et l’entrée ouest du boulevard Laurier en plus de diminuer la circulation en direction est sur Félix Leclerc.

Il a toutefois le désavantage de demander une expropriation de plusieurs terrains du côté de Ste-Foy jusqu’à l’autoroute Robert Bourrassa. Je crois toutefois que lorsque l’on regarde le type de construction, il s’en trouve beaucoup de faible densité ce qui ne serait pas un impact énorme. Du côté de Taniata, le boulevard est assez large pour y accueillir une autoroute.

À bien y penser, du côté de Québec, le pont pourrait alors entrer dans un tunnel sous le quartier résidentiel et l’édifice Roland Giroux afin de déboucher quelque part sur l’autoroute Robert Bourrassa, avec une branche à l’est sous l’université qui pourrait déboucher sur René Levesque et une autre branche à l’ouest vers Hochelaga.

Enfin sur la Rive sud, en plus de rejoindre l’autoroute 20, une première sortie sur Guillaume Couture permettrait de répartir la circulation sur plusieurs axes.

Il pourrait s’agir d’un pont qui à l’instar du nouveau pont Champlain à Montréal pourrait accueillir une voie de transport en commun. Celui-ci pourrait être étagé. Sur la voie du dessus, en sens unique, la circulation pourrait se déplacer du nord au sud sur 2 voies et une troisième serait réservé au transport en commun et aux véhicules électriques/covoiturage. Dans l’autre sens, sur la voie du bas, deux autres voies à sens unique mais cette fois inverse avec comme troisième voie, un espace dédié aux cyclistes et piéton. Il y en aurait pour tout le monde.

Il existe probablement d’autres avantages ou inconvénients. J’aimerais vous lire sur ce point. Est-ce une idée acceptable? Quels autres avantages ou inconvénients vous y verriez?

Je lance l’idée.

Premièrement, votre projet et totalement irréaliste en terme de coût.

Deuxièmement, ça ne permettrait aucunement de développer la ceinture de ville en la contournant, comme toute les grandes villes.

Ensuite, l’acceptabilité sociale le serait encore moins.

Oubliez ça vite et je vous suggère de n’en reparler a personne svp…

Le projet n’est pas chiffré. Il serait certainement inférieur au 4 milliards avancés. Je laisse aux experts le soin d’analyser les scénarios plausibles et d’éviter d’y amener de l’émotivité.

Ce que je propose n’a pas que des avantages mais a le mérite de le situer au centre et de permettre la densification au lieu de l’étalement. De plus il facilite l’intégration d’un transport structurant potentiel, ce qui serait difficile à l’est si on est moindrement un peu sérieux sur l’efficacité qu’on veut donner aussi à ce dossier. Je vous encourage d’ailleurs à lire mon post sur le site skyscraperpage.com, pour voir comment les deux s’harmonisent à l’intérieur de cette vision.

Je vois difficilement comment l’acceptation sociale ne pourrait y être quand le projet en question est celui qui amènera le plus d’efficacité et de rapidité pour tous les modes de transport.

Enfin, évitez des conclusions comme vous le faites dans votre commentaire. Ça ne favorise pas l’éclosion d’idées émergente et novatrice.

À cet effet, qu’avez vous à suggérer que nous ne connaissons pas déjà et qui n’est pas déjà documenté? J’aimerais vous lire. J’aimerais connaître votre proposition qui pourrait être efficace, rapide et qui combine plusieurs initiatives de transport?

Pet pis Répète les mêmes sornettes.

1) Si le tunnel coûtait 4G$, le SRB était 6G$. Le vrai prix du tunnel était de 1,7G$. La différence entre les 2 chiffres, c’était l’entretien sur 100 ans. L’entretien sur 100 ans du SRB représentait 4,3G$. Et c’est le chiffre le plus conservateur.

2) Le structurant ne peut aider la congestion. Les études qui font tripper les verts sont très claires là-dessus. Vous devriez les lire!

3) Quel TC va aussi vite que la voiture? Les express avec moins d’arrêts et utilisant les autoroutes. Le structurant n’y changera rien.

