L’Arctique en haute vitesse ?

La vie des Inuits qui habitent les hameaux isolés du Grand Nord canadien pourrait s’accélérer… Dans Internet, du moins.

L’Arctique en haute vitesse ?
Photo : Great Pacific Cable

D’ici deux ans, ils pourraient se brancher au câble de fibre optique qu’une entreprise américaine se propose de faire passer au fond de l’océan Arctique.

Le projet ArcticLink, piloté par la société alaskaine Kodiak Kenai Cable, prévoit déployer d’ici 2013 un câble de 16 000 km entre Londres et Tokyo, en passant par le nord du Canada. Selon Marc Ebell, PDG de l’entreprise, ce câble réduirait de moitié le temps de transmission de données entre l’Asie et l’Europe.

Depuis janvier dernier, des discussions sont engagées entre Kodiak Kenai Cable et Northwestel, l’entreprise canadienne de télécommunications qui installerait sur la ligne les ramifications nécessaires pour rejoindre 43 villages arctiques. Seul obstacle : le coût du projet, qui s’élève à 1,2 milliard de dollars. Anne Kennedy, porte-parole de Northwestel, souligne que l’implication de son entreprise dépendra largement de la rentabilité de l’investissement, très incertaine, puisque la population de ces localités isolées est souvent inférieure à 200 habitants.

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie