Le blues des futurs médecins

Selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association, un étudiant en médecine sur sept souffrirait de dépression modérée ou majeure. Chez les étudiantes, le taux s’élève à une sur cinq !

Le blues des futurs médecins
Photo : iStockphoto

« Il n’y a aucune raison de penser que la situation est meilleure au Canada », croit le Dr Ramses Wassef, chirurgien à l’Hôpital Saint-Luc, du CHUM, et directeur du Bureau d’aide aux étudiants et résidents de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. « À l’admission, nous sélectionnons des personnes performantes et perfectionnistes. Il peut être difficile pour elles d’accepter un échec ou une erreur. »

D’après ce chirurgien, la profession ne permet pas suffisamment aux médecins d’exprimer leurs émotions. « On enseigne l’empathie envers les patients ; on devrait aussi encourager la compassion entre collègues. »

Laisser un commentaire