4) La ville s’étale vers l’Ouest? Un 3e lien à l’Est aiderait. La région se développe où les ponts sont. C’est pourquoi tout se fait vers l’Ouest et que l’Est en arrache. Même le centre-ville en arrache. Entre autres pour cette raison.

n.b. La ville s’étale sans qu’une route, voie ou pont ne se soit ajouté depuis des décennies.

Le troisième lien mais…il existe déjà, le traversier est à mon avis sous-utilisé. Si on travaillait à rentabiliser les modes existants à l’heure de pointe ( service amélioré de navettes, stationnement non payant, traversier, autobus) il y a de quoi faire.
Supposons par exemple, une navette alternative, cad qui transporte vers le boul. Laurier jusqu’à la colline parlementaire à partir de Lévis le matin et qui fait le chemin inverse le soir.
Le problème c’est aussi que Québec est un entonnoir, peu importe le lien on ne pourra éviter de se retrouver inévitablement dans un bouchon quand on arrive au centre-ville. Regardez ça comme vous pouvez, on arrivera toujours au même constats…Merci, ça va être 2$ au lieu de 20 millions.

Bonjour,

Juste pour vous préciser, chers lecteurs, puisque certains d’entre vous me croient biaisée, que j’habite à Québec depuis 25 ans, que j’y circule régulièrement en voiture et que je suis ce dossier depuis des années. Tout ce que j’ai écrit est basé sur des faits et non des opinions.

Bonjour madame,

Vous pensez qu’on peut développer un bon transport en commun sur le vieux pont ? Un Pont à l’Ouest pourrait déboucher le secteur ouest et remplacer le vieux Pont de Québec expiré et inefficient.

Désolé mais simplement par le choix de votre titre, on peut savoir dans quel direction se dirige votre article.

Ne nous prenez pas pour des valises.

Votre rigueur journalistique a un fort besoin d’être mise à niveau.

Mais bon…. chacun a droit à son …..

OPINION ….

Content de le lire. Vous devez vous sentir seule dans vos opinions n’est ce pas. Une incomprise. je n’ai pas vu grand fait dans votre article.

@ Valerie Borde, je demeure aussi à Québec depuis 40 ans et je n’ ai pas vu l’ ombre d’ une étude faite à ce sujet ! Par contre j’ ai pris connaissance comme vous de soi-disant études du ministère des transport plus ou moins complète ( à moins qu’ on nous cache des choses) qui nous permet d’ affirmer hors de tout doute raisonnable que c’ est une idée folle ! Quand on n’ a pas d’ argent ou pas de volonté politique ,on niaise le peuple jusqu’ à ce qu’ il demande des faits et au moment où l’ on se parle , il n’ y a aucun fait tangible à part quelques ramassis d’ études incomplètes bâclées pour faire taire l’ opposition!!!

Il faudra que Mme Borde, la rédactrice de l’article cache un peu plus son parti pris pour le transport collectif mais bon elle a droit à son opinion forgée avec ce qu’elle aurait trouvé comme éléments négatifs. Elle corrobore la justesse d’établir l’achalandage des ponts sur une période de 24 heures et nivelle l’achalendage sur cette période. Mais voici les faits: Il est d’usage d’établir des normes en qualité pour la pérennité d’ouvrages d’ingénierie du domaine de la construction ou autres. C’est pourquoi, exemple dans le domaine du transport urbain les villes prévoient des centaines d’autobus appelées qu’à rouler les heures de pointes (à 400 000$ pièces) des routes et autoroutes sont configurées pour une circulations à grande usage peut importe le moment de la journée. Dans le domaine de la construction les charges de neige ou charges vives sont calculées en prévision de son point maximum ou des surchages possible, les planchers sont calculé en prévision de l’occupation bibliothèque, entreposage ou dortoirs.. Le dentiste va poser un acte professionnel pour maximiser la qualité de vie de son client…etc. Je suis pas surpris des campagnes contre le troisième lien et ce n’est pas fini. Les gens qui voyagent leurs lunch de Québec Lévis et vice versa n’ont d’autres préoccupations que la leur, cependant l’usage d’une route provincial de construction semblable fait appel à une autre partie du cerveau qui oriente vers l’achalandage actuel, l’augmentation visible du trafic et éventuellement le remplacement du pont de Québec très gan grainé à l’heure actuelle. Une construction semblable prendra 25 à 30 ans à se réaliser et nous pouvons multiplier par 2 ou 3 ce que sera l’achalandage futur. Alors aux voyageurs et voyageuses de leurs lunchs préparez-vous à de longues croisières advenant que le pont de Québec ne répond plus aux normes de sécurités…

