La vie a un prix

Si l’argent ne fait pas le bonheur, il peut néanmoins prolonger l’espérance de vie.

456050417-businessman-sitting-at-desk-in-office-gettyimages
Photo : Getty Images

Si l’argent ne fait pas le bonheur, il peut néanmoins prolonger l’espérance de vie.

Aux États-Unis, les hommes nés en 1940 dont les revenus les placent parmi les 10 % qui gagnent le plus d’argent peuvent espérer vivre jusqu’à 89,9 ans, selon des chiffres publiés par le Wall Street Journal. Ceux qui se trouvent à l’autre bout du spectre (les 10 % qui gagnent le moins) ont une espérance de vie de seulement 79,2 ans.

Et l’écart se creuse. Les mieux nantis ont gagné 5,9 années de vie, si on les compare avec leurs semblables nés en 1920. Les plus pauvres, eux, n’ont prolongé leur espérance de vie que de 1,6 année.

Chez les femmes, la situation est encore plus dramatique. Les 10 % les mieux nanties nées en 1940 peuvent espérer vivre jusqu’à 90,3 ans. Elles ont gagné 3,2 années par rapport aux femmes de même condition nées en 1920.

Les femmes les plus pauvres, elles, ont une espérance de vie de 80,8 ans. Elles ont… perdu 2,1 ans par rapport à leurs semblables nées en 1920, en raison notamment, présume-t-on, de la hausse du taux d’obésité.