La plus petite pile solaire du monde

On pourrait aligner quatre d’entre elles sur un grain de riz. Les vaporiser sur un vêtement. En recouvrir le capot de sa voiture ou la toiture de sa maison. De quoi s’agit-il ? Des plus petites piles solaires du monde, mises au point par Xiomei Jiang, chercheuse chinoise installée à l’Université de Floride du Sud.

On pourrait aligner quatre d’entre elles sur un grain de riz. Les vaporiser sur un vêtement. En recouvrir le capot de sa voiture ou la toiture de sa maison. De quoi s’agit-il ? Des plus petites piles solaires du monde, mises au point par Xiomei Jiang, chercheuse chinoise installée à l’Université de Floride du Sud.

D’abord conçue pour alimenter un minuscule détecteur de matières toxiques, cette pile est faite d’un polymère flexible possédant les mêmes caractéristiques électroniques que le silicium utilisé dans les semi-conducteurs. En reliant une vingtaine de ces piles entre elles, le labo de la professeure Jiang a créé une chaîne de moins de deux centimètres de longueur capable de générer une dizaine de volts, résultat qu’on espère doubler en quelques mois.

Une percée prometteuse. « Ces piles, dit la chercheuse, pourraient se vendre en vaporisateur et servir à alimenter un téléphone portable ou un ordinateur. »