Raser le Vieux-Québec et le Vieux-Lévis pour faire un pont! Franchement, votre texte est d’une rare malhoneteté

Ce qu’on veut c’est un périphérique autour de Québec comme on trouve à Paris, Berlin, Rome, Pékin, Washington et tant de villes sur terre.

Le tunnel de 4 milliards à Beauport est une attrape-nigaud pour ne rien faire
Ce qu’il faut c’est une jetée du Boulevard de la Capitale à L’Ile d’orléans. Il n’y a que quelques mètres de profondeur et le Gouvernement a 400 millions en banque pour faire un pont inutile. Pour 100 millions on aurait quelque chose de potable

Puis un tunnel sous l’ile d’orléans et le fleuve jusqu’à Beaumont pour y rejoindre la 20. Environ 5km, soit 2,5 milliards. A la limite il pourrait être payant

Tout à fait d’accord avec vous. La jeté est la chose la plus intelligente à faire, avec un petit pont au milieu.

D’accord avec vous. Cette auteure est malhonnête et ne comprend pas la réalité de Québec. Je vous suggère d’Aller lire mon commentaire plus bas.

Pas bête la boucle via une jetée et un tunnel mais avec accent sur le transport en commun. Cela servirait aussi d’alternative quand un des liens doit fermer ou être réparé et ça va arriver de plus en plus souvent. On fait encore référence aux experts en urbanisme qui ont oublié depuis longtemps de prévoir des corridors ou les aménagements appropriés dans les plans de nos villes pendant les 50 dernières années. S’ils ont prévu le tout, ce sont nos politiciens de courte vue qui ont remis à plus tard.

Pas si on le fait à l’est : ça va favoriser un développement uniforme à l’intérieur du périphérique…comme à Winnipeg. En plus ce serait un un super levier de développement économique pour tout l’est du Québec.

Je comprend pas ou est le mal à l’étalement urbain. Si la ville s’agrandit c’est signe que l’économie va bien, que des petite famille achète une maison. Élever des enfant dans une tour à condo c’est loin d’être idéal. Le pont de Québec à besoin de réparation majeur et personne veut payer pour. Ça va devenir bientôt une question de 2ieme lien. Comme la majorité du monde je prend l’auto c’est ben moin de chiale pour aller faire les commission avec les enfants. Pi surtout une passe d’autobus me coûterait plus cher que de gaz par mois ye ou l’intérêt de prendre sa. Qu’il en fasse 3 4 pi 5 des lien si sa peut aider la croissance et le déplacement des payeur de taxe et dimpot

Bonjour Jérome, d’abord, pour moi l’étalement n’est pas synonyme de croissance, msis plutôt de gaspillage de précieuses ressources. La surface de la planète n’étant pas infini, les ressources sont donc aussi limités. Pour ton information, voici quelques unes des inconvénients de l’étalement urbain;
– rarification des terres agricoles
– pollution des cours d’eau
– disparition des écosystèmes et des animaux par le fait même
– embompoint chez la population
– ville plus énergivore
– paysage enlaidi et truffé de power center
– territoire découpé et diffice a traversé
– coût supplémentaire pour la construction de nouvelles infrastructures et augmentation de la dette public
– faiblesse économiques des quartier centraux
– abandon du patrimoine bâti dans les quartiers centraux
– création de quartier ghetto qui érode la mixité sociale
– renforcement de monopole de la voiture

Veux tu d’autres arguments?

