Le meilleur traitement : un logement

Chaque dollar investi dans les logements sociaux pour les sans-abris aux prises avec des problèmes de santé mentale génère 2,17 $ d’économie.

Photo © Visions of America / UIG / Getty Images
Photo © Visions of America / UIG / Getty Images

Chaque dollar investi dans les logements sociaux pour les sans-abris aux prises avec des problèmes de santé mentale génère 2,17 $ d’économie, en désengorgeant les hôpitaux, les refuges et les prisons.

C’est la conclusion d’un ambitieux programme mené par la Commission de la santé mentale du Canada, baptisé Chez soi.

Plus de 2 000 itiné­rants ayant une maladie mentale ont été recrutés à Vancouver, Winnipeg, Toronto, Montréal et Moncton. Parmi eux, la moitié s’est fait offrir un logement permanent et sécuritaire. Ce logement coûtait annuellement 19 582 $ par personne, mais permettait d’économiser en moyenne 42 536 $ en services. Au-delà des économies, la santé physique et mentale des personnes logées s’est considérablement améliorée.

Laisser un commentaire

« Le meilleur traitement:un logement »
Si on commençait par le début…le meilleur traitement :soigner, aider et protéger.
Comment se fait-ils qu’on laisse des malades qui ne peuvent pas prendre soin d’eux à l’extérieur de nos institutions? La liberté a un prix et pour ces gens elle est trop cher payée..

« Le meilleur traitement : un logement. »

C’est ça…tapissons le pays de logements sociaux.

Celui qui a écrit ça n’a jamais visité un logement social une fois que celui-ci a été abandonné par un des « bénéficiaires ». Ça se voit.

Le coût de construction PLUS celui de l’entretient est épouvantablement élevé et vous ne me ferez jamais croire que c’est « le meilleur traitement » (sic). D’ailleurs, selon mon expérience personnelle, c’est probalement le PIRE traitement pour le contribuable.