La génomique entre dans la presse à potins

L’analyse de son ADN est-elle devenue le dernier truc à la mode pour faire parler de soi ? Je me pose la question à la lecture de cet article de Scientific American qui nous apprend que le chanteur de heavy metal Ozzy Osbourne a probablement des hommes de Néandertal dans ses ancêtres.

Voilà, en substance, un résumé de la chose.

A-t-on trouvé dans l’ADN du «Prince des ténèbres» quelque chose qui expliquerait comment il a pu résister à une vie dissolue et être en relativement bonne forme à 61 ans ? Peut-être, mais on n’en est pas sûr.

Tout, dans l’analyse de la compagnie de génomique qui a réalisé le séquençage, n’est que supposition, et on peut se douter qu’elle et le chanteur ont choisi de publiciser les bouts d’ADN qui pouvaient sembler intéressants pour la presse à potins.

Comme par exemple ce possible lien de parenté avec l’homme de Néandertal, qui tombe à pic pour renforcer l’image de brute de la star du heavy metal.

Dans l’état actuel des connaissances, on peut faire dire à peu près ce qu’on veut à l’analyse du génome d’une personne, surtout quand on ne fait qu’en révéler certaines parties.

Sur le plan scientifique, cela n’a à peu près aucun intérêt, à moins que les données soient intégralement rendues publiques.

Mais ça va en faire, des beaux potins…

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Si les populations non africaines possèdent de 1% à 4% de matériel génétique néandertalien, pourquoi ce serait différent pour Ozzy?

@ glev

Parceque dans son cas on ne parle pas de 1-4% mais possiblement de plus de 50% car à le voir aller c’est la seule explication 😉

@Gilbert Duquette
Bon sens de l’humour. Tout à fait dans le ton de l’importance que l’on doit accorder à la «nouvelle».