@ Antoine,

Ce qui est problématique, ce n’est pas l’étalement urbain (il faut pouvoir répondre à l’accroissement de la population) ; c’est plutôt le « modèle » urbain. Ce que vous décrivez, ce sont les inconvénients du modèle urbain actuel, qui soit dit en passant dure et perdure depuis grosso-modo les années 40, donc voici près de 80 ans.

Les architectes et les urbanistes ont — au fil du temps et des décennies — fait des propositions qui le plus souvent sont restées sans suites.

Pourquoi ? Eh bien parce que le modèle tel qu’il existe actuellement était et est encore considéré comme très rentable économiquement. Même les municipalités de toutes tailles ont intérêt à cet étalement en raison du système de taxation.

Le système de « ghettoïsation » dont vous faites mention est également corolaire du système de taxation. C’est pourquoi, il conviendrait de repenser la manière de financer les villes et les agglomérations.

@ Antoine ! D’ abord la copropriété est un phénomène essentiellement montréalais ! Vivre en hauteur sur une île est très rentable pour la ville car la taxe foncière est amortie davantage ! Mais plusieurs grande ville ont priorisé l’ étalement urbain avant les fusions et par la suite se sont ravisées comme Toronto, Vancouver, Calgary et Montréal. À Québec la densité n’ est pas encore un réflexe naturel parce le pourcentage de propriétaires est plus élevé et qu’ il reste encore des disponibilités pour construire de l’ unifamiliale et du duplex ! Donc la population voyage en auto à grande majorité et le transport en commun devra être amélioré dans un futur rapproché ! Mais pour l’ avenir à moyen et long terme ça va définitivement prendre un autre lien ailleurs que l’ entrée embourbée unique des 2 ponts un à côté de l’ autre !!! Je pense que Mme Borde n’ a pas parlé de ce phénomène car il est sérieusement à l’ étude et elle a émis une opinion et non une réalité!!

L’argumentaire est bon, mais il occulte certains autres aspects très importants à considérer. Le pont de Québec est bien joli sur une carte postale mais son état est de plus en plus dangereux pour les utilisateurs, et sa fin de vie utile est presque à terme. Je suis entièrement pour un système de transport collectif efficient rive-nord/rive-sud mais celui-ci ne serait pas assez s’il faut condamner le pont de Qc. Un simple accident sur l’un ou l’autre pont suffit à paralyser pour des heures la circulation aux heures de pointe, imaginez avec un seul pont en état! Il faut à mon humble avis bâtir un remplacement, qui ferait office de 3e lien temporaire, le temps de réfléchir à l’avenir du pont en fin de vie.

Quelle argumentaire a part celui de l’étalement urbain? Je ne suis pas d’accord du tout avec vous sur ce point.

Pauvre Mme Borde, ce n’est que votre opignion , et vous avez la chance de l’écrire dans le journal mais il y a bien du monde qui pense différemment . pis il y a des bus a Québec et Lévis,

Étalement urbain à Québec. …….. Faut rien comprendre pour écrire la dessus….. de plus, le transport collectif fonctionne déjà dans notre petite ville. Vous voulez mettre des milliards pour sauver 3 minutes pour avoir l’air cool….. Labeaume veut faire comme l’amphithéâtre. ..une autre dépense inutile aidée par nos savants de journalistes….. peut être avec un peu d’étalement urbain, un jour ont aura besoin d’un transport collectif….

Bonjour Dominic, tu as tord, la ville de Québec est l’une des villes les plus étalé dans le monde. D’ailleurs le très réputé magasine britannique The Guardian cite notre ville comme contre exemple d’urbanisme dans le monde. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’on be mesure pas seulement l’étalement d’une ville en terme de territoire consommé et construit mais surtout par la DENSITÉ de population à l’hectare, et c’est là que la grande région de Québec devient malheureusement célèbre pour son gaspillage de territoire/ habitants.

uelle article tandencieux… on voit clairement que l’auteure ne comprend pas grand chose a la réalité de la ville de Québec. Et que dire de la volonté de la population dans tout ça? Elle en à rien à cirer à part toujours revenir toujours sur le même argument de l’étalement urbain.

