Le grand défi de «Rosetta»

Le 11 novembre prochain, un robot se posera sur une comète d’à peine 15 km2 qui file à 27 km/seconde.

Photo © J. Huart / ESA
Photo © J. Huart / ESA

L’Agence spatiale européenne (ASE) tentera un tour de force le 11 novembre prochain : poser un robot sur une comète d’à peine 15 km2 qui file à 27 km/seconde. Le petit appareil analysera la composition du noyau de la comète, qui n’a pas changé depuis la formation du Soleil. Philae — c’est son nom — devrait permettre de mieux comprendre cet événement survenu il y a environ 4,5 milliards d’années ainsi que l’origine de l’eau sur Terre.

Comète (© ESA/Rosetta/Navcam)
Comète (© ESA/Rosetta/Navcam)

Déjà, l’ASE a marqué l’histoire, le 6 août dernier, en réussissant à placer une sonde spatiale en orbite autour d’une comète à 508 millions de kilomètres de la Terre. C’est cette sonde, baptisée Rosetta, qui larguera le robot à la surface de la comète, minuscule bloc de glace et de poussière. Philae doit aussi récolter des informations sur les composés organiques présents dans la comète, qui ont peut-être joué un rôle dans l’apparition de la vie.

Laisser un commentaire