Décryptage des captcha : un grand pas pour l’intelligence artificielle ?

Vicarious, une «start-up» californienne, a annoncé qu’elle avait mis au point un algorithme capable de faire presque aussi bien que l’humain pour décoder les captcha, sans pour autant nécessiter une puissance de calcul inaccessible aux hackers.

Pour distinguer les utilisateurs humains des robots malveillants des pirates informatiques, nombre de sites Internet comme Paypal ou Google, par exemple, font appel au décryptage des captcha (pour Completely Automated Public Turing tests to tell Computers and Humans Apart) — des suites de lettres censées être uniquement lisibles par l’oeil humain.

À lire aussi sur L’actualité.com:
Google Livres : tout le monde y participe (sans savoir)

Mais ce système réputé infaillible n’en a peut-être plus pour longtemps.

Hier, Vicarious, une «start-up» californienne, a annoncé qu’elle avait mis au point un algorithme capable de faire presque aussi bien que l’humain pour décoder les captcha, sans pour autant nécessiter une puissance de calcul inaccessible aux hackers.

Selon Vicarious, l’algorithme, baptisé Recursive Cortical Network — et dont elle n’entend pas dévoiler les détails pour l’instant — pourraît reconnaitre jusqu’à 90 % des captcha.

Il serait, aux dires de la compagnie, basé sur une analyse du traitement de l’information par le cerveau humain.

Un journaliste du magazine Science a soumis quatre séquences de lettres à Vicarious, dont deux provenant des sites de Paypal et Google, que l’algorithme a réussi à décrypter rapidement.

Les deux autres, l’une rédigée en alphabet cyrillique et l’autre sur fond à damiers noirs et blancs, n’ont pas été reconnues.

Même si on ne dispose pour l’instant d’aucune preuve de ce qu’avance la compagnie, Vicarious jouit d’une réputation de sérieux parmi les experts en intelligence artificielle (voyez le CV impressionnant des membres de l’équipe).

Si elle est avérée, cette découverte est d’importance, car ce serait la première fois qu’un algorithme parviendrait à franchir l’une des limites actuelles de l’intelligence artificielle, soit la reproduction d’un sens humain (la vue, en l’occurence).

Autrement dit, Vicarious a peut-être passé le test de Turing, censé pouvoir différencier l’humain de la machine, pour ce qui est de la vision.

Selon Vicarious, le décryptage des captcha ne représente qu’un premier test de la performance de l’algorithme (qui est plutôt destiné à être utilisé sur des robots industriels) qu’un sens de la vision quasiment humain pourrait rendre beaucoup plus performants.

À voir (sans jeu de mots :-)).

 

 

 

 

 

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie