Le gène du mieux et du pire

Les membres de la salamandre se régénèrent quand on les ampute. Pourquoi ne pouvons-nous pas en faire autant ?

Le gène du mieux et du pire
Photo : iStockphoto

Selon une équipe de l’Institut Wistar, à Philadelphie, les mammifères auraient une capacité insoupçonnée de régénérescence des tissus. Il suffirait de bloquer l’action d’un gène, baptisé p21, pour activer ce méca­nisme. En laboratoire, les chercheurs ont fabriqué des souris génétiquement modifiées, où le gène en question avait été inactivé. Ils ont ensuite percé de petits trous dans les oreilles des rongeurs. Quelques semaines plus tard, les tissus s’étaient complètement reformés, sans laisser de trace.

Ce n’est pas de sitôt qu’on offrira des thérapies géniques aux humains pour effacer leurs vieilles cicatrices ! Les chercheurs croient que le gène p21 pourrait être impliqué dans la prévention naturelle du cancer en limitant la multiplication des cellules tumorales.

 

Laisser un commentaire