Le virus chikungunya débarque en Amérique

Surnommé la «maladie de l’homme courbé», ce virus, qui donne de la fièvre et des douleurs articulaires sévères, est arrivé dans les Amériques. Le point avec la blogueuse Valérie Borde.

Photo : Pascal Guyot / AFP / Getty Images
Photo : Pascal Guyot / AFP / Getty Images

Si le retour de la grippe H1N1 n’est pas vraiment inquiétant (voir ce billet du Dr Alain Vadeboncœur), l’arrivée du virus chikungunya dans les Amériques, est en revanche, une bien mauvaise nouvelle… même si elle ne surprend pas les spécialistes.

Le 9 décembre dernier, l’Organisation mondiale de la santé a annoncé avoir repéré la première transmission de ce virus sur les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, de même qu’en Guadeloupe et en Martinique.

Le chikungunya, pour lequel il n’existe ni vaccin ni traitement, donne de la fièvre et des douleurs articulaires sévères, qui s’estompent généralement en quelques jours ou semaines — mais peuvent parfois durer plusieurs années et être très invalidantes.

On surnomme cette infection la «maladie de l’homme courbé».

Même si le virus ne tue pas, il peut contribuer au décès de personnes déjà fragilisées par l’âge ou d’autres maladies.

Longtemps présent seulement en Afrique, en Asie du sud-est et en Inde, le chikungunya a fait beaucoup parler de lui en 2006, quand il est apparu sur l’île de la Réunion — où il a touché près de 40 % de la population (6% de la population n’a toutefois pas eu de symptômes) en quelques mois, soit 300 000 personnes.

Depuis 2007, il est aussi présent en Europe (surtout en Italie et dans le sud de la France).

Jusqu’à présent, les seuls cas repérés dans les Amériques étaient ceux de voyageurs qui l’ont contracté ailleurs.

Comme la dengue avec laquelle il est souvent confondu, ce virus est transmis par des piqûres de moustiques, dont certaines espèces peuvent supporter des températures relativement fraîches.

Le seul moyen de s’en prémunir est donc de se protéger contre les moustiques, particulièrement tôt le matin et à la tombée de la nuit, et préférablement avec des chasse-moustiques contenant du DEET, comme l’Agence de santé publique du Canada le conseille aux voyageurs.

Les voyages dans les îles touchées ne sont pas déconseillés.

Mais cet hiver encore plus que d’habitude, méfiez-vous des moustiques si vous voyagez dans le sud, surtout que la dengue est très présente cette année, notamment au Mexique et au Costa Rica (voyez ici la liste des zones touchées).

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie