La science vue par la Coalition pour l’avenir du Québec

Quelle place occuperait la science dans le Québec de la Coalition pour l’avenir du Québec ? Voilà ce que j’ai trouvé à ce sujet dans le manifeste (pdf) publié par le groupe de l’ancien ministre de l’Éducation François Legault:

Dans nos universités, il nous faudra miser sur la valorisation de l’innovation sociale et technologique pour attirer des chercheurs de pointe afin de prendre notre place sur l’échiquier planétaire et promouvoir l’excellence. Notre capacité de se démarquer tant dans les sciences humaines que dans les sciences naturelles, de la la santé et du génie est réelle, mais la compétition internationale est de plus en plus féroce et n’épargne pas le Québec.

Je m’attendais à un peu plus d’éloquence de la part d’un groupe qui compte quand même parmi ses membres plusieurs universitaires, comme le professeur en pédiatrie Lionel Carmant ou le sociologue Jean-François Simard, ainsi que Bruno-Marie Béchard, ex-recteur de l’Université de Sherbrooke.

Je ne crois pas que ce soit la valorisation de l’innovation qui permettra d’attirer de grands chercheurs au Québec. Ce sont plutôt les conditions de travail qu’on offre à ces cerveaux, le fait qu’ils puissent compter sur un financement important et récurrent pour leurs travaux, sur des équipes de professionnels de recherche et d’étudiants gradués compétents qui travaillent eux aussi dans de bonnes conditions et un soutien pour faciliter la venue de leur famille au Québec.

La valorisation de l’innovation , elle, se situe à un autre niveau. Elle fait référence à la possibilité d’accroître les retombées pour la société des recherches réalisées dans nos universités. Rien à voir avec le fait d’avoir ou non des chercheurs de pointe…

Quant à promouvoir l’excellence et prendre notre place dans l’échiquier international, difficile d’être contre!

Il va falloir nous en dire nettement plus pour qu’on puisse comprendre la vision de la recherche de la Coalition et débattre de ses idées…

Laisser un commentaire

Totalement d’accord avec vous! D’ailleurs, l’Institut du cancer de Montréal a, depuis bientôt 5 ans, un programme de Rapatriement de cerveaux qui aide les jeunes chercheurs qui se sont exilés à revenir au Québec et démarrer leur labo, avec des fonds de démarrage importants sur une période de 5 ans. De cette façon, ils sont en mesure de produire des résultats intéressants afin de devenir compétitifs pour les demandes de subventions provinciales et nationales.

Ce genre d’initiative devrait être imité!

Cependant, aussi, il ne faudrait pas que le système éducatif devienne obsédé, tourné seulement vers l’économie, et produire seulement des future consommateurs, cadres et tout…

Il doit y avoir toujours un focus sur le futur citoyen, créer des artistes, penseurs, etc..

Les plus populaires