L’armée rend-elle les hommes désagréables?

Alors que le massacre commis en Afghanistan par un militaire américain ramène la santé mentale des soldats sur le devant de la scène, des chercheurs américains et allemands publient une étude intéressante sur la manière dont l’armée modifie la personnalité de ses recrues.

Joshua Jackson de la Washington University et quatre chercheurs de l’Université Tübingen en Allemagne ont fait passer des tests de personnalité à 241 jeunes Allemands avant, pendant et après leur service militaire de 9 mois, et ont comparé les résultats avec 628 participants civils du même âge et présentant au départ le même profil en terme de traits de personnalité.

Leur étude est publiée dans Psychological Science.

Dans les deux groupes, ont observé les chercheurs, le profil des participants a évolué au fil du temps  : les jeunes hommes sont devenus moins anxieux, plus consciencieux et plus généreux et agréables envers les autres.

Plusieurs études ont déjà observé ces changements de la personnalité au début de l’âge adulte, et les ont associés à plus de maturité.

La seule différence significative entre les deux groupes ? L’ «agréabilité» a nettement moins augmenté chez les jeunes passés par l’armée que chez les autres.

Et la différence persiste dans le temps, selon les chercheurs qui ont à nouveau interrogé une partie des participants à leur étude cinq ans après la fin de leur service militaire.

Passer par l’armée rendrait donc les hommes moins agréables, et donc plus sujets à des relations interpersonnelles difficiles ou à de l’agressivité ?

Impossible sur la base de cette seule analyse de conclure définitivement, d’autant plus que les études sur les traits de personnalité sont très délicates à réaliser.

Les chercheurs insistent néanmoins sur un élément: d’après leur étude, les «bienfaits» du service militaire sur la capacité des jeunes à devenir plus mûrs, un bénéfice souvent mis de l’avant par les recruteurs des forces armées, ne sont pas avérés.

Laisser un commentaire

De mon expérience personnelle et en entreprise, j’ai rarement connu d’ex militaires faciles à vivre. Ils ont tendance à être agressifs, faciles à contrarier, le moi moi facile et ils prennent de la place.

Pour ce qui est de la maturité, ils ont plutôt tendance à exiger leur pitance comme des enfants.

Ils ne sont pas tous comme décrits, mais c’est une forte tendance.

Par mon expérience, je confirme le facteur je-me-moi du style radioX. Un discours qui revient souvent est aussi le « fais ton temps » et la pitié est aussi vue comme une faiblesse.

Par contre, j’en connais aussi qui sont très gentil, poli et respectueux.

J’aurais tendance à corréler le type de discours au niveau d’éducation, mais il y a aussi des contre-exemples assez flagrants. J’opte plutôt pour un facteur « armée » en plus du niveau d’éducation.

Apres 20 ans a l’armée,oui le système m’a rendu désagréable par moment car il y avait un stress,mais j’ai vécu aussi 12 ans dans le milieu civil.Conclusion,on est tous plus ou moin sensible a certaine situation.Même fort extérieurement on peu être très sensible.Notre hérédité nous transporte dans l’avenir et ce a travers nos expérience de vie. Mais je crois que si l’on combine notre force intérieur inné.et notre volonté de réussir le but fixé,l’armée m,a rendu avec plein d’expériences non comparable avec le civil, avec la même joie de vivre que dans le passé.C’est connu de tout le monde,la vie nous forge mais ne nous change pas intérieurement.

Je ne suis pas militaire de formation. J’abonde humblement dans le sens de monsieur Déry que la vie nous forge mais ne nous change pas intérieurement. Or tout est là dans cette éducation de soi, ce désir de changement intérieur pour accéder à une plus grande liberté. Autrement, le militaire semble avoir tous les atouts du parfait égoïste dans la vie… et le métier.

Les plus populaires