Chère auteure, offrez nous en des solutions au lieu de demandé à Couillard d’en proposer. Avez vous déjà réfléchie que si il y a de l’étalement urbain, ben c’est parce que les gens, c’est ça qu’ils veulent??? Peut-être qu’ils veulent entretenir leur petit terrain et avoir leur petit coin de paradis avec un bbq et une piscine. Est-ce mal? Ah oui, c’est vrai, il faut penser au sacro-saint réchauffement climatique. Il faut absolument faire la guerre à l’automobile car c’est le mal incarné.

Moi, je l’ai mon condo au centre-ville je suis correct. Le foutu banlieusard pollueur, qu’il aille se faire voir ailleurs. On ne devrait surtout pas l’encourager dans son vice. Notre société doit être plus évolué que ça avec ces rétrogrades fafan de l’automobile.

Mais qui êtes vous pour juger de ce qui est bon et mauvais pour eux? C’est pourtant ce que vous laisser transpirer dans cet article avec mépris autant dans le titre que dans le propos. Si la solution proposé d’un troisième lien vous semble du siècle dernier alors, que proposer vous? Vous qui semblez comprendre ce qui est bon pour la population et la planète.

Je vais vous en proposer une idée moi pour freiner l’étalement urbain: on va creuser un canal tout autour de Québec et ainsi la transformer en ile. Ce serait un vrai projet structurant et ca nous permettrait par la suite de finalement densifier la ville, non? Et on pourrait finalement penser enfin creuser un vrai réseau de transport en commun souterrain genre, un métro. La ville pourrait enfin se densifier grâce à la nouvelle contrainte géographique. Merveilleux n’est pas? Une sorte de nouveau Manhattan ou Montréal serait créé. Wow, je crois que je vais me présenter comme maire avec ce projet novateur et digne du 21 eme siècle. Il ne me reste qu’a convaincre cette population insouciante au danger du réchauffement climatique. Ils finiront tôt ou tard par comprendre les dangers qui nous guettent.

Abat la banlieue et l’automobile!!! Arrivez au 21eme siècle maudit banlieusard! Vive les villes denses et ou il fait bon vivre dans le smog.

J’ai lu votre réponse à ma suggestion de même que toutes vos réponses d’ailleurs.

Je comprend celle-ci maintenant. Vous êtes très fort sur le bouton critique sans toutefois n’avoir rien à proposer pour alimenter le débat.

J’apprécierais que vous évitiez de polluer les blogs par vos propos et que concrètement, vous nous fassiez part de vos suggestions. Et de grâce, éviter d’arriver avec une idée déjà lue ou entendue. Soyez créatif, élevez le débat.

Toujours drôle la notion d’un 3ieme liens lorsque le premier lien centenaire ne sera plus qu’un souvenir d’ici une vingtaine d’année…

Je suis un peu troublée de lire un texte aussi biaisé sur le site de «L’actualité»…

Je rêve du jour où je pourrai lire un article sur le fameux «troisième lien» basé sur des faits et des chiffres tangibles où l’opinion de l’auteur ne transcendera pas à chaque phrase.

L’utilisation de multiples phrases passives-agressives, de questions à choix dirigés ainsi que d’innombrables commentaires anti-libéral et anti-Labeaume sont des preuves de ce manque de professionnalisme et de neutralité journalistique.
Un nouveau lien entre la Rive-Sud et la Rive-Nord de Québec ouvre la porte à de nombreuses discussions importantes pour le futur de la ville de Québec tels que: l’étalement urbain inévitable, le transport en commun, les impacts environnementaux d’un tel projet, les bénéfices sociaux versus les coûts d’investissement, etc!! C’est pourquoi il serait si avantageux pour nous, lecteurs, d’avoir accès à des sources (articles d’actualité) fiables expliquant les véritables pour et contre d’un tel projet.

