L’antidiabétique Avandia interdit aux États-Unis et en Europe, mais pas au Canada

La rosiglitazone, un antidiabétique vendu sous les marques Avandia, Avandamet et Avandaryl, peut toujours être prescrit par les médecins au Canada alors qu’en septembre, l’Europe l’a interdit et les États-Unis en ont très sévèrement limité l’autorisation.

C’est une étude publiée en 2007 dans le New England Journal of Medicine qui a mis le feu aux poudres. 

Selon cette méta-analyse réalisée par le cardiologue américain Steven Nissen, la rosiglitazone, prescrite aux personnes attentes de diabète de type 2, est susceptible de provoquer de sérieux effets secondaires au plan cardiovasculaire, dont une hausse de 43 % du risque d’infarctus.

Le 23 septembre dernier, l’Agence européenne du médicament a pris la décision de suspendre l’autorisation des médicaments contenant de la la rosiglitazone, les risques encourus étant considérés comme surpassant les bénéfices liés à la prise de ce médicament.

Le même jour, la FDA annonçait qu’elle décidait quant à elle d’imposer de lourdes restrictions aux prescriptions de rosiglitazone: les médecins qui souhaitent en donner à leurs patients doivent désormais remplir une foule de papiers pour justifier leur décision et leur connnaissance du risque. On s’attend à ce que la prescription de ce médicament diminue considérablement suite à cette mesure.

Santé Canada n’a réagi d’aucune manière à ces deux annonces fracassantes, pas plus que la branche canadienne de GSK, le fabricant de l’Avandia.

En juillet, le ministère fédéral a publié une mise en garde à l’intention des médecins, dans laquelle on leur rappelle que la prescription de ce médicament fait déjà l’objet de certaines limites.

Le ton de cette mise en garde se veut rassurant : Santé Canada nous dit qu’elle surveille attentivement ce qui se passe aux États-Unis et qu’elle attend la décision de la FDA.

Sauf que cela fait déjà un mois et demi que la FDA a rendu cette décision!

Les pharmaciens et les médecins commencent à trouver le temps long, comme l’explique dans un excellent billet le pharmacien de Québec Marc Parent, que vous pouvez lire sur son blogue dans Profession santé, si vous travaillez dans ce milieu.

Alors, dangereux ou pas, l’Avandia ? Disons que quand les deux organismes réglementaires les plus importants au monde jugent que oui, il y aurait lieu de s’en méfier.

Un conseil: si vous prenez ce médicament, n’arrêtez pas pour autant le traitement de vous-même. Parlez-en d’abord à votre médecin.

Laisser un commentaire

Au Canada, les compagnies pharmaceutiques contrôlent tout.

Aux U.S.A. et ailleurs, les médecins lisent, regardent, analysent et dénoncent ces ententes et ces représentants.
Devrions-nous poursuivre les pharmaciens, les médecins pour une mauvaise prescription?

Après les gros DONS (lire: notre argent) remis à GSK (une transnationale étrangère) pour fabriquer des vaccins (l’an dernier, pour le H1N1), c’est prévisible que ni le Canada, ni le Québec ne l’empêcheront de distribuer un produit aussi contesté que l’Avandia.

Santé Canada ne sert PAS bien les Canadiens: http://www.healthcanadaexposed.com/