La grippe est malheureusement arrivée!

Les données du Laboratoire de santé publique du Québec sont sans équivoque: le nombre de cas de grippe A double chaque semaine depuis la mi-janvier.

grippe-large

Vous vous sentez grippé ces jours-ci? Vous avez peut-être raison, parce que la grippe est malheureusement arrivée. Nous entrons dans la vague, avec quelques semaines de retard sur l’horaire habituel, il faut bien le dire.

Jusqu’ici, le virus respiratoire prédominant était plutôt le virus respiratoire syncytial, qui donne cette mauvaise toux pendant deux à trois semaines et contre laquelle les antibiotiques sont inutiles, mais les pompes, parfois efficaces.

Les données les plus récentes du Laboratoire de santé publique du Québec, qui regroupe et analyse les dépistages et les cas positifs de grippe au Québec, sont sans équivoque: le nombre de cas de grippe A double chaque semaine depuis la mi-janvier.

Données provenant du Laboratoire de santé publique du Québec regroupées en graphique par Alain Vadeboncoeur
Source: Laboratoire de santé publique du Québec

On peut voir dans le graphique suivant, la montée de la ligne noire, qui représente le pourcentage de tests positifs parmi les tests réalisés chaque semaine chez les patients affectés par un virus grippal.

Jusqu’ici, ce pourcentage était assez bas, mais on dépasse actuellement les 10 % de tests positifs. Reste à voir si la courbe rejoindra celle de l’an dernier, une année record pour la grippe.

Tableau provenant du laboratoire de santé public du Québec.
Source: Laboratoire de santé publique du Québec

C’est d’ailleurs la situation un peu partout au Canada, où la grippe a beaucoup augmenté fin janvier 2016.

Source: Agence de la santé publique du Canada. https://dsol-smed.phac-aspc.gc.ca/dsol-smed/fluwatch/fluwatch.phtml?lang=f&FluWeek=wk201604&province=wb&Submit=Voir+carte
Source: Agence de la santé publique du Canada

Le retour du H1N1

Il faut savoir que le virus prédominant cette année est de type H1N1, et ce, pour la première fois depuis 2009. On se rappelle que ce virus avait alors causé beaucoup d’émoi, mais tout de même assez peu de mortalité, bien qu’il affectait davantage certains groupes, comme les patients jeunes et les femmes enceintes.

L’an dernier, le virus H3N2 avait causé beaucoup plus de décès, notamment parce que le vaccin avait (pour une rare fois) raté complètement sa cible. Cette année, toutefois, plusieurs sont immunisés contre le virus H1N1, soit parce qu’ils ont été exposés au virus en 2009, soit parce qu’ils ont été vaccinés, le vaccin comprenant une souche H1N1. Deux bonnes nouvelles dans le contexte.

Il est toutefois difficile de valider l’efficacité du vaccin administré cette année, en raison du faible nombre de cas rencontrés jusqu’ici, mais il est probable qu’il soit efficace.

Quoi faire pour prévenir et traiter

La santé publique rappelle par ailleurs qu’il n’est pas trop tard pour se faire vacciner et qu’il faut surtout poursuivre la vaccination des personnes faisant partie des groupes à risque, si ce n’est pas encore fait. Il faut toutefois se rappeler que le vaccin prend jusqu’à deux semaines pour atteindre sa pleine efficacité.

Pour ce qui est des traitements, les virus qui circulent actuellement sont sensibles aux antiviraux d’usage courant. Bien que l’efficacité de ces antiviraux est plutôt mitigée, ils sont tout de même recommandés pour les personnes à la santé fragile souffrant de grippe, s’ils sont administrés dans les 48 heures après le début des symptômes, ou encore en cas de complications dues à la grippe.

Si vous avez la grippe, que votre santé est fragile et que les symptômes sont sévères, appelez d’abord Info-santé (811) pour recevoir des conseils. Vous pouvez aussi consulter les informations du site du ministère de la Santé sur le sujet.

Au besoin, dirigez-vous vers une clinique plutôt qu’à l’urgence pour consulter, à moins d’avoir une grande difficulté à respirer, d’être étourdi ou confus ou bien extrêmement faible, auquel cas vous devriez vous rendre à l’urgence.

Enfin, évitez les contacts directs avec vos proches, lavez-vous les mains souvent et utilisez les masques mis à la disposition des patients dans les salles d’attente si vous devez consulter. Parce qu’une grippe, ce n’est agréable pour personne, mais c’est surtout dangereux pour les plus malades d’entre nous.