Loin de moi l’idée de critiquer la pensée ni la plume de l’auteur mais cet article n’est pas basé sur des faits, il est dans la catégorie des textes d’opinion. Elle a droit à son opinion et j’ai droit au mien…et je vous assure qu’il est bien à l’opposé de celui-ci !

Enlevons donc 2-3 ponts aux montréalais pour voir!
des dizaines de milliards pour un pont Champlain neuf, l’échange Turcot neuf, de nouvelles lignes de métro et un nouveau transport par rail pour les banlieues éloignées de MTL….

(1) Montréal est le poumon économique du Québec, qui a été négligé pendant les dernières années (les Montréalais paient plus d’impôt par habitant que Québec, et reçoivent moins en retour.) Un dollar investi pour moderniser le transport à Montréal sera probablement plus rentable qu’un dollar investi sur le « troisième lien.»
(2) Montréal est une île. Forcément, si on enlève des ponts…

@ Alexandre . Bullshit!!! Amenez -moi des statistiques précises et sérieuses de ce que vous affirmez!! Avec les gauchistes de L’ UQAM qui monopolisent le parc Émilie Gamelin régulièrement et qui font de la casse régulièrement et qui coûte énormément cher aux contribuables ( police, ménage , réparations ect…) Le nombre d’ OSBL subventionnés par le gouvernement et leur principal travail est d’ être contre tout !

J’ai tendance à être en accord avec ce texte d’opinion basé sur de véritables faits.
En revanche il me semble que les partisans d’un troisième lien devraient davantage remettre en question la statistique voulant que le traffic provenant du sud soit demeuré stable de 2011 à 2015 compte tenu qu’il était probablement déjà saturé.
Cela vaudrait mieux que de remettre en question l’honnêteté de l’auteure en la traitant de sale montréalaise gauchiste moralisatrice qui snobe les « payeurs de taxes »!

Par ailleurs je demeure convaincu que la fluidité de nos boulevards passe par une diminution du nombre de voitures.
Cela ne veut pas dire guerre à l’automobile qui restera toujours populaire mais amélioration du transport en commun pour le rendre plus attrayant.
S’il était disponible à quelques minutes de marche, plusieurs automobilistes actuels choisiraient l’équivalent d’un métro et dégageraient d’autant les rues et les espaces de stationnement au bénéfice de tous.

Je suis tellement d’accord avec vous sur ce propos. Il rejoint d’ailleurs la pensée du maire Labeaume qui préconise les deux projets de front.

À cet effet, je vous invite à regarder mon post sur skyscraperpage . J’y propose un système de transport structurant qui emprunterait un hypothétique troisième lien dans l’axe Robert Bourassa/Taniata.

Vous le trouverez ici:

http://forum.skyscraperpage.com/showthread.php?t=230663.

Bonne lecture

…et une fois que le 3e lien sera saturé, parce qu’il sera saturé un jour, on fera quoi? Un 4e? Puis un 5e?

La grenouille Québec a besoin d’un 3e lien autant qu’un poisson a besoin d’une bicyclette. Le village n’est pas le boeuf Montréal et ne le sera jamais.

En tant que contribuable québécois, je REFUSE net de payer pour cette phobie. Le centre Videotron a suffi comme lubie.

Et si les contribuables de Québec REFUSENT de financer le pont Champlain, l’échangeur Turcot, les lignes bleue et rose, serons-nous plus avancés ? Ce commentaire est petit, petit, petit… Lorsqu’il y a un problème on y réfléchit et on propose des solutions. Pour le moment tout est sur la table. L’étude commandée par Couillard est certes d’un opportunisme électoral crasse, mais l’idée d’un troisième lien est dans l’air depuis 20 ans et ne se volatilisera pas du jour au lendemain. Mme Borde identifie clairement le problème (le ‘sac de noeuds’). Donc la discussion est pertinente et doit se poursuivre.

Francois 1 ,,,,,vous etes vraiment drole avec votre locomotive du Quebec,,savez vous combien de milliards l’ile a recu depuis des lustres,,,belle locomotive,,,j’imagine que vs faisiez de l’humour,,et que votre arrogance …c’est juste pour rire,,,,tout de meme une tres belle journée a vous,,

Qu’on s’occupe de sauver le pont de Québec et on pourrait y passer un train de banlieue jusqu’au centre ville de Québec secteur St-Rock en passant dans le tunnel qui existe déjà sous le cap diamant ( il ressort près de Laval Volkswagen). Combiné avec des stationnements incitatifs et des voies réservées au autobus
Ce serait la voie la plus économique. L’argent manque pour sauver ce pont essentiel. Faudra éventuellement le remplacer…..

Aie! Elle a eu le malheur de contredire des habitants de Québec, habitués aux grandes gueules. Puisqu’elle réside dans la ville depuis de nombreuses années, elle n’est sûrement pas surprise de vos réactions. Elle a trahi la sacro-sainte impartialité journalistique (les Québécois connaissent bien le concept avec leurs radios). Merci, ce fut très instructif de lire l’article, et extrêmement amusant de lire vos commentaires.

Le troisième lien à L’est n’est pas compris du tout. Il faut comprendre que ça nous donnerais un circuit en boucle au lieu de fer à cheval.
L’étalement urbain dont il est question ne serait pas si important si on a un service commun très performant. Il suffit de favoriser un service de transport rapide dans cette boucle et un accès à la boucle avec des stationnements motivateurs non payant. Là les gens y retrouveront un plaisir certain.
Essayez dont de voir un plus futuriste! Le monorail entre Montréal et Québec en fait partis de cette vue futuriste. Ceux qui en sont contre sont des intérêts particuliers ou bien incapable de voir plus loin que le bout de leus nez!

Quand je vois tous les matins, ces voitures circulant ayant comme seul passager son chauffeur, ça me déboussole. D’autant plus que pour la grande majorité des ces travailleurs n’auront pas à se déplacer en dehors de leur lieu de travail. La voiture devient donc un transport de luxe avec ses dépenses d’essence, de stationnement, de réparation et autre frais. Que d’argent de perdu.

Personnellement, avoir le choix, j’utiliserais un service de transport en commun »efficace et rapide » c’est la solution.

Une fois de plus, la CAQ se positionne de manière à flirter avec l’électorat en faisant la promotion d’un projet qui n’aboutira pas. Et la population de Québec tombe dans le panneau ! Sérieusement, gens de Québec, ouvrez-vous les yeux et votez avec intelligence. Vous faites pitié.

Ah! Bon Mme Borde; un troisième lien à Québec est une folle idée!!!! Comme c’ était une folle idée au début des années 60 le métro de Montréal alors qu’ a ce-moment -là la population de Montréal ressemblait à la population de Québec aujourd’ hui ! Mme Borde votre jugement est émotif et très partial, à moins que vous ayez reçu un ordre d’ en haut ! Combien de ponts existent-ils entre le fleuve d’ un côté et la Rivière des Prairies de l’ autre ? Pont Champlain et de la Concorde flambant neuf !! Sans compter le métro et la nouvelle ligne rose ! Le troisième lien à Québec ( en passant , il n’ y a qu’ un seul lien à Québec . 2 ponts un à côté de l’ autre dont un est usé à la corde ) n’ est pas superflu au contraire , il est nécessaire pour l’ avenir vu la croissance comme chez vous à Montréal ! Mme Borde sortez un peu et surtout pensez à l’ avenir économique du Québec . Le transport en commun sera aussi à regarder ! Un n’ empêche pas l’ autre.

Dans les années 60, Montréal etait à l’avant-garde avec le métro !
En 2020, Lévis sera à l’arrière-garde avec une nouvelle autoroute vers Québec !

Sans compter que le pont de l’ île d’ Orléans est périmé ! Pourquoi ne pas en profiter pour refaire ce pont en entier et finir l’ autre partie sur la rive sud ?

@ Lionel. Que de mauvaise foi ! en 1960 le métro de Montréal était une nécessité et il n’ y avait absolument rien d’ avant-gardiste à cela ; considérant qu’ il y avait plusieurs autres métros dans les grandes villes du monde ! Montréal est desservis par plusieurs ponts avec un fleuve rétrécit à une rivière et peu profond d’ un côté et d’une rivière de l’ autre côté ! Et en plus de plusieurs ponts il y a le transport en commun !

La grenouille et le boeuf. Après d’être dotés d’un amphithéâtre sans LNH, d’un aéroport avec trop peu de lignes aériennes (on veut désormais des $ de Québec pour les attirer), d’un cale-sèche (Davie) sans avantages comparatifs certains, on rêve d’un troisième lien automobile pour « améliorer » le transport public. Les études de marché, on connaît çà.

@ Sait-Cyr. Ne croyez-vous pas que le bœuf est bien engraisser et qu’ il coûte énormément cher aux contribuables québecois?

Les firmes de consultants ont beau avoir changer de nom et ne plus faire circuler d’enveloppes brunes. On fait maintenant circuler de belles enveloppes blanches directement fournies par le gouvernement !

On pourrait instaurer le péage sur les ponts aux heures de pointe en conservant une voie gratuite pour le Co-voiturage.De plus on pourrait créer des stationnements incitatifs a la jonction des autoroutes avec des circuits directement vers un ou deux gros employeurs seulement .On pourrait penser à des circuits privés et pourquoi pas avec les transporteurs scolaires.

J’ai lu l’article et les divers commentaires. Curieusement, personne n’a pensé de suggérer l’aménagement d’un téléférique (nouvelle orthographe) entre Lévis et Québec.
Le téléférique en Savoie est doté d’une cabine pouvant transporter 200 personnes à la fois.
Un téléférique à double voie à va-et-vient couterait bien moins cher qu’un tunnel ou un pont. De plus l’entretien serait beaucoup moindre à long terme.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Téléphérique
Voyez les principaux téléfériques dans le monde :
https://www.redbull.com/ch-fr/10-téléphériques-incroyables

Le problème du téléphérique c’est comme celui du bateau quand on est à pied. Il faut se rendre au point d’origine et rendu à destination, il faut un autre moyen de transport pour se déplacer. On se retrouve donc avec la même problématique. Personnellement, je crois qu’en ville ce moyen de transport est inefficace.

Je vois que cette section commentaires est aussi achalandée que sont les ponts. J’y lis des opinions qui se répondent sur les tabliers de ceux-ci dans les deux directions tout comme la circulation automobile. Cela sert de champs de batailles dans ces échanges et que les eaux du fleuve continuent à couler dessous(!) au gré des marées et des vents changeant tout comme les questions de coûts. Que ceux qui travaillent sur la rive nord élisent domicile sur la rive nord tout comme ceux qui travaillent sur la rive sud acceptent de demeurer sur la rive sud. Cela règlerait les problèmes de congestion à l’heure de pointe et on ne se poserait plus la question de la nécessité d’un troisième,d’un quatrième ou d’un cinquième lien entre Québec et Lévis. Où va-t-elle s’arrêter cette fameuse maladie de la dépendance à la voiture? Et les cyclistes,les piétons,les usagers des transports publics; sont-ils une espèce en voie de disparition?

Je suis père de famille, j’ai deux enfants et j’habite Lévis. Je voyage tous les jours vers Québec pour travailler et savez-vous quoi ? L’idée d’un troisième lien je la trouve ridicule. Je me fie aux vraies études scientifiques c’est écrit noir sur blanc, plus au augmente le nombre de routes et de voies, plus la circulation augmente. Ce positionner contre cette idée c’est jouer à l’autruche et ne pas voir la réalité en face, les preuves scientifiques sont là. Ceux qui n’y croient pas doivent assurément croire aussi à la théorie du complot… Si Lévis investissait plutôt dans un vrai transport en commun efficace, je serais le premier à le prendre.